Metz, une ville qui surprend par sa diversité

maison Schumann 2-Centre Pompidou Metz©Jacqueline Trichard-21062019-17h.jpg Bord de Moselle et Temple Neuf©Philippe Gisselbrecht_Ville de Metz.JPG-2 Centre Ville_Cathédrale © TE_Inspire Metz Centre Ville_Marché Couvert Extérieur 12072019 2© TE_Inspire Metz .jpg-2 Centre Ville_Marché Couvert Intérieur 12072019 22 © TE_Inspire Metz .jpg-2 Centre Ville_Place St Louis 25062019 2b © TE_Inspire Metz .jpg-2 Colline Ste Croix_Cloître des Recollets © Ph. Gisselbrecht_ Ville de Metz (2).JPG-2 Colline Ste Croix_Jardin des tanneurs 29062016 11 © TE_Inspire Metz Colline_Musée de la Cour d'Or © Ph. Gisselbrecht Ville de Metz (8).JPG-2 Gare de Metz - © Philippe Gisselbrecht_Ville de Metz.JPG-2 la cathédrale La maison des rose - chambre La maison des roses - jardin Porte des Allemands 06011250_2019_2 © TE_Inspire Metz.jpg-2

On y passe sur l’autoroute vers le sud ou en allant vers la Suisse, mais rare sont ceux qui s’arrêtent à la ville De Metz pour la visiter. Cette ville « d’étape » ou il fait agréable à vivre est pleine de surprises. Il y a la ville médiévale avec sa cathédrale, le Centre Pompidou Metz, le quartier de la gare avec ses maisons art nouveau et aux alentours de la ville le vignoble que fait partie des vins de Moselle française.

Le quartier du centre-ville de Metz.
Le quartier du centre-ville de Metz est le cœur commerçant de la ville, mais aussi son berceau. Avec un plateau piétonnier de 52 000 m2, Metz est une des premières villes piétonnes de France, animée par l’accueil et les services de 2000 commerces et restaurants.

Rue Serpenoise
Les origines de ce quartier remontent à l’époque romaine. C’est là que se croisaient les deux grands axes routiers : l’axe Nord/Sud, le « cardo » (rues Serpenoise, Ladoucette, Taison) reliant Marseille à Trèves, et l’axe Est/Ouest, le « decumanus » (Fournirue) reliant Reims à Strasbourg. Ce quartier est le cœur de la ville depuis l’Antiquité. La place Saint-Jacques occupe l’emplacement du forum antique, la place Saint-Louis était la grande place commerçante et accueillait les changeurs au Moyen Age.

Esplanade
Cette partie du quartier était semblable aux autres quartiers messins, avant 1552 : il comportait maisons, églises et monastères. Mais l’annexion de Metz à la France cette même année va complètement le bouleverser.
En effet, dès 1556, le roi de France, Henri II, décide de construire à son emplacement une citadelle, afin de protéger et mieux contrôler la cité. Tout le quartier fut donc rasé, de la rue Winston Churchill jusqu’à la porte Serpenoise et de l’avenue Schuman au boulevard Poincaré, afin d’établir la citadelle et ses fossés.
Seuls deux bâtiments survécurent : Saint-Pierre-aux-Nonnains et la chapelle des Templiers.
La citadelle, à son tour, fut rasée pendant la Révolution, peut-être à la suite du projet de la Reine Marie-Antoinette de venir se réfugier à Metz dès 1789. Pourtant, le quartier garde une vocation militaire avec la construction de la caserne Ney sous Louis-Philippe 1er, de l’Arsenal sous Napoléon III et du palais du gouverneur militaire par les Allemands en 1902 /1904.
Aujourd’hui, la vocation de ce quartier est totalement différente : les salles de concert et d’exposition de l’Arsenal, de Saint-Pierre-aux-Nonnains et de la chapelle des Templiers ainsi que l’Ecole des Beaux-Arts, ont transformé ce quartier en pôle majeur de la vie culturelle messine. Les jardins qui l’environnent (Esplanade, lac des Cygnes, plan d’eau, etc.) en font un endroit de détente privilégié pour les Messins.

Quartier Sainte Croix
La colline Sainte-Croix culmine à 183 mètres : c’est le berceau de la ville de Metz. Il est niché à la confluence de la Moselle et de la Seille. Les premières traces d’une présence humaine sur ce site datent de 3500 avant J.-C. : quelques tessons de poterie retrouvés là nous le prouvent. La période suivante d’occupation connue date de 1 100 avant J.-C. On a retrouvé un dépôt votif, c’est-à-dire une offrande faite à un dieu, qui date de cette époque. Enfin, entre le VIe et le IIIe siècle avant J.-C. (âge du Fer), des Celtes s’installent sur cette colline. Il s’agit des Médiomatriques, véritables fondateurs de la future Divodurum. L’arrivée des Romains au premier siècle avant J.-C. entraîne un rapide développement de la ville. Elle s’étend au-delà de la colline Sainte-Croix pour atteindre la place Saint-Jacques, la place Saint-Louis, la rue des Clercs et la rue Serpenoise. A l’époque antique, cette colline va devenir un lieu de culte privilégié. Il s’y dressait certainement un temple dédié à Jupiter, mais également des thermes, en partie visibles dans le Musée. Au Moyen Age, la religion chrétienne prend la place des cultes païens. De nombreux monastères furent bâtis sur cette colline (Grands Carmes, Petits Carmes, Trinitaires, Récollets, etc.). Le quartier très tranquille possède un charme fou avec ses ruelles tortueuses, ses églises, ses monastères, ses fontaines, ses maisons gothiques.
Aujourd’hui, le quartier contraste avec le centre-ville commerçant. Il a une vocation plutôt culturelle avec les Musées de la Cour d’Or, le Conservatoire de Musique, le caveau des Trinitaires, l’Institut Européen d’Ecologie installé dans le cloître des Récollets.

Quartier Outre-Seille
Le nom de ce quartier ancien est lié au fait qu’il se trouvait au-delà de la Seille, laquelle coulait à l’emplacement des rues Haute-Seille. Il était situé sur une île entourée par deux bras de la Seille. Les tanneurs travaillaient sur ces rives : la rue des Tanneurs évoque le souvenir de cette corporation et de ses maisons en bois. Mais en 1903, le bras de rivière passant dans la ville fut comblé et les tanneries disparurent. Dès lors, la Seille ne coula plus qu’à l’extérieur des remparts.

La Seille - Porte des Allemands
Ce quartier animé, dominé par les tours de la porte des Allemands et les clochers de ses églises, possède un charme unique qui le différencie du centre-ville commerçant.
Ses boutiques anciennes (bouquinistes, relieurs, antiquaires…) et ses petits commerces orientaux (épiceries, boucheries, pâtisseries…) donnent au quartier une âme différente du reste de la ville.
La Foire à la Brocante d’Outre-Seille, à la mi-septembre est très appréciée des Messins… et des autres !
Dans le centre-ville de Metz, on peut lire toute l’histoire de la ville, des origines à aujourd’hui. La diversité architecturale du centre-ville en fait un quartier vraiment agréable à vivre et original.

La cathédrale
Edifiée de 1220 à 1522, elle est le fruit de la réunion de deux églises distinctes. Avec sa voûte haute de 42 mètres, elle est l’un des plus grands édifices gothiques d’Europe. Ses 6500 m² de vitraux lui ont valu le surnom de « lanterne du bon Dieu ». Réalisés du 13ème au 20ème siècle par Hermann de Münster, Thiébault de Lixheim, Valentin Bousch, Jacques Villon ou encore Marc Chagall, ces chefs-d’œuvre de feu et de lumière constituent une véritable encyclopédie de l’art du verre. Visites guidées proposées par l'Office de Tourisme de Metz et l'Oeuvre de la Cathédrale.

Le Centre Pompidou-Metz
Institution sœur du Centre Pompidou, le Centre Pompidou-Metz est un chef-d’œuvre de l’architecture contemporaine. Conçu par Shigeru Ban et Jean de Gastines, avec Philip Gumuchdjian pour la conception du projet lauréat du concours, il offre trois galeries d’expositions couvertes par un audacieux toit rappelant un chapeau chinois. La flèche, haute de 77 mètres, est un clin d’œil à l’année 1977, date d’ouverture du Centre Pompidou-Paris. Le Centre Pompidou-Metz, au gré de ses expositions temporaires, accueille le meilleur de l’art moderne et contemporain.
https://www.centrepompidou-metz.fr/

La gare
La Gare, projet de l’architecte Jurgen Kröger (Berlin), voulue par Guillaume II, est de style néo-roman rhénan. Elle est édifiée pour le transport des marchandises et des civils mais également, dans un but stratégique, pour déplacer le plus de soldats possible en un minimum de temps. Ce prestigieux bâtiment (1905-1908) de 300 m de long comporte les appartements et le pavillon de réception de l’empereur, des halls d’accueil, des galeries, des espaces de service.

Vu de la ville et les bords de la Meuse avec un bateau solaire.
Quoi de mieux, pour terminer votre visite , qu’une promenade fluviale et de découvrir l’ancienne ville et les bords de la Moselle à partir du bateau solaire Solis Mettensis. www.metz-bateau-solaire.com/

Aux alentours
Vers le sud-est de la ville se trouvent les vignoble de la région ainsi que la Maison Robert Schuman un des fondateurs du Marché Européen dans les années ’50 du siècle dernier.
Le Musée et la Maison de Robert Schuman : une visite aux racines de l'Europe.
C'est à Scy-Chazelles, sur les coteaux du pays messin, qu'au cours d'un week-end d'avril 1950, Robert Schuman, alors ministre des Affaires étrangères, eu l'audace de concevoir un "acte hardi" qui allait changer le cours de l'Histoire. En collaboration avec d'autres hommes d'État européens, ce grand visionnaire a créé les conditions d'une paix durable en Europe.
Entrez dans l'intimité de Robert Schuman en visitant sa maison, une demeure lorraine typique des années 1950. Découvrez les débuts de la construction européenne à travers l’espace muséographique interactif. Appréciez l'architecture de l’église fortifiée Saint-Quentin du XIIe siècle, classée monument historique, où repose le Père de l'Europe.
Jardin des plantes de chez nous : glanez de nouvelles inspirations dans un jardin d'autrefois
Surplombant la vallée de la Moselle, à quelques kilomètres de Metz, le plus petit des Jardins sans limites vous invite à découvrir des plantes oubliées conçues par certains des plus grands horticulteurs du début du XXe siècle. Votre promenade vous emmènera du sous-bois, particulièrement agréable lors des grandes chaleurs, au jardin potager, en passant par le jardin classique.
Cet espace de verdure est l'écrin de la Maison de Robert Schuman, jardin où aimait à se ressourcer le Père de l'Europe. Piochez de bonnes idées de décors ou d'associations de végétaux.
www.mosellepassion.fr/index.php/les-sites-moselle-passion/maison-de-robe...

Le vignoble messin
Dès l’époque romaine, la région mosellane est tournée vers la viticulture.
Sa situation géographique s’y prête, la voie fluviale permettant la navigation vers le Rhin. En l’an 276, l’empereur Probus publiant un édit autorisant la culture de la vigne dans le nord de la Gaule, toute la région de Metz tire ainsi sa prospérité de la vigne.
Le rayonnement du vignoble mosellan se poursuit au Moyen-âge. A cette époque, abbayes, instituts religieux et seigneuries se fournissent très régulièrement en vins de Moselle. Sa réputation de qualité est excellente.
Au fil des écrits, on constate qu’à Vaux, le travail de la vigne a toujours existé.
Le domaine de Vaux
Norbert Molozay est à l’origine un "Flying winemaker", un vinificateur opérant de cave en cave : Nouvelle-Zélande, Australie, États-Unis mais aussi Bourgogne, Beaujolais, Alsace et Languedoc sont à son palmarès.
Il acquiert ainsi une irremplaçable expérience.
Marie-Geneviève Molozay appartient à la cinquième génération d’une famille de négociants en vin messins. Scientifique de formation, elle se tourne rapidement vers l’œnologie.
En 1999, le couple s’installe au Château de Vaux avec la conviction qu’il y a là un potentiel extraordinaire. L’exposition, les terroirs, les cépages : tout est réuni pour développer un domaine d'exception.
Quelques années plus tard, la notoriété est au rendez-vous et le Château de Vaux, premier producteur de vins de Moselle, fait désormais partie des domaines remarqués du vignoble français.
www.chateaudevaux.com/

Ou dormir ?
Nous avions choisi pour une chambre d’hôte exeptionnellment proche du centre-ville et en même temps un havre de pays : La maison des roses.
La maison se situe à seulement 10 minutes du centre-ville et du centre Pompidou, ainsi qu’à 2 minutes de la Rocade. Idéalement située, vous pourrez profiter pleinement des activités urbaines tout en étant au cœur de la campagne.
Marie-Rose et Jean-François vous accueillent dans leur maison d’hôtes du 18ème siècle, ancienne maison de vigneron entièrement rénovée, typiquement lorraine, avec pierres et poutres apparentes.
La Maison des Roses est la destination idéale pour passer des moments inoubliables et goûter l’art de vivre en Lorraine. Ici vous vous sentirez comme chez vous !
Vous y trouverez une salle à manger pour découvrir, la gastronomie de notre terroir.
Il y a aussi le confort et les trois suites spacieuses à la décoration soignée, avec poutres et murs en pierres, ainsi qu’un coin détente.
Et il y a enfin le fabuleux jardin, dans lequel vous pourrez prendre vos petits déjeuners en terrasse aux beaux jours …
www.lamaisondesroses.eu/la-maison/

Ou manger ?
Quelques adresses intéressantes :
Brasserie des Arts & Métiers : située au cœur du Quartier impérial, à deux pas de la gare de Metz et du centre ville, ce solide bâtiment néo roman , ancienne maison des corporations artisanales est devenue au fils du temps le lieu de rendez-vous privilégié des épicuriens Messins. Banquettes, miroirs, lustres, cuivres rutilants, comptoir astiqué, on retrouve à la Brasserie des Arts et Métiers cette atmosphère de chaleur et de convivialité, de boiseries et de lumières mordorées qui qualifient si bien l’Alsace, la Lorraine et l’Esprit Brasserie. www.flo-metz.fr
El Theatris : Le décor Baroque épuré, les belles tendances culinaires, les vins délicieux et les champagnes, une terrasse sur la Place de la Comédie, qui la nuit tombée prend toute sa magie sous les illuminations de la Cathédrale St-Etienne, de l’Opéra, du Temple neuf et des Jardins de l’Amour. www.eltheatris.fr
Chez Mauricette. Près de la cathédrale dans le marché couvert. Pour un en-cas pendant votre visite de l’ancienne ville.
La brasserie Christophe Dufossé. Une cuisine raffinée et accessible dans une atmosphère décontractée. www.citadelle-metz.com

Pour plus d’informations : www.tourisme-metz.com