Saint Pierre, une menace pour l'Empire romain

écrit par VandenHende
le 10/05/2019
Saint Pierre, une menace pour l'Empire romain

Mourir pour ses convictions.

Rome, 64 après Jésus Christ. Un incendie ravage la cité antique. Et tandis que les flammes se reflètent dans ses prunelles, Néron, l'empereur sanguinaire, sur les hauteurs de son palais, joue de la harpe. Si la légende tragique n'a jamais été véridiquement accréditée, on sait avec certitude en revanche qu’il utilisa ce drame pour lancer une véritable chasse aux Chrétiens. Des centaines d’entre eux sont arrêtés, torturés, massacrés. Parmi les suppliciés, le plus célèbre des apôtres du Christ. Celui qui deviendra le symbole de l’Eglise et que Jésus avait désigné comme le Roc sur lequel il la bâtirait : Pierre.
Cette histoire est celle de son agonie dans le cirque de Néron. Ces heures douloureuses qui précèdent sa mort et durant lesquelles il se remémore cette vie incroyable au côté de ce Messie qu’il a tant aimé malgré le doute qui le rongeait en permanence et l’a poussé à le renier par trois fois. Saint Pierre et Néron : deux figures à jamais associées dans le tumulte de ce premier siècle de l’ère chrétienne.

Conseiller historique : Bernard Lecomte

Scénariste : Pat Perna
À 40 ans et après une fulgurante carrière de journaliste, Pat Perna quitte précipitamment l’univers de la presse pour se consacrer exclusivement à la Bande Dessinée tragi-comique. Unanimement reconnu comme l’auteur le plus rapide de son quartier sur un tour chronométré du pâté de maison, il signe au côté de Fane l’inoubliable Skud. Il commet également avec lui l’improbable « Précis de Bonne conduite » et le non moins désopilant « Calagan » dont le quatrième opus paraîtra en 2008. Auteur très prolifique bien que particulièrement svelte - comme quoi cela n’a rien à voir - il scénarise au côté de Jenfevre les « Tunings Maniacs » une oeuvre majeure de cette première partie du XXIe siècle. Son prochain défi : S’attaquer avec Juan à l’univers désopilant de la F1 au travers de « Paddock » publié chez Vents d’ouest en 2007.

Dessinateur : Marc Jailloux
Auteur de BD, scénariste, dessinateur, coloriste, Marc Jailloux s’éveille à la bande dessinée en découvrant les classiques franco-belges. Grâce à son club de dessin de Cestas, il rencontre, au festival d’Angoulême, Jacques Martin qui lui dédicace "Le Dernier Spartiate" en 1987. Après un baccalauréat en arts plastiques, il intègre l’École du Louvre à Paris en 1991. Il se spécialise à l’École des Gobelins en story-board. Il débute professionnellement en 1994 dans le dessin animé avant d’être embauché chez l’un des principaux éditeurs de jeux vidéo. Il publie deux albums dans une veine fantastique, "Le Château de Monsieur Sangsuc" chez Pointe noire en 2002, puis "Necrolympia" sur un scénario de Stéphane Beauverger chez Panini en 2005. Mais le vrai déclic intervient lors d’une nouvelle rencontre avec Jacques Martin à Paris en avril 2005 et la découverte de ses planches originales dans le cadre d’une vente aux enchères. Voilà ce qu’il veut faire ! Marc Jailloux saisit alors l’opportunité d’intégrer l’atelier de Gilles Chaillet. L’ancien collaborateur de Jacques Martin le prend comme assistant pour le tome 4 de "La Dernière Prophétie", puis le diptyque "Vinci". Parallèlement, Marc Jailloux, féru de Grèce antique autant qu’"enfant d’Alix", se lance dans l’écriture d’une nouvelle aventure d’Orion. En 2008, il présente son projet, accueilli avec enthousiasme par le comité éditorial. Plus de vingt ans après sa naissance, Orion est revenu en janvier 2011 avec un quatrième épisode, "Les Oracles", bien accueilli par les fans et la critique. Le comité Martin décide alors de lui confier le personnage d'Alix. En avril 2013 sort "La Dernière Conquête", "Britannia", en 2014, "Par-delà le Styx", en 2015, "Le Serment du gladiateur", en 2017.

Editions Glénat
Format : 240 x 320 mm
Pages : 56
EAN : 9782344028384
Prix : 14,95€

  • Saint Pierre, une menace pour l'Empire romain
176 lectures
Portrait de VandenHende
Van den Hende"