Un Cœur En Commun – la belge histoire de la sécurité sociale

En décembre 2019, la sécurité sociale, en Belgique, fêtait ses 75 ans d’existence. Et voici un livre étonnant, didactique, fouillé, engagé, qui en parle avec talent !

Ce livre nous raconte trois histoires, trois époques historiques. Il y a d’abord aujourd’hui. Un couple met au monde une petite fille, Louise. A l’âge d’un mois, on constate qu’elle a un problème cardiaque et qu’il faut l’opérer. C’est le premier récit : l’angoisse des jeunes parents, la peur, la rencontre avec un milieu hospitalier tantôt efficace, tantôt déshumanisant. Une expérience vécue par l’auteur, Harald, ce qui donne à cette partie de cet album une véracité tangible évidente…

Ensuite, Harald nous parle aussi de l’origine des luttes sociales, en Belgique, à la fin du dix-neuvième siècle, avec des grèves ouvrières arrêtées dans le sang par l’armée. Et pour rendre compte de ce que signifiait cette époque de lutte sociale, qui va des années 1880 jusqu’après la première guerre mondiale, Harald choisit la naissance difficile d’une petite fille, à Bruxelles, dans un milieu ouvrier pauvre, et du refus d’un médecin d’intervenir sans se faire payer. C’est un peu du Dickens à la belge…

Et enfin, il y a la guerre 40/45, et le travail secret, en Belgique, du COP (comité ouvrier et patronal) pour préparer l’après-guerre et imaginer un système qui puisse s’opposer à celui du pouvoir alors en place : " Morale, dignité et justice " face à " travail famille patrie ", en quelque sorte ! Ce comité des exclus anonymes va ainsi créer un texte, avec comme modèle l’arbre : un tronc commun qui distribue ce qui vient de la base vers les branches qui, elles-mêmes, redistribuent ces richesses vers les feuilles, vers tout le monde, donc. Un texte qui, dès décembre 1944, grâce à l’acharnement de représentants patronaux, politiques et ouvriers, va être voté et créer, officiellement, notre sécurité sociale. Grâce, aussi, à l’acharnement du ministre Achille Van Acker.

On pourrait croire que ce mélange de trois époques, cette explication historique " sérieuse " ne peut que déboucher sur un ivre difficile…
Mais ce qui est vraiment ardu, n’est-ce pas de vivre dans une société, la nôtre, sans en comprendre les arcanes ? Et ce livre, n’a rien de difficile à lire, loin de là… Je n’ai pas la mémoire d’avoir lu une bd qui m’a appris tellement de choses, en restant sans cesse à taille humaine, à taille d’enfance, aussi ! Le dessin, pour les époques qui ne sont pas la nôtre, est une sorte d’hommage à Calvo et à son livre " la bête est morte ". Pour notre aujourd’hui, on se retrouve dans un dessin tout en vivacité, dans la lignée d’une dessinatrice comme Florence Cestac... Et puis, il y a de l’humour, de bout en bout, des jeux de mots, mêlés ici et là de tendresse, voire d’émotion pure.
C’est vrai qu’on aborde énormément de sujets… Mais je vais reprendre l’expression des auteurs de la postface : Harald a " tricoté " un livre étonnant, qui nous parle de vie sociale, de propagande, de corporatisme, de syndicalisme, d’une manière totalement abordable par tout le monde, et c’est un tour de force ! Ce livre nous raconte, comme le dit l’auteur lui-même à la page 123, " une belle histoire, celle de la sécu, l’histoire de toute une nation ". Une histoire dont il dit aussi qu’elle n’est pas terminée tant elle demande, aujourd’hui, une vigilance de tous les instants…
Un livre engagé, mais vraiment agréable à lire. Une bd intelligente à ne pas rater, en Belgique et ailleurs !...
(Source Jacques Schraûwen RTBF)

Scénariste et illustrateur : Harald Franssen
Editions Delcourt
Date de parution : 08/01/2020
ISBN : 978-2-413-02830-7
Prix : 14,95€