"Un Pagé dans la Mare", en Wallonie et à Bruxelles, jusqu'au 17 0ctobre 2020

Vincent Page Vincent Page Vincent Page De la tournee theatrale a celle de "B Post" (c) Monika Wachter/"RTBF"/2012 L'affiche de son spectacle de 2012 Vincent Page (c) Marianne Grimont Vincent Page Vincent Page

"Alors, comme ça, vous êtes venus", sont les premiers mots prononcés, sur scène, par Vincent Pagé, interpellant son public...

… Et non mesdames, en assistant à une représentation d’ « Un Pagé dans la Mare » vous n’aurez pas le plaisir d’assister au retour du« facteur-acteur » en maillot de bain, style 1900, comme l’affiche le dévoile, mais bien dans une tenue sobre noir et blanc, avec chaussures, ceinture et lunettes rouges…

Mais oui, deux ans après ses « Tronches de Vie » dont le succès fut indéniable, nous assistons au grand retour, à Namur, de Vincent Pagé, au « Théâtre Jardin Passion », … qui, vu l’abondante demande, a dû, avec plaisir, ajouter plusieurs représentations jusqu’au dimanche 15 décembre.

Son« seul-en-scène » traite avec humour, qui va parfois jusqu’à l’absurde, affrontant des cauchemars récurrents, tels un contrôle technique, la file du dimanche matin dans les boulangeries, la maladie (contagieuse) du jogging jusqu’à l’ultra trail ou une fête d’anniversaire des enfants, mais l’on s’aventure aussi là où ça fait un peu plus mal, avec des SDF tenus à l’écart, des petits pensionnés déprimés, des pompiers désargentés ou un infirmier déboussolé.

Sans démagogie, ni misérabilisme aucun, juste parce que c’est la réalité palpable, visible au cœur de nos quartiers et nos campagnes, nous voyons, au travers d’une dizaine de tableaux, comment l’homme ordinaire et de bonne foi peut, parfois, se heurter aux aléas du quotidien, lorsqu’il déraille.

Avec une écriture de Xavier Diskeuve et Vincent Pagé, à la fois simple et ciselée, servie par l’humanité de son regard et ce sens du détail finement observé qui caractérisent ce jeu d’acteur – toujours plus mobile et visuel, aux mimes des plus hilarants – de ce brillant comédien, qui ne manque pas de nous toucher,

Mais laissons ce dernier se présenter lui-même : « Vincent Pagé – 49 ans – 1 m 68 – 59 kg (jamais pu arriver à 60…) – Une femme, trois enfants – Numéro de registre national 67010815351 – Numéro de mutuelle 17153943 – Pas de maladie grave ou contagieuse ni typhus, ni Ebola – Vacciné contre la grippe – Je fume un peu – Je bois juste ce qu’il faut pour rester en bonne santé… Et ça avec 29 dents et guère plus de cheveux… Déjà plus de 30 ans de cotisation en vue de la pension prévue en 2032. Bref, un Belge normal quoi… »

En plein spectacle d’ « Un Pagé dans la Mare », lors de la Première, au « Théâtre Jardin Passion », le mardi 26 novembre, tout en remerciant la Ville pour son appui, il n’hésita pas à taquiner Maxime Prévot, Bourgmestre de Namur : « On a encore besoin de 2 ou 3 projecteurs, on ne sait jamais s’il y en a l’un ou l’autre qui traîne… »

Rappelons que son précédent spectacle, « Tronches de Vie », créé en octobre 2016, a été joué plus de 150 fois. Outre une tournée des centres culturels wallons et bruxellois, il fut à l’affiche, durant deux mois, des deux cafés-théâtres « Comédie centrale », à Charleroi et à Liège, avant d’être présenté, durant tout le mois de juillet 2018, au « Festival ‘off » d’Avignon »…

A noter qu’en 2012, il n’hésita pas, avec son « seul en scène » « C’est ma Tournée« , à porter sur scène des anecdotes humoristiques de son vécu de facteur de « B Post », lui qui, dans sa vie civile, apporte notamment, le courrier destiné aux ministres wallons de l’ « Elysette », à Jambes, ce qui ne l’empêche pas, dans sa double vie, d’être l’un des principaux acteurs de la vie culturelle namuroise. Comme il le dit lui-même : « Facteur, j’ôte le ‘F’ à midi et devient ‘acteur’ le reste de la journée… »

A Christine Pinchard, pour la « RTBF », il confiait, concernant son métier de facteur : « Je trouve que c’est un métier formidable. Ce qui m’a donné l’envie, c’est le contact avec les gens. C’est d’une convivialité extraordinaire, on rend des tas de services aux gens » , ajoutant, au sujet de sa carrière sur les planches : « J’ai commencé par des spectacles de clowns, et je suis rentré dans les filières de spectacles amateurs, pour finalement arriver dans le théâtre professionnel. »

De retour à « Tronches de Vie », soulignons que ce spectacle remporta le « Prix des Jeunes », à Herve, ainsi que les « Prix du Jury » et « du Public », au
« Festival de Ville-Dieu-du-Temple », dans le sud-ouest de la France.

Voici qui ne peut que nous inciter à découvrir « Pagé dans la Mare » – mis en scène par Christophe Challe -, qui poursuivra sa tournée, logique pour un facteur, dans différentes Villes wallonnes et à Bruxelles :

– Gelbressée, le vendredi 10 et samedi 11 janvier (« La Gelbressée »/0472-44.14.30)
– Andenne, le samedi 18 (« Centre culturel »)
– Waterloo, le vendredi 24 (« Salle du Quartier Bella Vita »)
– Ivoz Ramet, les samedi 25 et dimanche 26 (« Salle des Fêtes »)
– Marles-les-Mines (Fra.), le jeudi 30 (« Centre culturel »)
– Mazingarbes (Fra.), le vendredi 31 (« Centre culturel »)
– Wavre, le samedi 08 février (« Festival Zygomaticomaca »)
– Bruxelles, le vendredi 21 (« Café-Théâtre L’Os à Moëlle »)
– Moustier-sur-Sambre, le samedi 22 (« Centre culturel »)
– Auvelais, le samedi 29 (« Gala Rotary »/« Théâtre communal »)
– Mazy, le vendredi 6 mars (« Zy Coop »)
– Wanze, le samedi 7 (« Festival du Rire Kirifou »)
– Temploux, le vendredi 20 (« Templerie des Hiboux »)
– Floreffe, le samedi 21 (« Centre culturel »/www.centreculturelfloreffe.be/event/un–page–dans–la–mare)
– Bioul, le vendredi 27 (« Maison de la Ruralité »)
– Dinant, le samedi 2 mai (« Salle du Collège de Bellevue »)
– Fosses-la-Ville, entre le 28 juin et le 02 juillet (« Estivales de Théâtre »)
– Liège, du 20 août au 12 septembre (« Comédie centrale »)
– Liège, du 17 septembre au 4 octobre (« Comédie centrale »)
– Braives-Burdinne, le vendredi 17 (« Centre culturel »).

Où que ce soit, bon spectacle !

Yves Calbert.