Un Resto ouvert de 7h à 1h du matin, à la Maison de la Culture de la Province de Namur

En bord de Sambre, la "Maison de la Culture", son restaurant se situant à hauteur des arbres (c) Province de Namur   Une superbe realisation, avec la Citadelle en toile de fond (c) Province de Namur La future terrasse panoramique, avec vue sur la Citadelle (c) Province de Namur La future salle circulaire de la "Maison de la Culture" (c) Province de Namur Le "Restaurant de la Plage d Amee", a Jambes, en bord de Meuse, gere par la "Maison Gersdorff" La famille Gersdorff, dans le foyer, en travaux, de la "Maison de la Culture de la Province" Presentation d un plat de la "Maison Gersdorff", a Jambes, au "Restaurant de  la Plage d Amee" L ancienne mediatheque "Point Culture", ou se termine la construction du restaurant (c) "You Tube" Mai 1964 : ouverture de la premiere "Maison de la Culture" en Belgique, a Namur, celle de la Province Que deviendrait la reputee Ecole hoteliere provinciale, dont voici les cuisines (c) Province de Namur Au "Musee Felicien Rops", "Rops-Fabre Facing Time", la Reine Mathilde devant une oeuvre de Jan Fabre "Les Marionnetistes" (Lituanie) / "Festival International de Theatre d Amateurs", organise par le "Tap s" Soiree du Sport 2018, avec Jean-Marc Van Espen (et son noeud papillon) : remise d une bourse a un club Le Conseil provincial : Amaury Alexandre, Genevieve Lazaron, Jean-Marc Van Espen et Richard Fournaux (c) Andre Dubuisson

Que de fois, n’avons-nous pas entendu cette remarque quant à l’impossibilité de manger de nuit dans le Centre-Ville de Namur, alors qu’en sortant d’un événement culturel, au « Théâtre Royal », au « Caméo », sous le chapiteau du « FIFF » , à la « Maison de la Poésie » ou à celle « de la Culture », les spectateurs, voire acteurs, auraient aimé pouvoir « casser la graine » en toute convivialité…

Quant à pouvoir manger, à Namur, une viennoiserie, accompagnant son café, thé ou chocolat chaud, assis à une table, un dimanche, dès 7h, n’en parlons pas… Voilà qui appartiendra au passé, à partir de cette année 2019 !

… Et qui plus est, avec une terrasse, proche du confluent de la Sambre et de la Meuse, à proximité immédiate de la Citadelle et de la Place d’Armes, en plein coeur de Namur, et ce grâce à la Province, qui inaugurera sa « Maison de la Culture » rénovée, augmentée d’un étage, de deux nouvelles salles de spectacles, dont l’une circulaire, d’un espace muséal, sur deux étages, et d’une seconde terrasse, panoramique quant à elle… Tout un programme ! …

A souligner que si la réouverture officielle de ce lieu de Culture – qui fera le bonheur de nombreux Namurois et de leurs visiteurs, qu’ils soient de la Province ou d’ailleurs – n’est fixée qu’à la fin septembre, ce nouveau restaurant sera déjà opérationnel à l’occasion de « Namur en Mai », la belle occasion, en sortant d’un spectacle de cet événement tant attendu de pouvoir échanger ses impressions, autour d’un bon repas, ou d’un simple « en-cas », entre le jeudi 30 mai et la nuit du samedi au dimanche 1er et 2 juin, au-delà de 22h… et jusqu’à 1h du matin, … pour ceux qui aiment partager tardivement leurs points de vue…

Ainsi, Namur pourra vivre la nuit, sept jours sur sept, à l’image de Liège ou de Bruxelles, … et pas seulement à l’occasion du week-end des « Fêtes de Wallonie » !

… L’occasion, peut-être, de convaincre les « TEC » namurois de réintrodire leurs bus de nuit toute l’année ! …

Pour en revenir au restaurant, signalons qu’il sera géré par la « Maison Gersdorff », déjà bien connue à Namur, grâce à son « Restaurant de la Plage d’Amée », étoilé au « Michelin ».Nous sommes très fiers d’avoir remporté le marché public pour l’espace Horeca de la Maison de la Culture et sommes honorés de pouvoir contribuer au...

.. Et Monsieur Gersdorff père, lors de la conférence de presse, de nous confier : "Nous sommes très fiers d’avoir remporté le marché public pour l’espace 'Horeca' de la 'Maison de la Culture' et sommes honorés de pouvoir contribuer à son développement", insistant sur le fait que sa société assure elle-même la culure des légumes bios qu’ils servent dans leurs restaurants, ajoutant, très enthousiate : « j’ai des idées plein la tête », le Député-Président, Jean-Marc Van Espen soulignant que toutes les règles légales avaient été respectées quant à l’appel d’offres, mais que seule la « Maison Gersdorff » répondait pleinement aux critères de la Province.

Quant à la Députée provinciale à la Culture, Geneviève Lazaron, elle tint à nous informer que le 12ème « Festival international de Théâtre d’Amateurs », organisé par la Province, via le « Tap’s », se déroulera, à nouveau, à la « Maison de la Culture », avant sa réouverture officielle, cet intéressant Festival étant, sous son nouveau nom de « Buff’estival », ouvert aux troupes étrangères aussi bien qu’à celles de toute la Province, devant se dérouler du 14 au 17 août 2019, le restaurant, bien sûr, ne demandant qu’à accueillir les festivaliers, avant ou après les différents spectacles…

« Ceci n’empêchera pas les festivaliers de se réunir au foyer, avec leur propre bar, qui ne sera nullement une concurence au restaurant, mais qui permettra comme par le passé, à toute organisation de renflouer un peu ses caisses », tint à préciser la Députée provinciale.

Notons que ce restaurant se situera là où était implantée la médiathèque « Point Culture » (actuellement sise à la Place l’Ilon), à quelques mètres de
l’« Halle al Chair », qui abritera, sous peu, l’ « Office du Tourisme » de la Ville de Namur. « Sa terrasse sera dressée là où des ‘food trucks’ venaient régulièrement agrémenter ce lieu », nous précisa Bernadette Bonnier, la Responsable du Service de la Culture de la Province, dont le siège s’implanta, dès 1981, dans sa « Maison de la Culture ».Résultat de recherche d'images pour "Maison de la Culture de Namur en 1964 photos"

… Une « Maison de la Culture », qui, inaugurée le 24 mai 1964, fut la première du genre en Belgique, sa construction étant due aux architectes J. Collin, G. Lambeau, J. Ledoux et V. Bourgeois.

Cinquante cinq ans plus tard, dès le 30 mai 2019, elle acceillera, à l’occasion de « Namur en Mai », son premier restaurant, pour le plus grand plaisir de tous, amateurs de Culture ou simples passants.

… Mais comment pouvons-nous imaginer que l’institution provinciale, comme certains politiciens wallons le souhaitent, soit amenée, sous peu, à disparaître ??? …

Ainsi, le 18 janvier, à l’occasion des Voeux aux « Forces Vives » de la Province de Namur, son Député-Président, Jean-Marc Van Espen, fit preuve d’humour : « certains parlent de l’Institution comme d’une couche de lasagne en trop… qu’il faudrait supprimer. Ceux là ne la connaissent sans doute pas bien ! Ce qu’ils ne savent pas, c’est qu’en voulant supprimer les Provinces, ils vont supprimer lasauce bolognaise. Et une lasagne sans sauce, c’est sec, insipide, voire immangeable… »

… De fait, n’oublions pas l’action de la Province de Namur, avec, entre autres, son « Ecole hôtelière », à Namur, réputée jusqu’en Chine ou Russie, son
« Ecole d’Agronomie et des Sciences », à Ciney, son « Musée Félicien Rops », son « Musée des Arts anciens du Namurois – Trésor Hugo d’Oignies », son futur « Espace Muséal » et ses expositions d’Arts Plastiques, son année « Rops-Fabre Facing Time » – organisée en 2015, en différents lieux, avec conférences, expositions et spectacles au programme -, son« Festival international de Théâtre d’Amateurs », ses « Classiques du Mardi », sa « Caravane du Court » et toute sa programmation culturelle qui reprendra place au sein des trois salles de spectacles de sa « Maison de la Culture« , … , …, …

… Nous écrivons bien, « sa » « Maison de la Culture », certains politiciens wallons rêvant, sans doute, par opportunisme, de se l’approprier, pour qu’elle devienne, par exemple, celle de la Wallonie…, oubliant tout le travail réalisé sous l’intiative des responsables de la Province de Namur, et ce depuis 55 ans…

Et puis la Province ne se limite forcément pas à la Ville de Namur… Pensons à toutes ces salles de cinéma qui ont été équipées en numérique, évitant leur disparition, grâce à l’action de la Province ; à l’appui du « Tap’s » (pour « Théâtre d’Amateurs de la Province de Namur »), qui, avec son camion, déplace tous les décors et autres matériels des différentes troupes de théâtre d’amateurs de la Province ; aux bourses que la Province accorde, sur l’intervention de sa Députée à la Culture et aux Sports, Geneviève Lazaron, pour aider à concrétiser les projets de clubs sporifs et d’associations culturelles de l’ensemble de la Province ; à l’organisation de ses hommages à ’14-’18, dont son exposition au Fort d’Emines ; son « Prix du Mérite sportif provincial » et de sa « Soirée du Sport » ; à l’aide qu’elle apporte au « Festival mondial de Folklore de Jambes-Namur« , le plus ancien du genre en « Fédération Wallonie-Bruxelles », au meeting international d’athlétisme « Atletissima », au « Festival du Cinéma belge de Moustier », ainsi qu’au « Festival International du Film Francophone » et à leur commune « Caravane du Court », parcourant trois Provinces, qui remplaça son festival du court-métrage
« Média 10/10″, dont la réputation dépassait nos frontières nationales ; … ; … ; …

Comment la Wallonie pourrait-elle gérer, auss bien, l’action en profondeur des cinq Provinces wallonnes, jusque dans leurs plus petits villages ??? …

A moins que d’engager tous les employés et cadres provinciaux, … mais alors, pourquoi donc vouloir changer ce qui fonctionne au mieux, pourquoi vouloir changer des équipes qui gagnent… Laissons donc à César ce qui est à César et aux Provinces ce qui est aux Provinces…

Et pour ce qui concerne celle de Namur, lisons ce qu’en pense Jean-Marc Van Espen, son Député-Président : « La Province est dynamique. Elle a les capacités humaines et financières pour agir. Elle est démocratiquement ouverte à la consultation et à la concertation. C’est d’ailleurs une des lignes de forces de notre nouvelle majorité. Elle est volontaire et va de l’avant. Autrement dit : oui, nous osons bel et bien l’avenir… »

Et de citer ce que Jean Jaurès (1859-1914) écrivit : « Il ne faut avoir aucun regret pour le passé, aucun remord pour le présent, mais bien une confiance inébranlable pour l’avenir. »

Osons donc l’avenir, avec la nouvelle « Maison de la Culture de la Province » et son nouveau restaurant, confié à la « Maison Gersdorff ».

Yves Calbert.