Un weekend à Béthune-Bruay de l’autre côté de la frontière au cœur de la Picardie.

saint vaast hôtel de ville hôtel de ville hôtel de ville après la guerre grande place la banque la banque la banque haverskerke haverskerke haverskerke haverskerke la peylouse la peylouse la peylouse cité des électriciens cité des électriciens chateua de Olhain chateua de Olhain chateua de Olhain piscine art déco Bruay piscine art déco Bruay

A seulement deux heures et demi de Bruxelles.

Quoi de mieux qu'un weekend ou l'on lie l'histoire, la culture et la gastronomie à deux pas de la Belgique: la région autour de la ville de Béthune avec les bords de lys et la ville minière de Bruay en prime.

Le centre-ville de Béthune
Béthune est une ville agréable à dimension humaine. Autour de la place du 4 septembre et des rues adjacentes se regroupe l'essentiel de la dynamique urbaine : l'Hôtel de ville, les services municipaux, les banques, l'Office du Tourisme, les principaux commerces, les cafés et restaurants ... Toute la vie béthunoise se concentre dans ces espaces citadins et l'animation ne se fait jamais oublier ...

Le Beffroi
Le Beffroi est un lieu incontournable à visiter dans chaque ville du Nord-Pas-de-Calais. Celui-ci a été érigé en 1346 (en bois), près de la halle échevinale. Le Beffroi porte en lui un symbole: il illustre les libertés et franchises communales. Tout d'abord construit en bois, il fut détruit par un incendie et aussitôt reconstruit en 1388, en grès. En 1664 des échoppes viennent entourer le Beffroi et protègerons l'édifice lors des bombardements de 1918. Sa hauteur atteint donc 30 mètres (en haut du campanile de 17 m, le clocher); il faut monter 144 marches pour atteindre le chemin de ronde. Au sommet de la flèche, domine le dragon, girouette dorée. Il et est monument historique depuis 1862, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis le 15 juillet 2005. Il se visite pendant toute la belle saison, il faut s'adresser à l'office du tourisme pour obtenir un rendez-vous avec un guide agréé. Au sommet, faites le tour du chemin de ronde pour profiter d'un très beau panorama de la ville.

La Grand-Place.
Détruite à 90% en 1918, la Grand-Place est reconstruite entre 1920 et 1927 dans le goût de l'après-guerre, l'architecture éclectique se mêle au néo-régionalisme et à l'art Déco. L'Hôtel de Ville est reconstruit à partir de 1920 par l’architecte J.Alleman.

Eglise Saint Vaast.
Elle fut construite à l'emplacement actuel, par ordre de Charles Quint, qui fit détruire l'ancienne église "hors les murs", la rebâtit à l'emplacement actuel où elle fut achevée en 1545... la tour en 1611. Elle subit de nombreuses destructions au cours des années 1917-1918 et fut aussitôt reconstruite (1924-27) par l'architecte Lillois, Louis-Marie Cordonnier qui a écrit : " Je voulais donner aux Béthunois leur vieille église ressuscitée, rajeunie, plus vivante que jamais, triomphante même"
En arpentant les rues de Béthune ...
C'est en arpentant les rues de Béthune le nez en l'air pour profiter du soleil que j'ai découvert ces magnifiques façades chargées d'histoire dissimulées dans l'ombre des enseignes commerciales. Par exemple, en levant la tête au-dessus d'une boutique pour enfants, on peut voir la date inscrite fièrement dans la pierre : 1923. Rue principale et commerçante du centre-ville, la rue d'Arras, à deux pas de la Grand-Place, permet d'accéder à la Place du 4 Septembre où se situe l'entrée de la mairie. En double sens pour les voitures, elle est aussi très fréquentée par les piétons, que ce soit pour faire du lèche-vitrine ou s'imprégner du passé de la ville...Typiques sont les briques rouges et les maisons très étroites à une fenêtre sur la largeur!

De la banque à Labanque.
Une architecture d'exception.
C’est au début du 20ème siècle que fut décidée la construction de La Banque de France, à Béthune, comme dans près de 70 villes. L’architecte en chef conçoit alors des bâtiments qui se ressemblent. Il s’agit d’asseoir le pouvoir et le statut de l’institution tout en respectant à la lettre un cahier des charges hautement sécurisé.
Dans chaque ville, le Directeur de la Banque de France locale était un notable important. La banque se devait d’imposer luxe et respect dans ce haut lieu de la vie économique et industrielle de la région. Béthune ne déroge pas à la règle. Son appartement de 514 m², sur deux étages, accueillait réceptions, vie quotidienne et mondaine et parfois conseils d’administration. Les matériaux sont nobles : marbres, parquets, escalier monumental.
Au début des années 2000, la Banque de France se voit contrainte de fermer certaines de ses succursales, passage à l’Euro oblige. Béthune voit disparaître ce haut lieu du pouvoir centralisé.
Après des années de travaux, sans toucher à l’architecture du lieu, la finance a plié bagage pour laisser la place à l’art contemporain. Le « centre de production et de diffusion des arts visuels » propose désormais aux artistes et au public 1 500 m2 d’exposition répartis sur 4 niveaux dans ce bâtiment remarquable.
Dans le secret des coffres: les expositions et les installations ont envahi la salle la plus secrète et la plus cachée : la salle des coffres. Le saint des saints où les particuliers venaient mettre à l’abri liquidités, papiers officiels ou secrets de famille… Une salle des coffres intacte où les plus curieux ne manqueront pas de noter l’absence du coffre n°13, superstition oblige !
Enfin, les serres de monnaie abritaient les liquidités nécessaires à la banque. Une salle hautement sécurisée et chauffée pour le confort des petits billets de banque… En 2000, 5 milliards de Francs dormaient bien au chaud au cœur de Béthune.
Art déco, passé riche et étonnant, vie moderne, art contemporain : cette banque a toute sa place dans votre « to do list » de vacances ou de week-end. Et quand en plus, elle propose des ateliers, des visites off, des murder party, n’hésitez pas, mettez votre cagoule, prenez votre lampe de poche… La fortune sourit aux audacieux !
Ouvert tous les jours de 14h à 19h.. Entrée libre.
44, place Clémenceau ancienne Banque de France 62400 Béthune
contact@lab-labanque.fr www.lab-labanque.fr
www.lab-labanque.fr

Les bords de Lys
Après la visite de la ville de Béthune, nous vous proposons en fin de journée une visite de la base nautique de Haverskerke à quelques kilomètres de la ville.
Vous pouvez y héberger dans la maison d’hôtes « Bienvenue au Château » dans le domaine de la Peylouse. Un manoir de la Belle Epoque, niché dans un bastion végétal de Louis XIV et des jardins d’exception, côté France sur Ies bords de la rivière Lys, a connu une étonnante épopée historique et littéraire durant la première guerre Mondiale. On y croise le monde politique, le monde des états-majors et celui des artistes de l’époque qui rêvent tous d’un 20ième siècle sans frontières, apaisé, humaniste et joyeux !
La Peylouse a justement incarné ce rêve universel durant ce XXe siècle.
Ce domaine historique, qui rassemble et partage aussi bien les légendes de London, New Delhi, Lisboa, Sydney, Toronto, Rabat… avec celles de Paris est l’une des rares adresses de qualité pour ressentir les émotions de cette époque et en comprendre tout le sens !
La Peylouse est aussi une adresse de manoir d’hôtes fort appréciée par son charme, son sens de l’accueil et la qualité de ses tables environnantes. L’excellence du nord de La France est ici.
www.lapeylouse.fr/

La cité des électriciens à Bruay
Vous pouvez commencer la deuxième journée par la visite de la « Cité des Electriciens » à Bruay.
Connue par certains pour avoir accueilli le tournage de Bienvenue chez les Ch’tis en 2007, la Cité des Électriciens est la plus ancienne cité minière préservée du Nord de la France, inscrite aux Monuments Historiques depuis 2009.
Avec l’inscription du Bassin minier au Patrimoine mondial de l’UNESCO au titre de Paysage culturel, évolutif et vivant le 30 juin 2012, elle devient l’un des cinq grands sites miniers du Nord et du Pas-de-Calais.
Alors que le patrimoine minier du quotidien comme l’habitat est souvent méconnu, malmené voire détruit, la Communauté d’Agglomération de Béthune-Bruay, Artois Lys Romane et ses partenaires ont fait le choix de rénover et de donner un nouvel usage à ce monument témoin. Sur une superficie totale de trois hectares, six barreaux ont été réhabilités ; un hectare et demi de jardin potager et de verger ont été plantés ; un bâtiment contemporain, interprétant l’ancien par son gabarit et ses matériaux, a été construit. Ce vaste programme a nécessité cinq années de travaux pour un investissement de 15 millions d’euros.
Totalement repensée dans ses usages, la Cité des Électriciens devient un lieu de référence dans la découverte du paysage, de l’urbanisme et de l’habitat miniers. Vivante, elle favorise l’interaction entre les habitants de Bruay-La-Buissière, les visiteurs et les artistes. Au-delà d’un équipement culturel et touristique, elle est un quartier de la ville qui conserve son rôle social et son authenticité. Incarnant à la fois l’histoire et l’ambition du territoire, la Cité des Électriciens a vocation à être un des leviers de renouveau là où l’industrie charbonnière vécut ses heures de gloire…
LES GÎTES de la cité:
Chez Roger (chambre meublée, 2 personnes), chez Roland (gîte, 2 personnes), chez Élisabeth (gîte, 4 personnes), chez Liliane (gîte, 5 personnes) et chez Jean-Baptiste (gîte, 8 personnes) sont cinq hébergements touristiques aménagés dans deux anciens barreaux réhabilités de la Cité. Ils sont destinés à accueillir pour quelques nuits les touristes séjournant sur le territoire. Ces logements atypiques sont aménagés comme à la maison, dans un confort moderne que ne connaissait pas le coron d’antan. Leur décoration soignée mêle subtilement design actuel et clins d’œil aux tendances Crédit : Cité des Électriciens rétro avec du mobilier en formica, des papiers-peints aux motifs chatoyants, un mélange de coloris et de matières. À l’extérieur, les vastes espaces verts de la Cité séduiront tous ceux en quête de détente et de dépaysement.
www.citedeselectriciens.fr

Château fort d’Olhain
On termine la jounée l'après-midi par la visite du chateau médiéval d'Olhain, à quelques kilomètres de Bruay.
Au cœur de l'Artois, le château d'Ohain est situé dans le département du Pas-de-Calais (62), au cœur du triangle Arras - Béthune - Saint Pol. Conservé en ses plans d'origine avec sa "baille" ou "basse-cour", OLHAIN, en Artois, nous parvient du lointain Moyen Age, (XIIIème et XVème siècles) comme un authentique exemple de "château fort des plaines de l'Europe de Nord". Promenade le long des "Douves" et visite intérieure : la chapelle, les caves voûtées et les étages du donjon peuvent se visiter.
Le montant des visites est entièrement destiné à l’entretien du monument. C’est ainsi que les visiteurs prennent part à la conservation de ce château, inscrit à l’inventaire des Monuments historiques depuis 1989.
Visites individuelles libres :
infos@chateau-olhain.com
La visite est guidée par l'Office de Tourisme de Béthune Bruay. Une réservation au préalable est indispensable auprès de l'Office de Tourisme de Béthune Bruay.

Ou manger pendant votre séjour :

A Béthune :
Potin de Casseroles, 29, bld Jean Moulin
Notre devise : " Travailler essentiellement avec des produits frais. "
www.potindecasseroles.e-monsite.com

A Isbergues :
Hotel Restaurant Le Buffet
À 5 km d'Aire-sur-la-Lys et de sa collégiale, Le Buffet, situé en face de la gare de Molinghem, mérite qu'on y fasse une escale. Christine et Thierry Wident savent recevoir autour d'une cuisine généreuse, qui met en avant les produits de la région. Gâteau de tomates au chèvre d'Isbergues et son gaspacho, ballottine de poulet de Licques, croustille aux fraises de Linghem... du 100% ch'ti de haute tenue.
www.le-buffet.com

A Bruay-La-Buissière
Restaurant L’inédit
Certifié par le réseau Artison en Or, ce restaurant vous garantit tout au long de l’année une cuisine authentique « fait maison », une gamme de produits frais et variés et réinvente les savoir-faire de la région Hauts de France pour vous offrir entière satisfaction.
Le restaurant vous propose à la clientèle exclusivement des produits frais issus de producteurs locaux. L’ensemble des plats « faits maisons » sont élaborés et cuisinés sur place à partir de produits bruts. A ce titre, le logo « fait maison » prend toute sa signification et constitue la pierre angulaire de la carte. www.restaurant-linedit.fr

Pour tout information sur la région : www.tourisme-bethune-bruay.fr