Décès de Lucien Levaux, figure liégeoise du football

écrit par francois.detry
le 03/04/2020
Lucien Levaux (a droite) aux cotess du gouverneur Paul Bolland (a gauche) et d'Andre Duchene (au centre). - © MOSSAY G - BELGA

Une bien triste nouvelle dans le monde du football liégeois. Lucien Levaux nous a quittés à l‘âge de 81 ans…
Durant la (longue) période où il a été l’attaché de presse du Standard, Lucien s’est toujours coupé en quatre pour servir au mieux les intérêts des journalistes. Cette fonction, nouvelle à l’époque, il en a été, à la fois, le précurseur et l’incarnation. Et toujours dans la bonne humeur. Avec un sens inné de la débrouillardise et de l’organisation en toutes circonstances. Et un art maîtrisé de la communication. Bref, un public-relations en osmose avec l’esprit liégeois….
Il a vécu les grandes heures du club de Sclessin, traversant les directions successives avec le même bonheur. Il a été le témoin des grandes mutations du club et, notamment, l’achat des terrains au Sart-Tilman par Roger Petit, l’ancien grand patron du matricule 16. Roger Petit était connu pour être particulièrement économe. Pour ne pas dire avare. Or, en 1969, après la victoire historique des Liégeois au Real Madrid 2-3 en coupe d’Europe des clubs champions, Petit avait proposé à Lucien Levaux d’inviter les journalistes dans une discothèque. Histoire de fêter dignement l’exploit. Et ajoutant que le club allait leur offrir le champagne. A la grande stupéfaction de l’ami Lucien. La soirée battait son plein lorsque M.Petit s’éclipsa discrètement et Lucien Levaux se retrouva, alors, avec une addition particulièrement salée sur les bras…
Personnage attachant, fort en gouaille et en gueule, véritable bout-en train des voyages européens du Standard, Lucien Levaux avait un humour décapant. Ce qui l’avait naturellement rapproché du journaliste Roger Laboureur. Ces deux là étaient devenus inséparables. Et notre ex-collègue et confrère était très ému aujourd’hui au téléphone en évoquant tous ces souvenirs avec nous….

L’ami intime de Pelé
Professionnellement, il était aussi délégué commercial des pays francophones pour une marque mondialement célèbre d’équipement sportif. Et Lucien Levaux, le petit gars du plateau de Herve, avait réussi la gageure de gagner la confiance du Roi Pelé en personne. Et surtout de lui faire signer un contrat chez son employeur au mondial mexicain en 1970. Alors que la star brésilienne était attachée à l’autre grand équipementier allemand. Mieux encore, Pelé et Levaux sont devenus, très vite, de grands amis. C’est d’ailleurs grâce à Levaux que Pelé est venu plusieurs fois en Belgique. Notamment pour le benefit-match de Paul Van Himst. Le lendemain, Roger Laboureur eut même l’insigne honneur de recevoir Pelé, l’immense Pelé, à dîner dans son appartement bruxellois ! Avant de partir plus tard en vacances chez Pelé à Santos !
Lucien Levaux restera ensuite indirectement en contact avec le monde sportif. Il exerça en effet des fonctions dans différents cabinets ministériels en charge des sports. C’est grâce à lui que son ami Robert Waseige avait choisi le centre ADEPS de la Fraineuse à Spa pour un stage de préparation des " Diables Rouges ", juste avant l’Euro 2000.
Ces dernières années, notre homme s’était fait très discret, dans sa retraite de Feneur. Salut Lucien, on ne gardera que de bons souvenirs de toi ! Sans oublier cette dernière pirouette, digne de toi. Celle de nous quitter….un premier avril !

© Thierry Luthers


Lien vers tous les reportages de François DETRY

  • Lucien Levaux (a droite) aux cotess du gouverneur Paul Bolland (a gauche) et d'Andre Duchene (au centre). - © MOSSAY G - BELGA
  • Lucien Levaux avec l'ex-joueur du Standard, Michael Goossens.  S.P
71 lectures
Portrait de francois.detry
francois.detry