La B.D. en Deuil : René Follet nous a quitté

écrit par YvesCalbert
le 20/03/2020
Illustration pour l "Ile au Tresor" (c) Rene Follet

Moins connu que beaucoup de ses pairs, le Bruxellois René Follet (10 avril 1931-13 mars 2020), né à Wolluwe-Saint-Pierre, vient de nous quitté, lui qui avait travaillé, entre autres, dans l’ombre des dessinateurs « Mitacq », William Vance, … avec des scénaristes aussi réputés que Yvan Delporte, André-Paul Duchâteau, Yves Duval, « Greg », Maurice Tillieux, …

Aussi à l’aise en manipulant la peinture à l’huile, le fusain, la plume, la sanguine ou l’aquarelle, René Follet était apprécié pour son sens de la mise en scène, l’expressivité de ses personnages, et sa maîtrise technique.

A seulement 14 ans, il réalise ses premières images : une série de chromos, édités par un chocolatier, illustrant le roman de Robert-Lewis Stevenson (1850-1894), « L’Ile au Trésor ».

Ancien étudiant du « Collège Saint-Michel », grâce à un professeur jésuite, il rencontre « Hergé » (George Remy/ 1907-1983), créateur de « Tintin », qui le rassure quant à la qualité de ses dessins.

Sous le pseudonyme de « Wapiti » (le nom de son totem scout), pour « Plein Jeu », la revue des « Scouts de France », il crée, en 1946, sa première bande dessinée.

Agé de 18 ans, il est acueilli au sein de l’équipe du« Journal de Spirou « , des « Editions Dupuis », illustrant des contes et récits, ainsi que diverses rubriques, avant de réaliser, dès 1950, ses premières bandes dessinnées, dessinant quelques« Belles Histoires de l’Oncle Paul »‘, série de biographies créée par le scénariste liégeois Jean-Michel Charlier (1924-1989), dont « Le Radeau de la Méduse », publié au sein du N° 696 du « Journal de Spirou ».

La même année, il entame une collaboration avec le « Journal de Tintin », des Ed. « du Lombard », y succédant à Paul Cuvelier (1923-1978), pour l’illustration d’un feuilleton western,« Texas Slim ».« Rocky Bill », sur scénario d’Yves Duval.

Toujours dans l’ambiance des westerns, au sein de ce même hebdomadaire, sur des scénarios d’Yves Duval (1934-2009), de 1953 à 1955, il dessina 4 aventures western de « Rocky Bill ».

En 1956, tout en continuant à dessiner pour les hebdomadaires « Spirou » et« Tintin », il crée « Peggy, petit Oiseau sans Ailes », pour l’hebdomadaire « La Semaine de Suzette », publié par les Ed. « Gautier-Languereau ».

Sur un scénario de Jean-Michel Charlier, pour« Mitacq » (Michel Tacq/1927-1994), utilisant la technique picturale du lavis, il réalisera des crayonnés des aventures de Jacques Legall, notamment d’un album, « Le Secret des Templiers », considéré par« bdtheque.com », comme étant « l’une des meilleurs albums de la BD franço-belge classiques », la bande dessinée originale, ayant d’abord été publiée, en 1966, par l’hebodmadaire « Pilote », éditée par
« Dargaud », avant d’être republiée, en 1977, par le« Journal de Spirou », les Ed.« Dupuis » l’éditant, en 1997, au sein d’une intégrale, « Les Trésors Cachés », reprenant, aussi, deux autres aventures.

Sur un scénario de Maurice Tillieux (1921-1978), en 1967, René Follet dessine « S.O.S. Bagarreur », dans « Le Journal de Spirou », publié en album, aux Ed. « de l’Elan », en 1985.

En 1971, avec le scénariste Yvan Delporte (1928-2007), il crée une troupe de saltimbanques, « Les Zingari », qui seront publiés par« Le Journal de
Mickey », jusqu’en 1973, et réédité, de 1985 à 1987, dans « Le Journal de Spirou », 4 albums étant édités, entre 2004 et 2010, le 1er par les Ed.
« Loup », les 3 autres par les Ed.« Hibou », Collection « Traits pour Traits ».

« Yvan Zourine » est créé en 1979, scénarisé par Jacques Stoquart (1931-2018), avec « Le Testament de Sibérie », qui sera suivi de deux autres tomes, les deux premiers étant édités par « Magic Strip » et le troisième par les Ed. « François Boudet ».

Avec ce même scénariste, chez « Glénat », en 1982, il nous plonge au VIIIè siècle avant notre ère, avec « L’Iliade », le célèbre conte d’Homère.

Toujours avec Jacques Stokard aux scénarios, cette fois secondé par le Néerlandais Martin Lodewijk (°1934), René Follet dessine quatre des cinq albums édités chez « Claude Lefrancq », relatant les enquêtes d’ « Edmund Bell », seule la première, « Le Diable au Cou » ayant été publiée, en 1986, par « Le Journal de Spirou ».

Pour ces mêmes Ed.« Claude Lefrancq », il intervint au niveau des aventures de « Bob Morane », le héros créé par Henri Vernes (Charles-Henri Dewisme/1918/101 ans !), alors que sans que son nom ne figure sur aucune couverture, il participa à la réalisation de dessins pour les aventures de
« Bruno Brazil », personnage au smoking bien ajusté, créé en 1967, dessiné par William Vance (1935-2018), scénarisé par « Louis Albert », pseudonyme de « Greg » (né Michel Louis Albert Regnier/1931-1999), publié par le « Journal de Tintin » et, ensuite, en albums par les Ed. « du Lombard », pour la Belgique, & « Dargaud », pour la France.

Après « Jijé » (Joseph Gillain/1914-1980) et Eddy Paape (Edouard Paape/1920-2012), il est, dans les années ’80, le troisième dessinateur de Jean Valhardi, les Ed. « Dupuis » publiant, en 1984, « Le Naufrageur aux Yeux vides », et, en 1986, « Un gosse à abattre », les 10è et 14è albums, scénarisés par le Tournaisien André-Paul Duchâteau (°1925).Couverture de Valhardi (Série récente) -10- Le naufrageur aux yeux vides

Notons, aussi, son très sensible « Plus fort que la Haine », écrit par le Breton Pascal Bresson (°1969) et publié, en 2014, par les Ed. « Glénat », une œuvre humaniste, mettant en scène, dans les années ’30, le combat d’un homme, dans l’État de Louisiane, Doug Wiston – jeune travailleur noir, grand amateur de jazz -, face au racisme, bien après son abolition.

Avec ce même Pascal Bresson, il signe « L’Affaire Domlinici », édité par« Glénat », une enquête policière authentique qui intrigua de nombreuses personnes, inspirant, en 1973, un film franco-italo-espagnol de 105 minutes, réalisé par Claude Bernard-Aubert, avec Jean Gabin, dans le rôle de Gaston Dominici.

Lorsque André-Paul Duchâteau demande à René Follet d’illustrer la couverture de son roman « Les Masques de Cire » (Ed. « Casterman »), cette histoire, relative à Madame Tussaud, le fascine tellement qu’il presse son auteur de l’adapter en bandes dessinées, ce qui nous offrira « Terreur », un diptyque d’une rare beauté, publié, en 2002 & 2004, dans la Collection « Signé » des Ed. « Le Lombard ».

En 2007, publication, dans la Collection « Rebelles », des Ed. « Casterman », de « L’Etoile du Soldat », en collaboration avec Christophe De Ponfilly (1951-2006), réalisateur du film documentaire« Massoud, l’Afghan » (France/1998/90 min./lauréat, en 1998, de troix Prix au « Festival International du Grand Reportage d’Actualité », au Touquet-Paris-Plage ; du Grand-Prix du « Festival du Film Montagne et aAventures d’Autrans » ; et du « Prix du meilleur Documenaire« , au « Festival dei Popoli », à Florence; ainsi qu’en 2000, du « Prix spécial du Jury », au « Festival mondial de Télévision », à Tokyo).

Scénarisé par le Français « Rodolphe » (Rodolphe Daniel Jacquette/1948), René Follet reviendra à ses amours de jeunesse, lorsqu’il illustra l’« Ile au
Trésor », en signant, en 2013, dans la Collection« Aire Libre » des« Editions Dupuis » , « Stevenson, le Pirate intérieur », une biographie dessinée de ce romancier écossais anticonformiste.Les voyages de Jules

Comme il la commença, il termina sa carrière en illustrant, avec talent, deux ouvrages de l’auteur français Emmanuel Lepage (°1966) « Les Voyages d’Ulysse » (2016) & « Les Voyages de Jules » (2019), ce dernier étant, comme l’écrit notre collègue Jacques Schraûwen,« un livre hommage à la peinture, à la littérature, à la mer, et à l’amitié qui unit Lepage et Follet« .

S’il est, sans doute, pour le « grand public », le plus célèbre méconnu des grands maîtres du 9è Art, soulignons que René Follet fut, à juste titre, reconnu par ses pairs, ayant été le lauréat de nombreux Prix :

1975 : « Prix Saint-Michel de la Découverte », à Bruxelles, pour « Ivan Zourine » ;
1998 : « Prix Tournesol », du « Festival international de la Bande dessinée », à Angoulème, pour « La Machine à arrêter la Guerre » (tome 02 d’« Ikar ») ;
2003 : « Grand-Prix du Dessin », de la « Chambre belge des Experts en Bande dessinée », à Bruxelles, pour « Terreur » ;
2005 : « Prix d’Honneur du Festival BD », à Huy ;
2017 : « Grand-Prix de la Critique », de l’ « Association des Critiques de Bande Dessinée » (« ACBD »), à Bruxelles, pour « Les Voyages d’Ulysse ».

Yves Calbert.

  • Illustration pour l "Ile au Tresor" (c) Rene Follet
  • Dessin pour la serie "Les Zingari" (c) Rene Follet/"Le Journal de Mickey", 1971
  • Rene Follet (c) Jean-Jacques Procureur
  • "L Eau de Feu", sa 1ere BD, signee "Wapiti" (c) Rene Follet/Revue "Plein-Jeu", 1946
  • "Le Radeau de la Meduse", une "Belle Histoire de l Oncle Paul", dessine par (c) Rene Follet/Ed. "Dupuis"
  • "Rocky Bill", dessine par (c) Rene Follet/Ed. "du Lombard", 1953-1955
  • "Peggy, petit Oiseau sans Ailes", dessine par (c) Rene Follet/Ed. "Gautier-Languereau", 1956
  • Pour "Mitacq", un crayonne de (c) Rene Follet/Ed. "Dargaud", 1966, et Ed. "Dupuis", 1977
  • Couverture dessinee par (c) Rene Follet/Ed. "de l Elan", 1985
  • Couverture dessinee par (c) Rene Follet/Ed. "Magic Strip", 1979
  • Couverture dessine par (c) Rene Follet/Ed. "Glenat", 1982
  • Dessin pour "Bob Morane" (c) Rene Follet/Ed. "Lefrancq"
  • Couverture du 10e tome de "Jean Valhardi", dessinee par (c) Rene Follet/Ed. "Dupuis", 1984
  • Couverture dessinee par (c) Rene Follet/Ed. "Glenat", 2014
  • Couverture dessinee par (c) Rene Follet/Ed. "Glenat", 2010
  • "Terreur", un diptyque dessine par (c) Rene Follet/Ed. "Le Lombard", 2002 & 2004
  • "L Etoile du Soldat", dessine par (c) Rene Follet/Ed. "Casterman", 2006
  • Couverture pour la Collection "Aire Libre" (c) Rene Follet/Ed. "Dupuis", 2013
  • Illustration pour "Les Voyages de Jules" d Emmanuel Lepage (c) Rene Follet/"Galerie Daniel Maghen"
  • La B.D. en Deuil : René Follet nous a quitté
  • Rene Follet, reserve et modeste, l un des grands de la bande dessinee franco-belge
105 lectures
Portrait de YvesCalbert
YvesCalbert