Un premier « jeudi gras » sans Sylvain Michel

Sylvain MICHEL Sylvain MICHEL Photo Alain Pothen Photo Alain Pothen Photo Alain Pothen Photo Alain Pothen Photo Alain Pothen Photo Alain Pothen Photo Alain Pothen Photo Alain Pothen Photo Alain Pothen Old Swingers - 100e anniversaire de la Malmédienne (1966) Photo Alain Pothen Sylvain avec l'ensemble de cuivres Brass Vuluntary ( Photo Alain Pothen ) Trio de trombones ( Photo Alain Pothen ) Photo Alain Pothen Photo Alain Pothen Photo Alain Pothen Photo Alain Pothen Photo Alain Pothen Sylvain prête fidélité à l'Echo devant Henri Colette (Photo Alain Pothen) Photo Alain Pothen Photo Alain Pothen Photo Alain Pothen Photo Alain Pothen Photo Alain Pothen Photo Alain Pothen Photo Alain Pothen Photo Alain Pothen Photo Alain Pothen

Un premier « jeudi gras » sans Sylvain Michel ( Dany Noël / L’Avenir )
Sylvain Michel avait plus d’une corde à son arc : auteur, compositeur, interprète, chroniqueur, rôleur, Sylvain Michel était tout cela ! Il nous a quittés à la veille du premier « jeudi gras » en laissant des souvenirs !
Si le folkloriste malmédien qui nous a quittés le week-end dernier avouait ne pas trop savoir le pourquoi du jeudi, ni pourquoi il y en a quatre pour lancer le Cwarmè, il tentait pourtant une explication. « D’abord, écrivait-il en 2012, ils sont gras au même titre que le « Mardi gras », jour qui précède le carême. Les femmes étaient de sortie
« Le soir, ajoutait-il, c’étaient les parents qui étaient de sortie mais c’était surtout les dames qui se travestissaient souvent en « domino » noir avec un loup à bavette noir, ce qui les rendait méconnaissables. Les hommes se déguisaient parfois et imitaient une célébrité. Les Messieurs en Pékin se retrouvaient au comptoir et ingurgitaient force tournées de bière ou de pèket en attendant les « beaux masques » qui allaient venir « lawer » donc se moquer d’un bonhomme pour se faire payer une tournée, ce qui avait comme résultat q ue chacun rentrait pompette ; mais qu’est-ce qu’ils s’étaient bien amusés !! Dans les cafés, pas de juke-box, de radio ou de sono, parfois un vieux piano qui était utilisé par celui qui avait quelque notion. Mais le vendredi à 6 h du matin, tous les ouvriers étaient présents à l’usine ! Les petits rôles existant heureusement encore de nos jours étaient le plus souvent exécutés par des dames dont le but était de faire participer les Messieurs ».
En ce premier « jeudi gras », après les enfants, l’Harmonie « La Fraternité », la Mesnie et l’Omelette Géante seront de sortie.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mémoire vivante du carnaval, Sylvain Michel s’est éteint ce dimanche. Il avait 89 ans. ( Justine PONS / L’Avenir )
Le Cwarmê de Malmedy est en deuil. Sylvain Michel, personnalité incontournable du folklore, s’est éteint ce dimanche.
François Lejoly, réalisateur du documentaire sur le Cwarmê, l’a côtoyé lors des interviews. Il s’en souvient comme d’une «grande personne. Je retiens un rire, une bienveillance, très curieux. Il connaissait les richesses du folklore malmédien. Une bible vivante du Cwarmê. Il nous racontait l’histoire de nos ancêtres.»
Les Malmédiens se souviennent de Sylvain Michel pour ses nombreuses compositions musicales pour les rôles, des chansons toujours chantées aujourd’hui, comme Vî Cwarmê. Il aurait eu 90 ans le 14 mars prochain. Une minute de silence a par ailleurs été respectée avant le match Malmedy-Ster-Francorchamps.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
« Les deûs vîs roûcârds », orphelins de leur papa ( J.F. / Vlan )
Figure emblématique de la cité de la Warche, Sylvain Michel s’en est allé ce dimanche matin, à l’aube de son nonantième anniversaire.
Musicien talentueux, il avait été durant de très nombreuses années, trombone au sein de la phalange musicale « Royale Echo de la Warche » tandis que ses talents de pianiste firent les beaux jours de « Rythme Boys » ( 1944 - 1964 ) et ensuite au « Old Swingers », deux orchestres très connus dans toutes les salles de danse de la région.
Sa belle voix de baryton profita longtemps à la « Royale Union Wallonne ». Ses innombrables compositions musicales ( « Hop on vêre », « Cwarmè », « Tapans à cou », .. ) n’ont pris la moindre ride et contribuent encore à l’heure actuelle, à la bonne réussite des festivités carnavalesques de son cher Malmedy. Pour l’Union, sa plume fertile a écrit les partitions de ses rôleurs.
Vrai Malmédien, à l’esprit caustique et amoureux de sa ville dont il connaissait chaque recoin, Sylvain Michel avait également publié plusieurs recueils relatant la vie associative de sa ville mais également des souvenirs de jeunesse souvent truculents et ses pérégrinations à travers la région, avec ses amis du « Rythme Boys ».
Depuis une trentaine d’années, sous le pseudonyme de SYM, il collaborait avec assiduité à la rédaction de l’hebdomadaire « Echos-Vlan » où sa rubrique en wallon « Les deûs vîs roucârds » était particulièrement appréciée. C’est au cimetière de Malmedy qu’il a été inhumé ce jeudi en toute intimité. Un « jeudi gras », pardi ! Décidément, l’ami Sylvain aura conservé son esprit taquin jusqu’au dernier souffle.

Vidéo :
https://www.facebook.com/telefiesse/videos/2341557322556093/UzpfSTE0NjYx...

© François DETRY
Lien vers tous les reportages de François DETRY