Ward'in Rock 11ème édition - Vendredi 31août

écrit par close.mathieu
le 01/09/2007
La file aux tickets

Une fois de plus, les organisateurs du "Ward'in Rock Festival" nous ont gâtés avec une affiche exceptionelle pour cette 11ème édition.

Comme chacun le sait, le "Ward’in Rock Festival" nous offre chaque année une pléiade de groupes tous styles confondus. Le samedi étant plus diversifié et le vendredi généralement plus ciblé. Nous avons connu des éditions lors desquelles l’affiche du vendredi prenait des accents tantôt métal , tantôt « hip-hop »… Cette année, l’affiche était résolument plus rock, et même parfois ska-punk, avec des groupes tels que « Atomic Leaf » , « P.O. Box » ou encore « The Locos », et ce n’était pas pour nous décevoir !

Tous les bénévoles sont en place pour débuter les festivités vers 19h avec l’entrée en scène des Liégeois de « Atomic Leaf ». Ce groupe s’est produit lors de la première édition du "Ward’in Rock" il y a 11ans et avait été réinvité pour les 10 ans, mais une blessure fit qu’ils n’ont pas pu être présents l’année passée. Quoi qu’il en soit, ils n’ont pas déçu ! Le fait même de les entendre chanter en français m’a particulièrement plu, et je ne suis visiblement pas le seul lorsque je vois le public redemander de ce cocktail « ska-punk-ragga ». Les fans du groupe auront apprécié tant leurs classiques que leurs nouvelles compositions tout droit sorties de l’album « Du rire aux armes ».

Tandis que les plus courageux s’engagent dans des files interminables aux caisses à tickets qui en disent long sur l’affluence , la masse de festivaliers se presse aux abords de la scène tandis que « P.O. Box » fait son entrée. Ces musiciens originaires de Lorraine (France) déclarent définitivement l’édition 2007 ouverte. Alors que la nuit tombe sur Wardin, ils nous gratifient, en plus de leurs compositions, de quelques reprises rock’n’roll parfaitement adaptées à la sauce punk. Nous retiendrons particulièrement les deux cuivres qui, comme dans tout bon groupe ska-punk, tiennent une place prépondérante au sein du groupe.

Vers 21h30, changement de style avec l’une des têtes d’affiche, « Luke ». Ce quatuor parisien semble taillé pour la scène. Les morceaux joués sur scène semblent totalement différents de ceux enregistrés sur cd. Le leader charismatique du groupe, Thomas Boulard, nous emmène de chanson en chanson sur des rythmes plus énergiques les uns que les autres. Le public n’hésite pas à reprendre en chœur leurs succès tels que « la sentinelle » , « le reste du monde » ou encore « Soledad ». Les festivaliers auront pu également découvrir des extraits de leur prochain album, « Les Enfants de Saturne ».

A 23h, c’est au tour de « Mass Hysteria » d’enflammer la scène. « Salut les furieux et les furieuses ! » nous lance Mouss, le chanteur déjanté de ce combo français et enchaîne sans plus tarder avec « Contraddiction ». Le public se déchaîne sur leurs morceaux puissants aux textes engagés. Mais « Mass Hysteria » n’en est pas à son coup d’essai : c’est la deuxième fois qu’ils foulent les planches de la scène bastognarde et savent désormais comment manier le public local. Après plus d’une heure de concert, le public est littéralement en furie lorsque le groupe quitte la scène au son des sifflets de leur succès « Furia ».

Celles et ceux qui sont restés jusqu’à la fin n’auront pas été déçus avec le dernier groupe de la journée, « The Locos », une formation espagnole de 6 musiciens dont certains sont issus de l’ex-groupe « Ska-P ». Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils regorgent d’énergie, et en particulier leur chanteur. Que de bonnes surprises en le voyant changer de déguisement entre les chansons ! C’est un véritable show que nous offrent « The Locos » . Les festivaliers s’en donnent à cœur joie sur ces riffs ska punk. J’ai spécialement apprécié leurs reprises punk de certains hits planétaires, tels que « Misirlou », la chanson bien connue du film « Pulp Fiction », ou encore « Song 2 », le succès de « Blur ». « The Locos » est, pour ceux qui ne les connaissaient pas encore, la bonne surprise de la soirée.

Les plus courageux feront encore la fête jusqu’aux petites heures avant de s’en retourner au camping aménagé spécialement à quelques centaines de mètres du festival, pour un repos bien mérité avant une deuxième journée qui s’annonce sous les meilleurs auspices .

  • La file aux tickets
  • Luke
  • Luke
  • Le public
  • Luke
  • Le public
  • Mass Hysteria
  • Mass Hysteria
  • Mass Hysteria
  • Le public
  • Mass Hysteria
  • The Locos
  • The Locos
  • The Locos
  • The Locos
  • The Locos
  • The Locos
  • Le public
1530 lectures
User default img
close.mathieu