L'honneur perdu de Patricia VIGIER

écrit par admin
le 18/12/2008

Le 19 décembre 2001, l’ancienne équipe de « Faits divers » de la RTBF diffusait « L’hypothèse du chat », consacrée au drame de Patricia VIGIER habitant POULSEUR, survenu le 15 juin 1992 sur l’ E25 à hauteur de DOLEMBREUX.
Dans cette affaire, les autorités judiciaires liégeoises ont tenté pendant dix ans d’imposer leur version des faits au mépris des dires de la victime. Ce qui s’est soldé par un non-lieu prononcé, au demeurant, par mansuétude, ainsi qu’une fin de non-recevoir pour la participation à l’émission de la RTBF.
A l’époque des faits, Patricia VIGIER et son mari tentent d’assainir la situation financière désastreuse du « Cat club de Belgique », mais très vite, s’installe un climat délétère au point qu’ils furent menacés de mort à plusieurs reprises. La nuit du 15 au 16 juin 1992, Patricia VIGIER est victime d’une grave agression alors qu’elle circule sur l’E25. Sa voiture est projetée contre la berne centrale, elle en sort indemne mais est aussitôt rouée de coups par des individus qui la précipiteront ensuite du haut du pont autoroutier qui surplombe la route de GOMZE ANDOUMONT. Après une chute de 13 mètres, elle sera découverte par hasard deux heures plus tard, entièrement brisée, sa vie ne tenant plus qu’à un fil. Il en résultera de longues années de souffrance et de doute quant à ses séquelles, période ponctuée de multiples interventions chirurgicales et de revalidation. Son traumatisme facial nécessitera une reconstruction totale.

S’agissant d’une tentative d’assassinat, l’expert médical mandaté par le parquet conclura après examen des lieux du drame à … la chute volontaire ! Même s’il se contredira ultérieurement dans son rapport définitif, son aberrante assertion induira une dangereuse incurie qu’il sera impossible de maîtriser par la suite.

Pourtant, la réalité de l’agression sera démontrée à l’évidence par les journalistes de la R.T.B.F. qui, en l’espace de quelques semaines, réuniront tous les témoignages probants et notamment celui incontournable de la riveraine qui a entendu les appels à l’aide de Patricia peu avant sa chute. Aucune juridiction n’a voulu retenir ce témoignage capital !

Saisie en son temps, la « commission d’aide aux victimes d’actes intentionnels de violence », fidèle à sa politique de refus, a évidemment fait fi du reportage de la RTBF et, ne retenant que les inepties du dossier liégeois, s’est empressée de rejeter la thèse de l’agression, privilégiant ainsi celle de la tentative de suicide. Patricia VIGIER sera donc privée de son indemnité de survie, sachant qu’elle est invalide à 80 % et incapable d’exercer toute activité professionnelle. Enfin, frappée d’appel, cette décision a fait l’objet d’un recours devant le Conseil d’Etat qui a mis six ans pour déclarer l’action irrecevable !

L’humiliation infligée à Patricia VIGIER résulte non seulement de l’incurie bien connue, mais elle reflète également la condescendance et le mépris qui caractérisent cette oligarchie que sont les autorités judiciaires. Dans ces conditions, force nous est donc de clamer notre colère et notre indignation. En tout état de cause, ce désastre judiciaire supplémentaire a eu pour effet d’annihiler en nous tout sentiment d’appartenance et de citoyenneté.

Il y a deux manières de se tromper : la première est de croire ce qui n’est pas, la seconde est de refuser de croire ce qui est.

Patricia VIGIER
Responsable: Mme Patricia VIGIER
Email: patricia.vigier@skynet.be
Tel: 04/380 38 85
B-4171 POULSEUR COMBLAIN
-------------------------------------------------------- --------------------
Communiqué de presse - WalloniePresse.be
http://www. walloniepresse.be/communiques/
Réf: WP-81272

3595 lectures
Portrait de admin
admin

Administrateur d'Ardenneweb, nous proposons du contenu journalier gratuitement.