Toujours plus haut…en Avignon

écrit par jcblaise
le 26/07/2011
Pascal Rousseau

Toujours plus haut…en Avignon.

Une création d'un genre particulier restera graver dans ma mémoire à l'issue du Festival Off d'Avignon, c'est le spectacle de Pascal Rousseau "Ivre d'équilibre" présenté par le cirque baroque au théâtre du gymnase du collège de la Salle à Avignon. Si il en et un qu'il ne faut pas rater, c'est celui-là. Ce n'est pas du cirque, bien que des numéros de cirque soient présentés, ce n'est pas non plus du théâtre, c'est beaucoup plus. C'est une philosophie qui est exprimée à travers ce spectacle que je qualifierai de Zen. En effet, Pascal Rousseau est athlète accompli et centré sur son centre d'équilibre, celui que chacun de nous devrait trouver pour affronter les épreuves de la vie. Pascal prend des risques avec sa vie, mais il est si serein avec lui-même, que cela ne perçoit pas dans les épreuves qu'il affronte. De son personnage se dégage une paix profonde qu'il communique avec humour, tendresse et amour. Le silence est dans la salle, tous les spectateurs sont scotchés, le souffle retenu, aux évolutions de l'artiste. Celles-ci sont soutenues par une interprétation musicale hors du commun et en pleine harmonie grâce à Eric Bruno qui a composé l'entièreté des musiques.
Le temps, l'espace, la grâce, la poésie, le beau, la pureté et le mystérieux se mélangent sur scène. Pascal donne l'impression de réaliser ses performances sans effort, comme si c'était naturel. Il a une maîtrise parfaite de son corps et un calme intérieur qu'il veut partager avec son public dans une grande communion d'émotions, de ressentis et de vérité. Il nous rappelle ce proverbe chinois qu'évoquait son grand-père: "Quand tu arrives en haut de la montagne, continue de grimper". Pascal veut dépasser les limites, ses limites, toujours aller de l'avant, ne pas s'asseoir dans une vérité qui n'est pas sienne.
A la fin du spectacle c'est debout, les yeux pleins de larmes qu'applaudissent les spectateurs, riches d'un enseignement qu'ils ne sont pas prêts d'oublier, celui de l'amour.

Jean-Claude Blaise.

  • Pascal Rousseau
  • Eric Bruno à la musique
  • Equilibre
843 lectures
Portrait de jcblaise
Jean-Claude Blaise