Amandine Fairon, jeune écrivain de Bastogne

écrit par ReneDislaire
le 21/06/2013
Amandine Fairon

Tendre démence : exercices de style sur les regards
C’est un roman d’amour étrange, bien étrange, que vient d’écrire Amandine Fairon (Editions Benoît Anciaux, département Editions du Chemin).
Un homme jeune et une jeune femme vont tomber amoureux l’un de l’autre dans le huis-clos d’un hôpital psychiatrique, « le Jour Blanc ».
Un amour puissant, tourmenté, impossible.
Les protagonistes ont nom Eloïn et Néhémie.
Détrompez-vous : contrairement à ce que pourrait faire croire la désinence, Néhémie c’est l’homme, et Eloïn la femme. Des prénoms peu courants ; on doit souvent faire un effort et un retour de quelques lignes en arrière pour se rappeler que Néhémie est le héros masculin, et Eloïn le féminin. Une folie !
Les amoureux ont une chambre dans le même couloir.
Un amour intense, continu, mais pas de sexe, pas d’attouchement, si ce n’est … une gifle à la première rencontre.
L’instrument de leur amour, c’est leur regard.
Amandine Fairon décrit le regard des personnages presque à chaque page, dans des déclinaisons sans cesse renouvelées. Une quinzaine de pages sur les regards sont au total parsemées dans le roman.
Extraits.
« La seule identité de Néhémie, c’était son regard. Ce triste regard qui, de l’avis de ses interlocuteurs, se posait trop haut ou trop bas. »
« Ce seul regard qui n’avait duré qu’un quart de seconde, mais qu’elle attendait depuis tellement longtemps. »
« Pourtant, le regard d’Eloïn ne se vidait pas des paillettes que Néhémie lui avait soufflées dans les yeux. »
« Seuls, ces grands yeux d’une profondeur aussi belle que mystérieuse étaient ancrés dans sa mémoire. Ces prunelles qu’elle n’avait croisées qu’à deux reprises. »
« Il n’était plus pour elle qu’un regard. »
« Jusqu’au prochain gobelet, elle s’enticherait encore un peu plus de l’image de ses yeux qui restaient ineffaçables dans sa mémoire. »
« Ce seul regard qui n’avait duré qu’un quart de seconde, mais qu’elle attendait depuis tellement longtemps . »
« Elle n’existait que dans le regard de celui qu’elle attendait. »

Godefroid « Jeune » 2012
Amandine Fairon, âgée de 23 ans, est actuellement professeur de français.
Elle est l’auteur de trois romans « pour adultes » d’une richesse psychologique d’exception.
A 14 ans, elle avait écrit « Piétinés, larmes et silence », qui aborde le thème délicat de l’inceste. Elle ne pourra le publier qu’à sa majorité, à 18 ans.
En 2012, la Province de Luxembourg lui accordait la reconnaissance du Godefroid « Jeune ».

René Dislaire

  • Amandine Fairon
  • Amandine Fairon
1325 lectures
Portrait de ReneDislaire
René Dislaire