Houffalize : un centre d’accueil de jour pour personnes âgées

écrit par ReneDislaire
le 06/11/2013
Houffalize : un centre d’accueil de jour pour personnes âgées

Il y a des événements somme toute banals même s’ils sont importants au sein d’une petite collectivité, mais exceptionnels si l’on considère les moyens mis en œuvre pour y arriver.
Le centre d’accueil de jour pour personnes âgées de plus de 60 ans que le CPAS a ouvert ce mois de novembre 2013 en fait partie.

Avec les dommages de guerre
Si le dossier d’aménagement et de fonctionnement du centre d’accueil a pris cinq années de procédure, celui des « dommages de guerre » qui en a permis le financement remonte, nécessairement, à la fin de la guerre, il y a près de 69 ans.
Les porteurs du projet se sont autogratulés, avec un hommage appuyé à feu le bourgmestre de Manhay fin du XXe siècle, mais il convient aussi de se remémorer ceux sans qui le dossier n’aurait pas pu trouver ses justificatifs.
On n’imagine pas les conditions de travail de tant de personnes, bien souvent bénévoles à l’époque, qui sans recherche de visibilité ont collationné toutes les données parmi les ruines fumantes de Houffalize bombardée en décembre 1944 et janvier 1945.
Des clichés sortis d’appareils photographiques précaires et incertains, des rapports calligraphiés à la plume Ballon trempée dans de l’encre d’eau de l’Ourthe et de poudre noire mélangées, des documents dactylographiés sur des papiers pelure mis en couches avec des feuilles de carbone, le tout dans des baraquements en planches bitumées chauffés vaille que vaille par des poêles au bois des débris de meubles et de menuiseries récupérés dans les décombres.
Les anciens se souviendront des religieuses de la Maison de repos qui portait le nom de Saint-Joseph, de « Mademoiselle » Marie-Thérèse Urbin-Choffray, de Gabrielle Mathurin, et bien sûr du bourgmestre Joseph Maréchal, au four et au moulin dans les ruines enneigées et humides de Houffalize. Et de fonctionnaires dépêchés venus parfois de loin pour travailler « aux dommages de guerre et à la reconstruction ».
C’était un devoir de mémoire que d’évoquer cette étape héroïque.

Un centre d’accueil sous les combles
Pour faire bref, c’est le mobilier « endommagé » de la Maison de repos Saint-Joseph qui a servi d’alibi.
Et c’est sous les combles du home Louis Palange, reconstruit sur l’ancien site hôtelier des Bruyères, qu’a été aménagé ce centre.
Des activités y seront proposées par du personnel qualifié, accueillant et dynamique, a précisé le folder annonçant la nouvelle.
Et de citer atelier de cuisine, jeux de société, initiation à l’informatique, sorties et rencontres…
Nul doute que ce centre répondra aux besoins estimés par le CPAS dans l’étude de marché en amont du projet.
Valides ou non, les personnes intéressées, après formalités administratives préalables et moyennant un certain acquittement, pourront y séjourner du lundi au vendredi de 8 à 18 heures.

René Dislaire

  • Houffalize : un centre d’accueil de jour pour personnes âgées
1251 lectures
Portrait de ReneDislaire
René Dislaire