"Bonbons" de l'Orchestre National de Belgique et Rhonny Ventat à Eupen

écrit par philippe.baldelli
le 13/09/2015
"Bonbons" de l'Orchestre National de Belgique et Rhonny Ventat à Eupen

De Mozart à Brubeck, une promenade musicale dans le monde de la musique classique, accessible au grand public, et qui a ravi 300 personnes
C'est dans la belle salle de la Jünglingshaus d'Eupen, que l'Orchestre National de Belgique et son soliste invité, le saxophoniste Rhonny Ventat, ont convié un large public à une promenade musicale à travers les siècles et les styles musicaux.
Sous la direction du Maestro Dirk Brossé, c'est de Mozart à Dave Brubeck, en passant par Fauré, Ravel ou Brahms, en faisant découvrir Philippe Reul, que l'ONB a émerveillé les presque 300 férus de musique classique présents ce samedi soir. Mais pas seulement.
Car toute l'habileté des concepteurs de la programmation de "Bonbons" résulte dans cette diversité des œuvres : offrir un parcours de découvertes de musiques baroques, romantiques, modernes, peu ou pas connues du "grand public", agrémenté de "friandises" comparables à des "tubes" du répertoire.
L'originalité est de mêler des œuvres connues de tous, telles l'Ouverture des Nozze di Figaro, la Danse Hongroise numéro 5 de Brahms, avec la Pavane pour une Infante Défunte de Ravel, la Danza Rituel del Fuego de De Falla, ou "Pierre under the Mango Tree" de Philippe Reul. En terminant par d'autres friandises en dessert : le Rondeau à la Turque de Dave Brubeck ou, cerise sur le gâteau, "Baker Street" de Gerry Rafferty, rarement interprétée par un orchestre symphonique et un saxophoniste tel que Rhonny Ventat pour les parties solo de cette chanson très connue.
Le programme complet de la soirée est aisément consultable en visitant la page du site de l'ONB qui le relate.
À la fin du spectacle, les amateurs de musique classique avaient été conquis par les œuvres plus modernes, et les personnes pour qui le classique était une découverte sont sorties enchantées et surtout heureuses d'avoir appris à découvrir un genre musical qu'elles connaissaient peu ou mal.
Il y avait, bien entendu, des "grincheux" pour qui "on ne mélange pas les torchons et les serviettes" (sic), mais fort heureusement aussi des jeunes, comme ces deux membres d'un groupe de Rock Metal local, qui ne regrettaient qu'une seule chose : ne pas avoir assisté plus tôt à un concert comme celui-ci.
L'Orchestre National de Belgique a gagné son pari : ouvrir le monde méconnu de la musique classique à un public plus large, et lui faire découvrir ses merveilles. Par un orchestre qui, s'il est par nature multilingue, ne parle qu'une seule et unique langue : la musique.
Photos et rédactionnel : © Philippe BALDELLI, tous droits réservés

  • "Bonbons" de l'Orchestre National de Belgique et Rhonny Ventat à Eupen
  • "Bonbons" de l'Orchestre National de Belgique et Rhonny Ventat à Eupen
  • "Bonbons" de l'Orchestre National de Belgique et Rhonny Ventat à Eupen
  • "Bonbons" de l'Orchestre National de Belgique et Rhonny Ventat à Eupen
  • "Bonbons" de l'Orchestre National de Belgique et Rhonny Ventat à Eupen
  • "Bonbons" de l'Orchestre National de Belgique et Rhonny Ventat à Eupen
  • "Bonbons" de l'Orchestre National de Belgique et Rhonny Ventat à Eupen
  • "Bonbons" de l'Orchestre National de Belgique et Rhonny Ventat à Eupen
  • "Bonbons" de l'Orchestre National de Belgique et Rhonny Ventat à Eupen
  • "Bonbons" de l'Orchestre National de Belgique et Rhonny Ventat à Eupen
  • "Bonbons" de l'Orchestre National de Belgique et Rhonny Ventat à Eupen
968 lectures
User default img
philippe.baldelli