"FIFF"/Namur, à Bruxelles, Liège et Mons

écrit par YvesCalbert
le 01/10/2018
"FIFF"/Namur, à Bruxelles, Liège et Mons

Partager le cinéma. En vrai. En grand.

Tels sont les mots d'introduction à la 33ème édition du "FIFF" ("Festival International du Film Francophone" ), à Namur..., mais pas seulement ! ...

... De fait, le "FIFF" se déplace, aussi à Bruxelles, Liège et Mons...

Voici donc le programme de cette décentralisation, en octobre :

A Bruxelles,

- au "Palace" : le lundi 01, à 19h30 : "Nos Batailles" (Guillaume Senez/Fra.-Bel./2018/98′/avec Romain Duris) ;
- à l' "UGC-Toison d'Or" : le mardi 02 : "En Liberté" (Pierre Salvadori/Fra./2018/107'/avec Adèle Haenel et Audrey Toutou) ;
- au "Palace" : le samedi 06 : "Weldi" (Mohamed Ben Attia/Tun.-Bel.-Fra.-Quatar/2018/104′).

A Liège, au "Sauvenière" ("Les Grignoux"), à 20h :

- le dimanche 30 Septembre : "Nos Batailles" (Guillaume Senez/(Fra.-Bel./2018/98′/avec Romain Duris) ;
- le mardi 02 : "En Liberté" (Pierre Salvadori/Fra./2018/107'/avec Adèle Haenel et Audrey Toutou) ;
- le jeudi 04 : "Weldi" (Mohamed Ben Attia/Tun.-Bel.-Fra.-Quatar/2018/104′).

A Mons, au "Plaza Art" (nouvelle adresse : Esplanade Anne-Charlotte de Lorraine, 01) :

- le vendredi 05 : "Weldi" (Mohamed Ben Attia/Tun.-Bel.-Fra.-Quatar/2018/104′).

Synopsis de ces trois films :

- "En Liberté" : "Yvonne, une jeune inspectrice de police, découvre que son mari, le capitaine Santi, héros local tombé au combat, n’était pas le flic courageux et intègre qu’elle croyait mais un véritable ripou. Déterminée à réparer les torts commis par ce dernier, elle va croiser le chemin d’Antoine injustement incarcéré par Santi pendant huit longues années. Une rencontre inattendue et folle qui va dynamiter leurs vies à tous les deux..."

- "Nos Batailles" : « Olivier se démène au sein de son entreprise pour combattre les injustices. Mais du jour au lendemain quand Laura, sa femme, quitte le domicile, il lui faut concilier éducation des enfants, vie de famille et activité professionnelle. Face à ses nouvelles responsabilités, il bataille pour trouver un nouvel équilibre, car Laura ne revient pas… »

- "Weldi" : "Riadh s’apprête à prendre sa retraite de cariste au port de Tunis. Avec Nazli, il forme un couple uni autour de Sami, leur fils unique qui s’apprête à passer le bac. Les migraines répétées de Sami inquiètent ses parents. Au moment où Riadh pense que son fils va mieux, celui-ci disparaît..." 

Retour à Namur, au coeur du "FIFF" avec quelques 12 longs-métrages projetés, jusqu'au vendredi 05, en avant-premières, avant leur sortie en salles :

 "Une Année polaire" (Samuel Collardey/Fra./93') ;
 "Au bout des Doigts" (Ludovic Bernard/Fra./105') ;
 "Braquer Poitiers" (Claude Schmitz/Fra./60') ;
 "La Chute de l'Empire américain" (Denys Arcand/Québec/121') ;
 "L’Heure de la Sortie" (Sébastien Marnier/Fra./103') ;
 "Les Invisibles" (Louis-Julien Petit/Fra./82');
 "Le Jeu" (Fred Cavayé/Fra./90') ;
 "Léopold, Roi des Belges" (Matthieu Collard & Cédric Vandresse/Bel./47') ;
 "Lola et ses Frères" (Jean-Paul Rouve/Fra./105') ;
 "Le Quatuor à Cornes" (Benjamin Botella, Arnaud Demuynck, Emmanuelle Gorgiard et Pascale Hecquet/Fra.-Bel./43') ;
 "Le Vent tourne" (Bettina Oberli/Sui.-Fra.-Bel./86') ;
 "Voyez comme on danse" (Michel Blanc/Fra./88').

En Compétition de la 1ère Oeuvre de Fiction, nous trouvons 12 autres longs-métrages :

 "Ceux qui travaillent" (Antoine Russbach/Sui.-Bel./102') ;
 "Les Chatouilles" (Andréa Bescond & Éric Metayer/Fra./103') ;
 "Chien de Garde" (Sophie Dupuis/Québec/88') ;
 "Les Drapeaux de Papier" (Nathan Ambrosioni/Fra./103') ;
 "Escapada" (Sarah Hirtt/Bel.-Lux./83') ;
 "Un Homme à sa Place" (Hadrian Marcu/Rou./93') ;
 "Jusqu'à la Fin des Temps" (Yasmine Chouikh/Alg./94') ;
 "Pour vivre heureux" (Salima Sarah Glaminet & Dimitri Linder/Bel.-Lux./83') ;
 "L’Ordre des Médecins" (David Roux/Fra./93') ;
 "Sauvage" (Camille Vidal-Naquet/Fra./99') ;
 "Seule à mon Mariage" (Marta Bergman/Bel.-Fra.-Rou./120') ;
 "Sofia" (Meryem Benm’barek/Maroc-Fra.-Bel.-Qatar/80').

En présentation du "Gala d'Ouverture" le Président-Fondateur du "FIFF", Jean-Louis Close, nous lu ce que Rudy Demotte, Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a écrit dans le Catalogue :

"L'évolution est toujours le fruit d'un questionnement, parfois une source d'inquiétude mais heureusement, aussi, un facteur de progrès et d'espoir face aux combats encore à mener. Le Progrès, nous l'avons vu se manifester, cette année, dans le rapport entre les genres, à la suite de l'affaire Weinstein et de la réflexion qu'elle a suscitée  sur la place des femmes dans le cinéma ; un combat qui se poursuit, pour l'égalité salariale, la fin du sexisme et la juste programmation des films de femmes dans les grandes compétitions internationales."

"L'espoir, il vient aussi de l'ouverture à la diversité qui se dessine dans la foulée de la campagne lancée par April Reign sur la place des artistes et cinéastes afro-américains dans la récompense des 'Oscars'. La mobilisation autour du mot-dièse#OscarsSoWhite a ébranlé Hollywood et réveillé une Amérique encore prisonière de son passé ségrégationniste. Plus largement encore, elle a braqué un coup de projecteur bien utile sur l'importance de la diversité culturelle pour laquelle notre Communauté et le 'FIFF' se battent depuis tant d'années, non sans succès d'ailleurs."

"Progrès, espoir, autant d'éléments qui ne peuvent cependant faire oublier que la crainte demeure également de mise pour une création cinématographique toujours aux prises avec le non respect des droits de l'homme. Vient encore d'en témoigner le 71ème 'Festival de Cannes', marqué par l'absence de deux réalisateurs en compétition : le Russe Kirill Serebrennikov, assigné à résidence, et l'Iranien Jafar Panahi, interdit de quitter le territoire jusqu'en 2030. Ces évolutions, ces avancées et ces luttes à poursuivre ne sont pas survenues spontanément. Elles se fondent sur la persévérance de personnalités, dinstitutions et d'événements qui jouent leur rôle d'acteur sociétal autant que de divertissement. Bref le monde cinématographique change... et c'est, peut-être, au 'FIFF' qu'il le doit."

Prix du « FIFF Pass » pour les 8 Jours : 35€ (30€ pour les – de 25 ans, à partir de 65 ans, demandeurs d’emplois et enseignants. Prix du « FIFF » Pass d’une Journée : 10€ (8€ en tarif réduit / 1€25 pour les « Article 27 »). Prix par Séance : 6€ (hors Ouverture, Clôture, « FIFF Campus », sur invitation et « Cinéma Parents non admis »). Prix pour les Séances d’Ouverture et de Clôture : 10€. Prix pour les Séances « Cinéma Parents non admis » : 5€.  Catalogue (282 p.) : 3€ (des livrets-programmes étant disponibles, gratuitement, au bureau d’acccueil et aux entrées des salles). Site web :  http://www.fiff.be.

Yves Calbert

  • "FIFF"/Namur, à Bruxelles, Liège et Mons
  • "Jusqu a la Fin des Temps" (Yasmine Chouikh)
  • "La Chute de l Empire americain" (Denys Arcand )
  • "L Ordre des Medecins" (David Roux )
  • "Ceux qui travaillent" (Antoine Russbach)
  • "Leopold, Roi des Belges" (Matthieu Collard & Cedric Vandresse)
269 lectures
Portrait de YvesCalbert
YvesCalbert