Houffalize. Covid 19. Le bouc émissaire

écrit par ReneDislaire
le 22/04/2021
Un cluster grouillait sous les cloches...

Le pic des contaminations est atteint
C’était une cité de 1522 âmes, femmes et enfants compris, dans un cadre montagnard confiné.
1750 d’entre eux se biberonnaient aux informations d’un groupe local internet.
Durant une épidémie (qu'on appellera un jour "du siècle") le chef d’édition du journal publiait jour après jour, scrupuleusement et sans commentaire, le nombre de personnes révélées frappées d’un mal qui répandait la terreur. Et les chiffres s’ajoutaient aux chiffres, froids comme le sont les statistiques.
Il avait donné instruction, le rédac, de ne pas les commenter, ses chiffres, pour éviter l’un ou l’autre coup de gueule séditieux dommageable à la sérénité mentale de la collectivité.
Ce jour-là, un lecteur notable transgressa la consigne.
Avec solennité, il tambourina que pour la première fois le nombre des atteints par le mal dans la commune était le plus élevé du duché.
Avec un mot de trop, fut-il relevé.
Et aussitôt les têtes pensantes s’en prirent aux autorités officielles de mal ou trop peu serrer les vis.

Autant dire que le point Godwin* se profilait 
Car l'expansion de la maladie, les sages, dont les parents ou grands-parents avaient résisté à la grippe espagnole, en accablaient les mascosceptiques. 
Parmi ceux-ci, un diplômé ès polylogies sur le virus avait récemment gravi une haute marche du bolsonarisme avec un terme radical : « les masques en rue sont une ineptie ». Ineptie, que voilà un mot-jugement de valeur qui rompt avec la culture de rigoureuse objectivité de la science !
Il avait rejoint un insurrectionnel pousse-au-crime appelant à la désobéissance civique : « ceux qui nous font porter des masques, c’est Hitler en pire et ses sbires qui nous condamnent à l’autogazage par absorption chacun de ses propres bactéries (sic), donc sans dépenses en Zyklon B ».
Quand on vous parlait du point Godwin.*

Le bouc émissaire
Mais tout cela ne suffisait pas.
Depuis que les épidémies existent, Dieu est derrière.
Alors il se trouva quelqu’un pour révéler qu’au passage de la Pâque s’était assemblé dans l’église le double de la jauge autorisée, et sans masque par-dessus le marché.
Un cluster, notion qu’étudient les carabins en première année de médecine, grouillait sous les cloches.
Le curé, tapi dans son presbytère, fut montré du doigt.
Voilà le G.O., voilà le responsable de la propagation du châtiment céleste, l’attiseur du foyer dévastateur capable d’enrichir en un jour l’Achéron.
Oui, il était le responsable du conglomérat qui berdellait sans masque aux saints offices. Le plus grave c’était, soulignait-on, la présence des Flamands majoritaires dans cette double jauge, lestés par leurs contacts cosmopolites dans les port et aéroport d’Anvers et Zaventem.
Oh ! Le révérend était pourtant un brave homme. Et nouvellement installé dans la cité, il assumait une succession qui n’était pas facile.
Mais Dieu l’avait élu comme instrument de son céleste courroux. Sur l’ordre du Tout-Puissant, le diable avait pris possession de sa personne.
Surtout, ce ministre du culte était un étranger.
Il n’avait pas un nom « de par ici », ni la couleur de peau des gens du nord. Nourri dans un pays entre Donald Trump et Jair Bolsonaro, les plus célèbres des anti-masques, du sang aztèque coulait dans ses veines.
Bouc émissaire rêvé, il était donc le bouc émissaire.
Comment réagir ?
« J’irai dorénavant faire mes courses à La Roche » déclara une hôtesse de l'air de la SABENA forcément à la retraite et frappée au coin du bon sens.
Ce à quoi un conteur ajouta :
(à suivre).

René Dislaire © Houffalize, le 22 avril 2021.
 

Note. Si des héros de cette nouvelle présentent des similitudes avec des personnages existants, c’est indépendant de la volonté de l’auteur.

Point Godwin. Théorie du Professeur Godwin. Un débat virulent débouche souvent sur un argument révélant l’adversaire comme pétri par l’idéologie de Hitler, du nazisme. Comme il s’agit dans notre culture du mal on ne peut pire, difficile d’aller plus bas et à l’adversaire de s’en remettre.
Présentation. Fatras et fantaisie sur la réalité et l’imaginaire de l’état du Covid19 dans une petite ville au pied des Alpes.
 

  • Un cluster grouillait sous les cloches...
297 lectures
Portrait de ReneDislaire
René Dislaire