SAUVONS NOTRE TERRE ! La région de Stavelot, Coo, Trois-ponts fière d’être à l’avant-garde !

écrit par admin
le 27/06/2007
Eoliene de Trois-Ponts

Certains d’entre nous ont certainement déjà entendu parler du projet d’installation d’un parc à éoliennes sur le dessus de Ster (Stavelot).

Beaucoup d’entre nous connaissent les éoliennes pour les avoir vues en photo ou le long d’une route mais peu d’entre nous connaissent réellement l’impact de ces « grands moulins à vent » qui sont parfois attaqués et dénigrés à tort par une petite partie de la population.

Les rumeurs colportées par certains groupes minoritaires diffusent des informations erronées et fallacieuses. Ces groupes qui se voilent la face quant aux conséquences désastreuses dues à la pollution que connaîtront nos enfants et petits enfants.

Pourquoi ne pas prendre exemple sur nos anciens, sur leur sagesse, et utiliser ce que notre terre nous offre gratuitement en ayant la « palme d’or » d’être des énergies douces et non polluantes. La première éolienne a été construite en Chine il y a plus de 2000 ans.

L’idée de cet article est de vous éclairer quant aux questions que certains se posent.

Voici les questions les plus souvent posées :

Le bruit ?
Il faut savoir qu’au pied d’une éolienne, le niveau sonore est égal à celui entendu dans une voiture. L’éolienne fonctionne quand il y a du vent et le bruissement du vent dans les arbres a tendance à couvrir le bruit de l’éolienne elle-même. Ce bruit s’atténue en fonction de la distance. Il faut savoir qu’à 400 mètres, le niveau sonore d’un parc éolien équivaut à celui d' un bureau et ce bruit est largement couvert par les bruits ambiants. Pour réduire ce problème, les constructeurs ont peaufiné la conception des pales pour rendre l’éolienne encore plus discrète.

Il est également important de savoir que son fonctionnement peut être programmé. L’éolienne peut s’arrêter par exemple la nuit, le week-end, quand le vent se dirige vers des riverains très proches, etc.… Cette programmation dans les parcs en activité n’a pas remis en cause la rentabilité de ces parcs.

La beauté du paysage ?
Les règles urbanistiques sont contraignantes et l’implantation requiert un permis de construire. En effet, ces parcs ne se construisent pas n’importe où !

Les lignes électriques sont enterrées et n’abimeront en rien l’environnement.

De plus, l’implantation n’est pas irréversible. Ainsi, la première éolienne en France a été déplacée de quelques centaines de mètres pour permettre l’extension d’une carrière. Ce qui est impensable avec une centrale électrique par exemple.

Aujourd’hui, on associe souvent l’électricité à une énergie propre parce que la source de production est éloignée du lieu de consommation (ce qui est différent pour les éoliennes).
L’endroit de production de l’électricité que nous consommons est implanté quelque part, loin de nos yeux, ce qui nous fait souvent l’oublier. Cet impact serait tout différent si on venait mettre une centrale nucléaire sur les hauteurs de Stavelot.

Peu de gens savent ou font semblant de ne pas savoir que les déchets nucléaires mettront plusieurs milliards d’années à être détruits. Certains disent que les éoliennes n’arrêteront jamais la construction des centrales nucléaires. C’est faux ! En une douzaine d’années, grâce au courage et à la persévérance de personnes qui ont cru et anticipé le progrès, 45.000 mégawatts éoliens ont été produits. Cela correspond à une vingtaine de centrales nucléaires qui n’ont pas été construites et qui n’ont pas produit de déchets nucléaires.

Quant à l’impact des surfaces au sol immobilisées, la production éolienne est équivalente à celle du nucléaire.

Le prix ?
Si on se réfère au programme allemand des 6 dernières années, le mégawatt éolien coûte la moitié du prix du mégawatt nucléaire.

L’impact sur le gibier ?
Le gibier s’habitue. Il a vite compris que ces grandes hélices ne lui feront aucun mal.

Et quand il n’y a pas de vent ?
Effectivement, la production d’une éolienne est variable mais elle est prévisible à l’échelle annuelle. Il n’y a jamais de panne de vent à l’échelle nationale. Nous parlerons alors de compensation : quand un parc est à l’arrêt, l’autre compense.

La santé ?
Il y a plus de 50.000 éoliennes dans le monde. Certaines fonctionnent depuis plus de 20 ans et aucun problème de santé n’a été relaté par les autorités sanitaires. Ce qui n’est pas le cas pour les autres sources d’électricité comme le nucléaire ou les centrales au charbon.

De plus, les éoliennes ne renferment aucun produit toxique. Elles n’émettent aucune radioactivité, ne produisent pas de déchets dangereux et ne rejettent pas de gaz.

Concernant l’effet stroboscopique ?
Phénomène correspondant à l’ombre des pales. Celui-ci n’aura pas d’impact sur notre santé. En effet, l’augmentation de la grandeur des pales des éoliennes permet la diminution et le ralentissement de la rotation de celles-ci.

Concernant les infrasons ?
Sons de très basses fréquences et inaudibles. Ces infrasons sont des phénomènes naturels que l’on retrouve partout où le vent heurte un obstacle dur avec ou sans éolienne.

Les parcs à éoliennes ne créent aucun emploi !
Faux ! En 2004, la filière énergétique éolienne emploie plus de 100.000 personnes en Europe.
Quel est l’impact touristique sur toute une région ?
Ce tourisme entre dans le cadre scientifique, industriel, éco-touristique et du tourisme vert. Il est également éducatif par l’organisation de visites pour les écoles. Au Danemark, des études statistiques ont fait une relation entre l’augmentation touristique de 50% depuis 1980 et l’implantation des parcs à éoliennes.

Réjouissons-nous que l’initiative ait été prise par un groupe privé dans notre région !
Les différentes enquêtes menées en France et à travers le monde démontrent que les touristes ne fuient pas ce genre de parc. Au contraire, ils montrent un intérêt certain, une curiosité et viennent le visiter.

Pour l’avoir vécu moi-même, je vous conseille donc d’aller visiter un parc éolien et de vous faire votre propre idée sur la réalité. Vous pourrez constater que les éoliennes font beaucoup moins de bruit que ne le disent les groupes qui tentent de démolir leur développement.

Les anciens moulins à vent que les peintres reproduisaient pour leur beauté au sein d’un village ou d’un champ de blé nous montrent que ceux-ci n’abimaient en rien le paysage. L’éolienne n’est-elle pas un moulin à vent moderne ? Avez-vous déjà pris le temps de l’admirer ? Pour ma part, en la regardant tourner lentement, je la trouve belle et apaisante. Je ne peux m’empêcher de penser à nos enfants et à l’avenir de notre terre.

Sans ce genre de solution à nos besoins effrénés en énergie, je ne donne pas cher de notre peau et surtout de celle des générations futures. N’hésitez pas si vous adhérez à cette cause à envoyer un mail de soutien à santelux@euphonynet.be ou un fax au n°080/399048 ou un petit mot à : Projet éolienne Hénumont, 23 4980 Trois-Ponts.

Pour les amis des énergies douces.
Françoise Collignon

  • Eoliene de Trois-Ponts
2641 lectures
Portrait de admin
admin

Administrateur d'Ardenneweb, nous proposons du contenu journalier gratuitement.