Exceptionnelle, pour votre information, transcription d’une conversation téléphonique avec une malade Alzheimer.

écrit par admin
le 04/10/2007

Lundi 1er octobre 2007
- Bonjour monsieur, je m’adresse bien à l’APIA ?
- Oui Madame, que puis-je pour votre service ?
- J’habite dans les Ardennes à…J’ai lu dans mon journal que vous aidez les personnes âgées. Pouvez-vous me consacrer quelques minutes, car je ne sais à qui m’adresser ?
- Madame, je suis à votre écoute pour vous aider dans la mesure de mes possibilités.
- J’ai 80 ans monsieur et j’ai la maladie d’Alzheimer.
- Que puis-je faire pour vous aider? Qu’attendez-vous de moi ?
- Je suis toute seule toute la journée et j’habite avec mon fils qui n’est pas très gentil avec moi quand il rentre à la maison.
- Il vous brutalise ?
- Non, mais il ne me parle jamais. Il me donne des maux de tête en claquant les portes et en mettant la musique à fond. Si je m’en plains il crie sur moi et m’enferme.
- Vous n’avez pas une voisine, une parente ou une amie avec qui converser dans la journée ?
- Non. Je ne sais plus me déplacer et comme je suis malade et vieille, je crois que je fais peur aux gens.
- Vous n’avez qu’un enfant ?
- J’ai aussi un autre fils et deux filles, mais ils ne viennent jamais me rende visite. Ils habitent à 20 kilomètres.
- Puis-je connaître votre adresse et votre téléphone afin d’examiner comment vous aider et reprendre contact ?
- Je préfère non, car mon fils lit mon courrier et il serait fâché que je vous aie téléphoné.
- Comment puis-je alors vous aider croyez-vous ?
- Je suis malheureuse toute seule et je voudrais que l’on s’occupe de moi, pour manger, faire ma toilette, parler avec moi, car je perds la notion de la réalité.
- Promettez-moi de demandez à votre médecin de prendre contact avec moi ou donnez-moi les numéros de téléphones de vos autres enfants et je ferai mon possible pour vous aider en évitant de froisser votre famille.
- Je vais y réfléchir car j’ai peur d’être expulsée de ma maison et enfermée. Merci monsieur cela m’a fait du bien de vous causer.
- Téléphonez-moi encore quand vous voulez, vous ne me dérangez absolument pas…

La Belgique compte aujourd’hui 140.000 malades Alzheimer déclarés et probablement un nombre bientôt équivalent qui ne sont pas décelés, dont la maladie est mal connue de la famille, non divulguée par gêne ou pour des raisons financières telles que frais de médicaments et procurations illégales sur les biens et revenus ou encore maltraitance. Notre plus jeune contact atteint d’Alzheimer à 35 ans !
Les soins sont peu subventionnés, l’accompagnement permanent à domicile pas du tout et les maisons de retraite adaptées saturées ne disposent que d’un personnel spécialisé très insuffisant.

Aide à personne en danger
Article 422bis. Sera puni d'un emprisonnement de huit jours à un an et d'une amende de cinquante à 125? ou d'une de ces peines seulement, celui qui s'abstient de venir en aide ou de procurer une aide à une personne exposée à un péril grave, soit qu'il ait constaté par lui-même la situation de cette personne, soit que cette situation lui soit décrite par ceux qui sollicitent son intervention.
A défaut d’une médiation, une plaint, qu’elle qu’en soit les raisons, conforme au formulaire de la police fédérale délivrée par APIA est à soumettre de préférence au Parquet.

R. Balsaux, président de l’APIA asbl.
APIA Avenue des Déportés, 15
6140 Fontaine-L'Evêque
Tél : 0472-77.88.37
Mail : info@apia.be
www.apia-senior.be

Demandez les documentations
PERMANENCE NON STOP
Gardes-malades à domicile partout à Bruxelles et en Wallonie
Rencontrer d’abord la garde-malade vaut apaisement
Expérimentées en milieu hospitalier.
Dyspatching gratuit : spécifier la localité et les horaires (minimum 4 H de jour ou 10 H de nuit).
Infos immédiates email : contact@apia-senior.be

1305 lectures
Portrait de admin
admin

Administrateur d'Ardenneweb, nous proposons du contenu journalier gratuitement.