Total 24 Hours of Spa - Edition 2007 - 26, 27, 28 & 29/072007

24 h of Spa-01 24 h of Spa-01-1 24 h of Spa-03 24 h of Spa-05 24 h of Spa-06 24 h of Spa-07 24 h of Spa-07-1 24 h of Spa-15 24 h of Spa-018 24 h of Spa-025

Une Corvette émerge du deluge …

Ne jamais vendre la peau de l’ours… Tous les spectateurs de l’édition 2007 des Total 24 Hours of Spa méditeront longtemps cette maxime. Alors que le record de cinq victoires tendait les bras à Eric van de Poele et ses coéquipiers Pedro Lamy, Michael Bartels et Thomas Biagi, une toute petite erreur du pilote belge est venue enrayer la belle mécanique du team allemand.

A 14.52 heures, sous une pluie battante, alors que la Maserati MC12 Vitaphone menait la course sereinement, avec un peu moins d’un tour d’avance sur la Corvette Carsport Holland, « Tintin » perdait le contrôle de sa machine à l’entrée du virage de Stavelot et partait en toupie dans le bac à graviers. Le temps de tracter la belle italienne et de reprendre la piste, la C6R de Marcel Fässler avait pris l’avantage… « Je ne cherche pas la moindre excuse », déclarait le héros malheureux du week-end après coup. « Certes, j’étais à la fin d’un double relais et les pneus étaient un peu usés, mais un pilote professionnel doit gérer ce genre de situation. Heureusement, dans le team, ils ont été « super ». Michael Bartels est un pilote et il sait que ce genre d’erreur pend au nez de tout compétiteur… »
La victoire du Hollandais Mike Hezemans, de l’Italien Fabrizio Gollin et des Suisses Jean-Denis Deletraz et Marcel Fässler n’est pas volée pour autant. Titulaire du meilleur temps des essais par l’entremise d’Hezemans, la Corvette C6R a mené la danse pendant une bonne partie du début de course et durant toute la nuit. Sur le sec, la n° 5 paraissait impériale. Et ce n’est que lors de l’apparition de la pluie qu’elle allait petit à petit perdre de sa superbe, au point de céder le leadership à la Maserati Vitaphone sur le coup de dix heures du matin. De son côté, la Maserati Vitaphone avait entamé les débats sur un mode mineur, cédant du terrain en début de course, avant de revenir dans le coup avec l’apparition de la nuit. Cinquième à minuit, la MC12 réalisait un festival dans l’obscurité avant de profiter d’une redoutable efficacité sous la pluie pour se hisser au commandement. L’histoire du record de Vdp semblait écrite à 14.51 heure, lorsque survint le coup du sort…
Sur le podium, les deux animateurs de l’épreuve étaient rejoints par Bert Longin, Anthony Kumpen, Kurt Mollekens et Frédéric Bouvy. Ralentis par un problème de freins en cours de soirée alors qu’ils occupaient la tête de l’épreuve au volant de la Corvette C5R United 4 Belgium, les quatre hommes ont conquis cette troisième place de haute lutte face aux Maserati de Lémeret-Ramos-Montanari-Bobbi et Bertolini-Piccini-De Simone-Pier Guidi. La Corvette C6R de Vosse-Franchi-Beretta-Gavin devait quant à elle se contenter du sixième rang après avoir perdu pied durant la nuit alors que la C5R de Soulet-Duez-Van Bellingen-Coens avait elle aussi lâché prise dans l’obscurité et concluait la course à la 10è place.
Tout comme les Lamborghini, les Aston Martin sont les grandes perdantes de cette édition. Aucune des trois DBR9 engagées n’a été en mesure de franchir la ligne d’arrivée. La première machine du team BMS a très vite renoncé (problème électrique) et sa consoeur, déjà sévèrement touchée lors des essais et annoncée en perdition à deux reprises durant la nuit, a terminé sa carrière au petit matin à Blanchimont, victime d’une très spectaculaire sortie de route. Quant à la plus compétitive des machines anglaises, celle de Wendlinger-Sharp-Lechner, elle a renoncé peu avant 23 heures après avoir joué un rôle en vue en début de course.

En GT2, les Porsche ont décroché un éclatant succès, monopolisant les quatre premières places de la catégorie. Collard-Malucelli-Lieb ont apaisé la déception du team BMS - peu en veine avec les Aston Martin - en dominant l’épreuve de manière insolente et en imposant leur loi aux voitures-soeurs de Lietz-Long-Narac, Machitski-Edwards-Maassen et Zani-Busnelli-Pompidou-Ceccato. La première Ferrari 430 rescapée (après les sorties de route de Müller, Kane et Aguas) sauvait l’honneur de la marque italienne en prenant le 5è rang aux mains de Ruberti-Pasini-Cressoni-Case.
Dans la catégorie G2, les Mosler ont monopolisé les premières places après l’abandon précoce de la Gillet Vertigo menée de main de maître en début de course par un Bas Leinders déchaîné. Las, la sortie de route de Sarah Bovy samedi en fin d’après-midi entraînait une longue descente aux enfers qui se clôturait par un abandon dans la soirée. Au terme d’une course laborieuse, Kenis-De Keersmaecker-Smets-Mattheus prenaient le meilleur sur Radermecker-Dermont-Muytjens-De Sordi. La Porsche 996 GT3 Cup de Nozière-Brouard-Roussaud-Ferreira complétait le podium de la classe.
Enfin, en G3, ce sont les Porsche 997 GT3 Cup qui émergeaient en vue du but après la défaillance de la Ferrari 430 de Vannelet-Leister-Lesoudier-Jakubowski. Le quatuor van Splunteren-Khan-Frederiks-Stielstra précédait Kelders-Kerkhove-Greisch-Lefort et Rautureau-Fournet-Herbert-Lahaye.
L’édition 2007 des Total 24 Hours of Spa aura marqué les esprits par le niveau très élevé de performance atteint par les teams et les pilotes de pointe mais aussi par le nombre-record d’intervention des Safety cars : trois heures quarante-six minutes de neutralisation et huit montées en piste des voitures de sécurité !
Chapeau à toutes et à tous, chapeau bas également à tous les acteurs de l’ombre dont les commissaires, les mécanos (sachent bien « Coco » que cette coupe du Roi 2007 est également un peu la tienne …), … à celles et à ceux que je n’aurais pas cités.

Com. et Patrick Davin - plus de photos sur www.racing-pictures.be