8 Hours of Spa : Victoire de Jadoul / Dutronquois

Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin

La deuxième édition des 8 Hours of Spa aura été passionnante de bout en bout. Disputée dans d'excellentes conditions atmosphériques, elle aura permis à la Kawasaki de Jadoul/Dutronquois de l'emporter après une série de rebondissements.
En effet, juste avant les deux heures de course, la BMW que l'Espagnol Mazvecos partageait avec Werner Daemen chutait et abandonnait alors qu'elle était au commandement. Quelques minutes plus tard, après 3h30 de compétition, la Honda de Sébastien Le Grelle/ Mertens était contrainte à l'abandon sur bris de soupapes alors que elle aussi luttait pour la victoire. La voie était libre pour la Kawasaki de Jadoul/Dutronquois, mais elle devait s'arrêter plusieurs fois au stand pour un problème au système d'embrayage. La Yamaha 600 de Weynand/Depoorter en profitait pour refaire son retard, mais des ennuis de frein la retardait à son tour. La Kawasaki reprenait donc l'avantage et s'enfuyait vers la victoire finale.
Après 6h30 de course, Weynand chutait aux Combes suite à une rupture de chaîne secondaire et ne pouvait ramener la moto du Campus Francorchamps au stand. Cela faisait l'affaire de Julin/Troiano (Yamaha) qui étaient automatiquement sacrés champion de Belgique d'endurance 600 mais finalement remportaient aussi leur classe.
Pour le podium, le suspense restait entier car derrière Marnix D'Hondt/Mario Van Vossel (Honda/Honda vainqueur de la classe Cup 1000) et Martin Scherrer/Niggi Schmassmann (Suzuki/Suzuki), Marc Fissette et Fabian Le Grelle faisaient le forcing pour monter sur la dernière marche mais également pour conquérir le titre de champion de Belgique réservé aux 1000cc. Sils ne parvenaient pas à amener leur Suzuki sur ce podium, écopant en fin de course d'une minute de pénalité pour ne pas avoir respecter les consignes de sécurité lors de leur dernier ravitaillement, ils enlevaient cependant le titre au détriment de Mertens/ Sébastien Le Grelle qui avaient pourtant remporté toutes les autres manches disputées.
Quant à la classe Cup 600, elle revenait à Kenny Bourguignon/Eric Hubert (Yamaha/Suzuki) devant Michaël Honnay/ Olivier Poste/Rodrigue Dury (Suzuki/Suzuki/Honda).
Les classements sont disponibles sur www.bikerscup.eu

Superbike
Carton plein pour Lonbois. Fantastiques ! Même si elles ont connu un même vainqueur, les deux manches réservées au Belgian Superbike ont été incroyablement disputées et ont passionné le public de bout en bout. Dans la première, Sébastien Le Grelle, Vincent Lonbois et Alex Verleye se retrouvaient roue dans roue. Ce fut d’abord Le Grelle qui imposait la cadence avant d’être remplacé par Lonbois. Voulant reprendre son bien, Sébastien chutait, mais pouvait néanmoins repartir. Lonbois n’était pourtant pas encore certain de son fait, car Verleye était déchaîné et, dans le dernier tour, les deux leaders se passaient plusieurs fois. Pourtant au freinage de la chicane, Lonbois gardait l’avantage et l’emportait in extremis. Patrick Quintens, qui avait tenté se mêler au débat, avait cédé du terrain au fil des tours, mais conservait aisément la troisième place. On croyait avoir tout vu, mais la seconde manche fut encore plus sensationnelle. On reprenait les trois mêmes protagonistes qui ne se quittaient pas d’un pneu et s’échangeaient constamment le leadership. Après s’être passés et repassés dans le dernier tour, nos trois lascars se présentaient ensemble au freinage de la dernière chicane. Sans doute trop optimiste, Le Grelle manquait son freinage ouvrant la porte à Lonbois qui s’y engouffrait ainsi que Verleye. Du côté des juniors, Jean-François Hanlet se montrait sans rival, autant en première qu’en seconde manche, se permettant même de vaincre à chaque fois des Inters.

Belgian Supersport 600.
Les deux manches réservées au Belgian Supersport se sont déroulées, ce dimanche à Francorchamps, sur un scénario strictement identique. Très vite, Vincent Lonbois (Yamaha) s’est retrouvé au commandement et, sans toutefois réaliser l’un de ses objectifs, à savoir descendre sous les 2.30 au tour, l’actuel animateur du championnat d’Europe a creusé l’écart avec Sébastien Le Grelle. Malgré toute sa hargne, le pilote de la Honda devait laisser filer son adversaire, alors que lui-même prenait aisément ses distances sur Gian Mertens.
Par contre, si Gian se maintenait constamment en troisième position, ce n’était pas sans mérite. Lors de la première confrontation, Frederiek Mahau, Vick De Cooremeeter et Sébastien Georges restaient quelques kilomètres dans son sillage avant d’abdiquer les uns après les autres. Lors du second débat, Mahau et Arnaud De Kimpe (le fils de l’ancien vainqueur du Casque Samourai Kawasaki et qui fait ses classes en France) rejouaient le même rôle, avant, eux aussi, de perdre le contact petit à petit.

Pro twin
Belles empoignades dans le clan des Pro-Twin. En première manche, Jean-Yves Novoselcuk ratait son envolée et entamait une remontée époustouflante qui, dans le dernier tour l’amena dans la roue de Bernard Peiron qu’il battait au sprint. Dans le second débat, ce même Novoselcuk trouvait sur son chemin Stéphane Pagani. Ici aussi il fut question d’arrivée très serrée mais cette fois Pagani orchestrait de main de maître le sprint jusqu’au bout. Habitué aux courses en tête, Frédéric Bottoglieri ne fut pas gâté par les événements et fut bien à deux doigts de ne pas obtenir le titre de champion de France qu’il convoitait. De Spa, il devait ramener un seul point pour conquérir cette couronne, mais, au warm up, il était trahi par sa mécanique. Héritant d’une moto d’un rival, il parvenait à se classer en ordre utile et être sacré champion dès la course d’ouverture. Heureusement d’ailleurs car dans la seconde, il chutait à Bruxelles...

3DCup
Deux manches totalement différentes pour la 3 D Cup, mais un vainqueur identique. Samedi, c’est sur une piste humide que Martin Hoogenraad imposait sa 1098 alors que dimanche, il profitait d’une piste sèche et d’un beau soleil pour terminer brillamment son week-end.
Par contre, la seconde marche du podium allait d’abord à Franck Coppens puis à Sveti Alexandrov, mais ces deux pilotes étaient chaque fois pointés à une bonne dizaine de secondes du vainqueur du jour.
(Com. & Patrick Davin).

Pour plus de photos, cliquez sur http://www.racing-pictures.be

Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur "Sauvegarder les paramètres" pour activer vos changements.

Merci pour la photo j'ai

Merci pour la photo j'ai hate d'être le 20 et 26 septembre