BIFFFhiiiii : La bête est lâchée !

écrit par admin
le 07/04/2009
01

Du 9 au 21 avril prochains, le Festival International du Film Fantastique de Bruxelles (le BIFFF pour les initiés) investira, pour la troisième année consécutive, le site de Tour & Taxis. Treize jours d'horreur fantastique pour les amateurs du genre et pour les cinéphiles de tout bord, voilà ce que proposent à nouveau les organisateurs du Festival ! Comme l'année passée, le BIFFF pourra compter sur le plus grand écran éphémère de Belgique. Horreur, thrillers et heroïc fantasy seront donc au menu des gourmets qui raffolent de ces cinémas de genre.

photo 1 = Les arachnophobes pourront peut-être tenter à nouveau cette année de vaincre leurs peurs les plus profondes !

Des films bien allumés donc mais aussi des œuvres aux images plus insolites à découvrir dans la section 7è Parallèle du Festival. Outre ces réjouissances purement cinématographiques, le BIFFF donnera à voir diverses activités qui déchirent tout : les concours de maquillage et le Body Painting, le Zombie Day et l'incontournable Bal des Vampires.

Le 27e BIFFF - eh oui, déjà ! - s'ouvrira avec le film « Coraline », film d'animation d'Henry Selick. Ce nom vous dit forcément quelque chose puisque ce réalisateur signait voici deux ans un excellent remake en 3D Relief de « « The Nightmare Before Christmas » (« L'étrange Noël de Monsieur Jack »). Le Festival se clôturera avec le long métrage « State of Play », signé par l'Américain Kevin McDonald, avec notamment, excusez du peu, Russell Crowe et Ben Affleck.

photo 2 = « State of Play » clôturera le 27è BIFFF

La programmation comprend 90 films au total, 63 longs (dont deux avant-premières mondiales et cinq avant-premières internationales) et 27 courts. Signalons que parmi la série de longs métrages présentés cette année au BIFFF, huit n'ont pas encore trouvé de distributeur européen. Tout le mal qu'on leur souhaite est que le Festival, lieu de rencontres professionnelles par excellence, leur permette de trouver un chemin vers nos salles obscures. Dans le cas contraire, ces films seront à voir au 27è BIFFF et nulle part ailleurs.

photo 3 = « The Mutant Chronicles » sera en lice dans la compétition internationale

Le jury chargé de départager les films présentés dans le cadre de la compétition internationale sera présidé par Patrick Tatopoulos (créateur des effets spéciaux de films tels que « Independance Day » et « I, Robot » et réalisateur du troisième volet de « Underworld »), entouré de Katsuhito Ishii, Lucky McKee, Rufus Sewell et Pieter Van Hees. Parmi les autres invités du 27è BIFFF, seront présents Edward Furlong, Dominique Pinon, pour ne citer que ces deux noms.

photo 4 = « Franklyn » concourra, lui, dans la compétition européenne du Festival

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Sorties DVD

photo 5 = Le film est disponible en DVD et en Blu-ray

COMÉDIE
Tous publics

LE FILM **
LE DVD ET LE BLU-RAY **

PARLEZ-MOI DE LA PLUIE
Cinéart / Twin Pics - environ 1h35

De Agnès Jaoui (2008).
Avec Jean-Pierre Bacri, Jamel Debbouze, Agnès Jaoui.
Mais aussi Pascale Arbillot, Frédéric Pierrot, Florence Loiret-Caille.

Agathe (Agnès Jaoui), femme politique, revient dans la maison de son enfance, dans le sud de la France. À son arrivée, Karim (Jamel Debbouze) et son ami Michel (Jean-Pierre Bacri) entreprennent de tourner un documentaire sur elle. On est au mois d'août. Il fait gris, il pleut. Ce n'est pas normal et rien ne va se passer normalement. Voilà pour le synopsis de « Parlez-moi de la pluie »…

photo 6 = Avec « Parlez-moi de la pluie », Jaoui et Bacri collaborent pour la septième fois

À nouveau résultat d'une écriture à quatre mains, ce film scénarisé par le couple Jaoui-Bacri et réalisé par la première nommée concrétise la septième collaboration entre les deux acteurs. Nous sommes un peu tentés de dire que Bacri fait du Bacri (« Bêler avec les autres moutons », dira-t-il dans le film, « ça n'a jamais été mon style ») ; Jaoui, du Jaoui ; et que seul Jamel joue véritablement dans un registre nouveau (il reçoit ici son vrai premier rôle adulte), comme à chacune de ses apparitions à l'écran, où il n'est pas cantonné à un registre particulier.

Bacri hérite donc d'un rôle à la Bacri : celui d'un râleur. Dommage qu'il ne joue jamais dans un autre registre celui-là. Mais en est-il seulement capable ? Sur toute la durée du film, son personnage sourit et rit deux fois. Si si si, nous les avons comptés, sans rire. Bacri et ses « C'est… c'est… c'est… », « Je… je… je… » (il les adore, ceux-là), « Tu… tu… tu… » et autres « On… on… on… » (le bougre nous énumère quasiment tous les pronoms personnels, qu'il en soit ici remercié), nous turlupine un peu.

photo 7 = Djamel, ici avec Mimouna Hadji, reçoit son premier rôle adulte

Jaoui joue quant à elle une femme politique féministe plus que patiente avec ses deux portraitistes. Elle réussit tout de même à montrer, à travers son personnage, que toute personne, aussi forte soit-elle en apparence, a inévitablement des failles. Nous avons failli interrompre le visionnage du métrage après une petite demi-heure, tant le film est lent à démarrer. Et une demi-heure, c'est beaucoup pour un film qui fait à peine plus d'une heure et demie.

À quelques moments, assez rares heureusement et situés surtout au début du film donc, « Parlez-moi de la pluie », c'est un peu comme quand on parle, chez son coiffeur ou au supermarché local, du temps qu'il fait : un rien ennuyant et insipide. Comme le portrait dressé par le caméraman-monteur Karim (Debbouze) et le reporter-interviewer Michel (Bacri), le film tire donc un peu en longueur. Mais nous nous sommes donc accrochés et, à vrai dire, avons bien fait. Le fait que nous ayons aimé les deux films signés précédemment par Agnès Jaoui - « Le goût des autres » et « Comme une image » - n'y est sans doute pas pour rien.

photo 8 = Une des situations cocasses du film

De nombreuses répliques font mouche. Les dialogues sont souvent ciselés, comme toujours lorsque le duo Jaoui-Bacri est à l'écriture de ceux-ci. L'humour finalement assez direct et intelligent est rythmé piano par une souvent lente mais néanmoins agréable bande son. Cette œuvre s'inscrit dans un cinéma d'auteur à la française et trouve par conséquent sa place dans le cinéma hexagonal actuel. Bref, voici un film qui « sera à Carrefour en CD » comme le dit de façon très mignonne un des enfants apparaissant dans le making of. Et on n'est finalement pas trop mécontents que ce soit le cas car il est à parier que les amateurs du duo Jaoui-Bacri aimeront le film.

photo 9 = Dans la vie, une vraie complicité unit Djamel et Bacri

En bonus, on retrouve, comme précisé plus haut, un making of, et la bande-annonce du film. Assez classique, le making of reprend notamment de nombreuses répétions effectuées par les acteurs. Longuet (quasiment une heure) - nous aurions aimé voir celui-ci se décliner en une série de thèmes - il permettra à ceux qui ont aimé le film d'aller plus loin que celui-ci. Il a en tout cas le mérite de montrer à quel point Jaoui et Bacri font attention au tempo et à la précision des dialogues.

photo 10 = Un documentaire de qualité qui donne envie d'aller dans le pays de Bob Marley

DOCUMENTAIRE
Tous publics

DESTINATION MONDE - JAMAÏQUE ****
RTBF éditions / Twin Pics- environ 52 min

De Emmanuel Roblin (2008)

JAMAÏQUE, EMPREINTE D'AFRIQUE EN MER DES CARAÏBES

Cinquante-deux « Destination Monde » d'autant de minutes, voilà ce que nous propose cette collection éditée par RTBF éditions. Cette fois-ci, cap sur la Jamaïque, creuset de quatre grandes cultures : africaine, asiatique, européenne, et du Moyen-Orient. La Jamaïque fait inévitablement penser à la culture de la canne à sucre, qui reste une ressource économique majeure de l'île peuplée de descendants d'esclaves africains dans un premier temps, d'immigrants chinois et indiens par la suite.

Mais décollez sans plus attendre de Bruxelles, avec une halte à London Gatwick. Arrivée à Kingston, centre économique et politique du pays, douze heures plus tard. Sous un soleil de plomb présent à tout moment de l'année (nous sommes pourtant en pleine saison hivernale), vous atterrissez à Kingston, la capitale du pays. Échoppes colorées, marchands de fruits et légumes, nourriture savoureuse - outre les bananes, noix de coco, breadfruits (arbres à pain qui produisent deux types de fruits : les fruits à pain et les châtaignes-pays), jus au gingembre, « jerk pork » et autres soupes du jour épicées, le rhum et la canne à sucre rythmeront votre parcours où vous ne manquerez pas de faire halte sur des plages blanches à la mer bleu turquoise. Bref, vous l'aurez compris : des vues paradisiaques sont au menu de votre séjour.

Nous retiendrons de ce pays l'accueil formidable de la population locale, leur rythme cool, la communauté des rastafari (pour qui le reggae est un véritable art de vivre et une philosophie à part entière, voix de la révolte, de la liberté et de l'amour). La musique est partout, reggae oblige et l'odeur de ganga, omniprésente. Bref, un seul conseil : débranchez votre portable et let's go to Jamaïca. Vous ne serez pas déçu du voyage. Dernier conseil : une nuit ou deux à l'hôtel constituent une bonne option mais optez plutôt pour les « guest houses » et les bonnes adresses dénichées le long de la mer. Faites confiance aux gens !

Voici pour l'invitation en Jamaïque… Le DVD « Destination Monde - Jamaïque » est très complet et dresse un portrait réaliste de la Jamaïque, le réalisateur de ce moyen métrage ne fermant pas les yeux sur les difficultés qui touchent le pays : la pauvreté, la criminalité, le trafic de drogue et la prostitution. Rythmé par une musique entraînante, ce documentaire foisonnant de superbes images ensoleillées donne la parole aux habitants de l'île, qui se distingue par une diversité remarquables d'espèces et d'écosystèmes.

Le DVD comprend, hormis le docu, une galerie d'une dizaine de très belles photos.

Cause ya know man! Yo man! Respect! Welcome to Jamaica!

Un grand merci à Marie et Yannick, nos correspondants occasionnels sur place, pour leur contribution à cet article !

. Mauvais
* Passable
** Pas mal
*** Bon
**** Très bon
***** Excellent

Bons films !

Jean-Philippe Thiriart
jeanphi111@yahoo.com

GD

  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
1328 lectures
Portrait de admin
admin

Administrateur d'Ardenneweb, nous proposons du contenu journalier gratuitement.