Dunlop Sport Maxx Endurance Cup: 10 Hours of Zolder

Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin Photos Patrick Davin

De Coster, "Brody" & Muytjens remportent leur premier succès en DSMEC.
Les titres pour Lumbeeck/Marchal, Maes/Van Oost, Jeuris/Vetters, Polderman et Saker Belgium

Avec les 10 Heures de Zolder, comme le veut la tradition, la saison en circuit s’est définitivement refermée. Fin de parcours également pour la compétition DSMEC sous l’égide du VAS, avec une nouvelle fois un peloton à la fois séduisant, animé et coloré. L’an prochain, ce championnat battra pavillon RACB en ne subissant que peu de changements, les bolides des catégories FIA GT3 et GT4 venant en outre compléter le plateau.

Et ceux qui pensaient que ces 10 Heures de Zolder allaient être caractérisées par une tristesse ambiante en ont été pour leurs frais. En dépit du fait que les titres dans les Classes 2 et 4 étaient quasiment attribués à Maes/Van Oost d’une part et Polderman de l’autre, le combat a été âpre. En fait, c’est à un long sprint que l’on a assisté, avec beaucoup de victimes qui pointaient aux avant-postes.

Qualifications : la KIA PRO CEE’D Silhouette prend tout le monde de vitesse.

Lors de la séance officielle, les pilotes n’ont pu accomplir que cinq tours sur une piste sèche. Peu après, les vannes célestes s’ouvraient au-dessus du Limbourg, ce qui condamnait plusieurs concurrents en pleine phase d’échauffement des pneus et des freins, ces derniers étant dès lors dans l’impossibilité de signer un chrono valable.

La Kia PRO CEE’D Silhouette de Dockerill/Kane était par contre rapidement en action, et décrochait la pole position. Une performance qui s’accompagnait d’emblée d’un avertissement pour dépassement des limites de décibels. Un problème qui ne sera plus d’actualité la saison prochaine. L’équipage leader en Classe 2 et dans le Team Championship, Maes/Van Oost, se propulsait également en première ligne, conservant l’avantage sur la Viper AD Sport, elle-même handicapée par un transpondeur défaillant. La Porsche 911 GT3 RS de Penders/Lamot signait le quatrième meilleur temps, précédant Lamster/Zadnikar/Neyens, Lagrange/Heyer/Geipel, Raus/Mattheus/Verbergt et De Laet/Lauwers/Michiels. La pole en Classe 3, ainsi qu’un excellent 9ème chrono, étaient l’apanage de la BMW M3 des frères Franssen et Erik Qvick, qui précédait les autres bolides bavarois de Peeters/Jennen/Van Samang et Werckx/Werckx/Van Hooydonk, tandis que la Saker de l’actuel trio en tête du championnat, composé de Jeuris/Vetters/Boender, prenait la 4ème place, devant les Britanniques Moore/White/Calum (BMW). En Classe 4, les frères Grouwels plaçaient leur rapide Renault Clio devant les autres françaises de Stevens/Jonkheere et Legrand/Glorieux/Lescrauwaet (DVB), tandis que la BMW M3 des frères Van de Water suivait dans la hiérarchie. Leader du championnat, Stephan Polderman allait s’élancer depuis la 5ème place. Quant à la famille Derdaele, qui partageait la Porsche 997 GT3 évoluée de l’équipe First Motorsport avec Eddy Renard, elle était contrainte de procéder au changement de la boîte de vitesses, de quoi la renvoyer à la queue d’un peloton riche de quelque 51 bolides.

Course : De Coster,’Brody’ & Muytjens ont de la réserve

Sur une piste détrempée, la Kia Silhouette pilotée par un fantastique Steven Kane pouvait profiter de sa pole position, emmenant le reste de l’impressionnante meute. Pour le Chad Racing, la fête n’allait pourtant pas durer longtemps, puisqu’un deuxième passage au-dessus de la limite des 105 Db était synonyme de drapeau noir pour le superbe bolide, après trente minutes de course seulement. Marchal en profitait pour positionner la Viper AD Sport en tête du classement, devant les Porsche de Lamot, Maes, Neyens, Raus, Lagrange et la Ferrari F430 des frères Thiers. En Classe 3, la famille Franssen associée à Qvick prenait les commandes devant la Saker de Boender, la BMW de Moore, la Ginetta KS Motorsport et les BMW MSE et Recy Team.

Vermeeren s’offrait un splendide départ en Classe 4, remontant de la 14ème à la 1ère place en 30 minutes à peine, de quoi lui permettre de devancer Polderman, Grouwels, Legrand, Van de Water et Geelen.

Après une bonne heure de course, la piste commençait à sécher, de quoi anticiper les premiers pit-stops. Les changements de leaders étaient assez nombreux à cet instant, et l’un des plus importants concernait Maes, qui décidait de changer très tôt de pneumatiques. Hélas, quelques arrêts supplémentaires en raison d’une roue éprise de liberté, mais aussi deux accrochages nécessitant un changement de radiateur, renvoyaient la Porsche RS Racing-Powercars dans les profondeurs du classement. Pas de cinquième victoire de rang non plus pour la Viper AD Sport de Marchal/Lumbeek/Wauters, qui perdait beaucoup de temps en raison d’une pompe de servo défectueuse. La Ferrari de la famille Thiers se retrouvait elle aussi au commandement, mais des problèmes d’embrayage, ainsi qu’un dépassement de la limite sonore mettaient fin à ses espoirs de victoire. On assistait alors à une démonstration de la Porsche ProSpeed de Penders/Lamot, avant que le bolide ne regagne son box suite à un accrochage et un dépassement des fameux 105 Db. Coût total : 25 minutes ! L’équipage de la 996 GT3 RS effectuait ensuite une superbe remontée, avant d’être contraint de renoncer. C’était dès lors le tour de Raus/Mattheus/Verbergt de prendre le leadership, et cette fois, ce sont des ennuis de boîte de vitesses et un trou dans l’échappement qui les obligeaient à lever le pied. Lors de la sixième heure de course, le trio composé de De Coster, ‘Brody’ et Muytjens prenait l’affaire en main et allait conserver ce leadership jusqu’à l’arrivée. Inattendu, l’équipage Lamster/Zadnikar/Neyens pouvait longtemps revendiquer la 2ème place, mais dans la phase finale de la course, Raus/Mattheus/Verbergt les renvoyaient en 3ème position. En fin d’épreuve, Van Audenhove/Verdonck/Verhoeven, ainsi que les Thiers, étaient mis hors course à leur tour, toujours en raison de problèmes sonores. De Laet/Lauwers/Michiels prenaient dès lors une bonne 4ème place devant Maes/Van Oost, auteurs d’une superbe remontée. En fait, le titre en Classe 2 n’a jamais vraiment été en danger pour les pilotes RS Racing-Powercars. Parmi les équipes maudites ce samedi, on pointait First Motorsport, dont la Porsche 996 était contrainte à l’abandon, tandis que la 997 était handicapée par des problèmes de batterie et d’alternateur. Lagrange se retrouvait de son côté avec une Porsche au comportement douteux, après que Heyer ait été impliqué dans un accident un peu plus tôt. Bruynoghe/Van Beurden avaient eux aussi imaginé des 10 Heures de Zolder assez différentes, étant notamment obligés de défendre leur deuxième place au championnat pour ce qui est de la Classe 2. Une fuite d’huile dans la boîte de vitesses en a décidé autrement. Ils terminaient au 6ème rang dans leur catégorie, perdant dès lors pas mal de points, et passant de la 2ème à la 4ème place au championnat. De Coster/’Brody’ prenaient finalement cette fameuse médaille d’argent en Classe 2 derrière Maes/Van Oost, tandis que Raus/Mattheus intégraient de justesse le top 3. Derdaele/Derdaele/Renard clôturaient le top 5 au volant de la Porsche First.

Classe 3 : Saker remporte la mise; malchance pour EMG-Franssen.

En Classe 3, on s’attendait à un beau duel entre la Saker et la BMW diesel Recy Team. Après le crash d’Assen, la BMW de De Vocht/Van Loo était de nouveau frappée par la malchance. Un collecteur d’échappement défectueux était à la base de sa misère du week-end. Le trio de l’équipe Saker composé de Jeuris/Vetters/Boender pouvait dès lors se laisser glisser vers le titre en Classe 3. Pour ce qui est de la victoire, il a par contre fallu se battre sans faiblir. Ce sont surtout EMG-Franssen, Sluys/De Neef, Peeters/Jennen/Van Samang, Werckx/Werckx/Van Hooydonk, Cuyvers/Reyskens et la Ginetta KS Motorsport qui revendiquaient la gagne, excusez du peu. La BMW de Ronny, Patrick et Alain Franssen, assistés d’Erik Qvick, se fendait d’une course incroyable en se hissant au commandement jusqu’à la cinquième heure de course, au moment de la première distribution de points. Un support moteur cassait, ce qui provoquait des ennuis de moteur, tandis que l’embrayage était endommagé. Abandon !

La Saker prenait dès lors les points de la première place partielle, devant la BMW MSE et Cuyvers. Lors de la seconde partie de course, la Saker donnait le ton, avant de devoir composer avec la Ginetta de Vanbellingen, Vandermaesen, Schrauwen et Smets en fin de parcours. Ces derniers échouaient néanmoins à six petites secondes, tandis que les pilotes de la Saker raflaient une nouvelle fois l’intégralité de la mise. De quoi leur offrir le titre. MSE positionnait de justesse sa BMW sur la plus petite marche du podium, devant les excellents Cuyvers/Reyskens et Sluys/De Neef. Werckx/Werckx/Van Hooydonk n’étaient pas non plus épargnés par la malchance, se classant au 6ème rang, devant l’infortunée BMW diesel de De Vocht/Van Loo/Croes. La BMW du très sympathique Charly Team, avec Brinkmann/Jakobs/Van Elderen au volant, était parmi les premières à garnir la liste des abandons, en raison de problème de pompe à essence et de suspension. Peeters/Jennen/Van Samang prenaient finalement la deuxième place au championnat, devant De Vocht/Van Loo, Franssen/Franssen et Werckx/Werckx.

Classe 4 : belle victoire des frères Grouwels. Polderman titré de justesse

Comme précisé auparavant, Bruno Vermeeren se fendait d’un super départ et se retrouvait en tête de la course. Mais comme à Assen, des problèmes électriques coûtaient très cher à la Clio de tête, renvoyée dans le fond du classement. Polderman, leader du championnat, secondé par le pilote WTCC Jaap Van Lagen et Jens Schippers, se loupait au droite du Canal et perdait un maximum de temps au stand pour les réparations d’usage. A ce niveau-ci, plusieurs leaders allaient se succéder, tandis que Polderman parvenait à revenir du diable vauvert, de quoi lui permettre de défendre ses chances au championnat. Les BMW M3 de la formation G&R effectuaient une belle course, mais c’est néanmoins Xavier Stevens qui prenait les points de la première place après cinq heures, devançant Renmans/Cornelis/Van den Broeck et Vermeeren/Aerts/Dodemont. Lors de la seconde partie de course, la BMW G&R remontait, avant d’être ralentie par un câble de batterie. Au fur et à mesure des heures de course, le DVB Racing, avec notamment Legrand, Stevens/Jonkheere et Grouwels/Grouwels rivalisaient afin de décrocher les honneurs. La course tournait au thriller, jusqu’au moment où Stevens, toujours en lutte pour le titre, rencontrait des problèmes en fin de parcours. Il devait dès lors laisser filer les frères Grouwels, qui s’imposaient devant Legrand/Glorieux/Lescrauwaet. Le trio TRAXX Racing composé de Van den Broeck, Voet et De Graaf se fendait d’une course tout en régularité, ce qui amenait l’équipage au 4ème rang, devant les infortunés Geelen/Beyers/Deckers. Polderman se battait jusqu’au dernier mètre, et après une belle remontée, avec le soutien du pilote officiel Lada en WTCC Jaap Van Lagen, auteur d’un improbable 1’46’’706, le trio néerlandais pouvait se classer 8ème, ce qui offrait d’extrême justesse le titre à Polderman ! Stevens finissait sur la deuxième marche du podium, tandis que Van den Broeck/Voet (TRAXX) complétait le top 3 du championnat. En dépit d’une bonne course, Van de Water déménageait au 6ème rang, tandis que Renmans/Cornelis/Van den Broeck remontaient de la 6ème à la 4ème place. Le top 5 était complété par Vermeeren/Aerts.

Lumbeeck/Marchal, Maes/Van Oost, Jeuris/Vetters et Polderman sont donc les champions de la Dunlop Sport Maxx Endurance Cup 2009 dans leurs classes respectives.

Saker Sportscars Belgium remporte de justesse le Team Championship.

Dans le Team Championship, trois équipes pouvaient encore espérer remporter le titre. RS Racing-Powercars comptait respectivement 10 et 11 points de bon sur Saker Belgium et Polly’s. Polderman était assez rapidement écarté des débats, et après cinq heures de course, deux protagonistes pouvaient encore espérer être titrés. En raison d’une roue éprise de liberté et de deux accrochages, RS Racing-Powercars laissait pas mal de temps dans la mésaventure, engrangeant deux points seulement, tandis que la Saker emmagasinait pas moins de 10 points. Ce qui obligeait Maes/Van Oost à remonter en 3ème position, si la Saker raflait une nouvelle fois l’intégralité de la mise en fin d’épreuve. Et cette Saker s’imposait effectivement en Classe 3, tandis que la Porsche RS Racing-Powercars devait se contenter de la 5ème place à l’issue de sa remontée. Un peu court pour remporter le titre. La déception était grande dans le camp de Flandre occidentale, tandis que chez Saker Belgium, on se pinçait pour y croire. Non seulement le titre en Classe 3 tombait dans son escarcelle, mais aussi le Team Championship. De Coster/’Brody’ remontaient en 3ème position juste devant Raus/Mattheus et Peeters/Jennen/Van Samang. Les autres grands perdants des 10 Heures de Zolder étaient Bruynoghe/Van Beurden, Polderman et EMG Franssen.
Plus d’infos au sujet des différentes hiérarchies finales sur www.dunlopendurancecup.be.
(Com. & Patrick Davin)

Pour plus de photos, cliquez sur http://www.racing-pictures.be

GD