Sortie DVD

écrit par admin
le 01/07/2009
01, Breaking the waves

Sorties DVD
COMÉDIE DRAMATIQUE
Interdit en salles aux moins de 12 ans

LE FILM *****
LE DVD *

BREAKING THE WAVES
Cinéart – LA COLLECTION / Twin Pics – environ 2h40

De Lars von Trier (1996).
Avec Emily Watson, Stellan Skarsgard, Katrin Cartlidge, Jean-Marc Barr.

photo 1=« Breaking the waves » : l’amour est un pouvoir sacré

Le dernier film en date de Lars von Trier, « Antichrist », sortira bientôt sur nos écrans. C’est bien. Cinéart a eu la bonne idée de sortir, dans la 7e vague de sa « collection » (série de grands films vendus à un prix démocratique), l’œuvre majeure du réalisateur danois, « Breaking the waves ». Et ça, c’est encore mieux. Années 70. Côte nord-ouest de l’Écosse. Une histoire d’amour, une union atypique, entre une jeune femme aussi naïve que pieuse (Bess – incroyable Emily Watson) et un homme bien plus âgé qu’elle (Jan – Stellan Skarsgard). Une relation obsessionnelle, que rien ni personne ne pourra arrêter. Le cinquième long métrage de Lars von Trier est sans doute un des meilleurs films des années 90.

Cru, tragique, bouleversant et sans concession, « Breaking the waves » illustre avec brio tant la vision de l’amour inconditionnel du réalisateur danois que la violence de la passion amoureuse. Premier opus de la trilogie « Cœur d’or », le film phare du Danois a été entièrement tourné caméra à l’épaule. Techniquement, il témoigne, deux ans avant la mise en place du Dogme, de l’obsession de celui-ci de respecter des contraintes qui, une fois fixées, seront suivies à la lettre.

photo 2=Le réalisateur danois Lars von Trier

Notons aussi la présence à l’écran de Jean-Marc Barr, à côté d’Emily Watson et de Stellan Skarsgard donc, mais aussi de la talentueuse et trop tôt disparue Katrin Cartlidge. Le film scelle la deuxième collaboration entre le réalisateur danois et celui qui est véritablement son acteur fétiche. Quatre autres suivront (de « Dancer in the dark » à « Le Direktør »). C’est avec brio que l’inoubliable Jacques Mayol du « Grand bleu » y est, comme d’habitude, dirigé par le fer de lance du cinéma danois. Le film a obtenu, en 1996, le Grand Prix du Jury au Festival de Cannes.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

DOCU-FICTION
Interdit en salles aux moins de 16 ans

LE FILM ****
LE DOUBLE DVD *****

IXIÈME – JOURNAL D’UN PRISONNIER
VPS prod/ Twin Pics – environ 4h50

De Pierre-Yves Borgeaud et Stéphane Blok (2003)
Avec Louis-Charles Finger, Vincent Kucholl, Céline Bolomey.

photo 3=Les réalisateurs d’« iXième » sont loin de prendre le spectateur par la main

Disons-le tout de suite, « iXième » est un ovni expérimental qui prend aux tripes et recèle quantité d’images fortes, ovni qui traite de la question de l’intime lorsque celui-ci est confronté au monde virtuel. Situant leur film à mi-chemin entre le documentaire et la fiction, les co-réalisateurs de celui-ci font bien d’ajouter, à son terme, le traditionnel « Toute ressemblance avec des faits ou personnages existant ou ayant existé serait pur hasard ou coïncidence fortuite. » Ils font bien parce qu’ils parviennent avec « iXième » à déconcerter le spectateur de manière brillante, tant et si bien que celui-ci ne sait plus où se situer.

photo 4=Dans « iXième », il y a « X », entre autres…

Cette perte de repères sera même accrue de façon exponentielle pour qui le veut puisque le deuxième DVD de ce très beau coffret propose une version alternative ainsi qu’une version aléatoire du film, cette dernière allant jusqu’à offrir plusieurs milliards de possibilités. Miam miam ! Alors, vrai faux-docu ou pas ? Vous serez le seul à en décider…

photo 5=Un regard interpellant sur l’être humain et sa condition profonde

Lauréat du très prestigieux Léopard d’Or section Vidéo du 56e Festival International du film de Locarno, « iXième » raconte la vie d’un prisonnier qui passe sa période probatoire à domicile. La seule chose que l’on sait sur celu-ci est son nom : Erik Suger. Son passé et les motifs de sa démarche sont en effet inconnus. Là où on s’attend à ce que les auteurs du film optent pour de multiples face caméra, ils choisissent de filmer la totalité de celui-ci en caméra subjective (avec une seule et unique caméra numérique s’il vous plaît !).

Autre force de « iXième » : la bande originale (signée Stéphane Blok), dont les morceaux varient au gré des humeurs du prisonnier. Les images sont parfois très laides, parfois très belles… à l’image de la vie ? Peut-être … À nouveau, c’est à chacun de se forger sa propre opinion.

photo 6=Le film est un questionnement permanent

Et pour reprendre une phrase prononcée par un des personnages du film, « Chacun vit dans sa petite cage avec les stores bien fermés ».

Les bonus sont constitués d’un making of, d’un extrait de la cérémonie de clôture du Festival de Locarno, du clip « Cybercause » et d’une bande-annonce.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

DRAME
Tous publics

LE FILM ****
LE DVD *

TWO LOVERS
Cinéart / Twin Pics – 1h40

De James Gray (2008)
Avec Joaquin Phoenix, Gwyneth Paltrow, Vinessa Shaw.

photo 7=On retrouve trois acteurs de talent à l’affiche de « Two lovers »

Signalons d’abord qu’il s’agit, en théorie, du tout dernier film dans lequel apparaît l’excellent Joaquin Phoenix, celui-ci ayant décidé de se tourner vers la musique et de ne plus jouer qu’au théâtre. Cette passion pour la musique semble lui être venue sur le tard puisque c’est lors du tournage de « Walk the line », biopic sur la vie de Johnny Cash, qu’il a eu cette révélation. Exit donc malheureusement le cinéma désormais pour le célèbre Commode de « Gladiator ».

Deuxième argument et non des moindres en faveur de « Two Lovers », l’acteur qui fut remarqué dans « Prête à tout » y est entouré de deux actrices de talent : Gwyneth Paltrow et Vinessa Shaw. Ajoutons aussi que ce drame est dirigé par James Gray (« Little Odessa », « The Yards » et, plus récemment, « We own the night » - « La nuit nous appartient »).

photo 8=Joaquin Phoenix, l’acteur-fétiche de James Gray, et Vinessa Shaw

Épuré, aérien, complexe et ambigu, ce drame intime qui évoque les entraves d’ordre à la fois culturel et idéologique auxquelles nous sommes confrontés place, comme toujours dans l’œuvre de Gray, la famille au cœur du récit.

photo 9=Gwyneth Paltrow et Joaquin Phoenix
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

DOCUMENTAIRE
Tous publics

LE FILM ***
LE DVD ****

MAGRITTE, LE JOUR ET LA NUIT
arte ÉDITIONS / Twin Pics – environ 1h15

De Henri de Gerlache (2009)

photo 10=Ceci n’est pas un DVD !

Inauguré le 20 mai et ouvert au public le 2 juin, le Musée Magritte est situé place royale à Bruxelles. Il occupe cinq niveaux, pour une superficie totale de 2500 mètres carrés. Voilà pour les infos pratiques, qui ne manqueront pas d’intéresser les amoureux du surréalisme de René Magritte. Dans le cadre de la création de ce Musée entièrement consacré à celui pour qui « chaque chose visible cache autre chose de visible », arte Éditions sort un beau DVD reprenant un documentaire et une série de bonus consacrés à un des plus grands si pas au plus grand des surréalistes de l’histoire du troisième art.

Avec « Magritte, le jour et la nuit », Henri de Gerlache tente de dresser un portrait de l’artiste. Pour ce faire, il part à la recherche de celui-ci en suivant le périple d’un jeune acteur dont le rêve intime consiste à pouvoir incarner Magritte. D’entretiens avec des personnes l’ayant rencontré dans le cadre de son travail, aux États-Unis notamment, en lectures de lettres qu’il a écrites, en passant par le parcours de certaines de ses œuvres méconnues, de Gerlache nous permet de mieux comprendre qui était réellement René Magritte, l’artiste bien sûr, mais aussi l’homme.

Le documentaire nous fait parcourir sa vie à l’envers, de sa mort, en 1967 jusqu’au moment où il acquiert une certaine notoriété. On y apprend beaucoup de choses fort intéressantes, que nous n’allons bien sûr pas vous dévoiler ici, sur celui qui ne parlait pas de peinture mais de pensées-images.

Au rayon bonus, figurent un portfolio de 64 œuvres du Musée Magritte ainsi qu’une interview de l’artiste belge, aussi précieuse que courte. Elle ne dure malheureusement pas plus de cinq minutes.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

DRAME
Tous publics

LE FILM ***
LE DVD ****

NUE PROPRIÉTÉ
Cinéart – LA COLLECTION / Twin Pics – 1h30

De Joachim Lafosse (2008).
Avec Isabelle Huppert, Jérémie Renier, Yannick Renier.
Mais aussi Kriss Cuppens, Patrick Descamps.

photo 11=« Nue propriété » est déjà le troisième long métrage de Joachim Lafosse

Le distributeur Cinéart a, comme il l’a fait pour « Breaking the waves », choisi d’éditer dans la 7e vague de sa « collection » le film « Nue propriété » du jeune et prolifique réalisateur belge Joachim Lafosse.

Avant-dernier long métrage du réalisateur d’« Élève libre », « Nue propriété » narre l’histoire de deux frères jumeaux (François et Thierry - les Renier comme vous l’aurez compris) vivant une relation fusionnelle avec leur mère (Pascale - Isabelle Hupert) dans une maison du Brabant wallon. François et Thierry sont dépourvus de points de repère paternels, n’ont pas le moindre désir de créer une relation de proximité avec le nouveau compagnon de leur mère et sont empreints d’un sentiment d’abandon de la part de celle-ci. Une fois partie, ils vont se livrer à une lutte gémellaire sans merci.

photo 12=Le réalisateur belge affectionne tout particulièrement les scènes de repas

Le réalisateur place la maison au centre de son récit, tous les personnages y étant liés d’une manière ou d’une autre. Outre la qualité de l’interprétation des acteurs principaux, c’est celle des acteurs jouant des personnages de deuxième plan qui nous a marqués. Kris Cuppens (présent dans les trois premiers films de Joachim Lafosse), et Patrick Descamps y sont en effet formidables. Tous livrent une interprétation de qualité, ce qui n’était pas gagné d’avance à l’heure d’endosser le rôle de personnages bien plus complexes qu’il n’y paraît.
Hormis la traditionnelle bande-annonce, le DVD propose une série de bonus plutôt intéressants : des entretiens avec Joachim Lafosse et les frères Renier, mais surtout le premier film du réalisateur - « Tribu ». Long de 25 minutes, ce court métrage a été sélectionné voici un peu plus d’un mois parmi les 13 meilleurs courts sortis de l’IAD (Institut des Arts de Diffusion, sied à Louvain-la-Neuve) depuis sa création voici 50 ans.

. Mauvais
* Passable
** Pas mal
*** Bon
**** Très bon
***** Excellent

Bons films !

Jean-Philippe Thiriart
jeanphilippe_thiriart@hotmail.com

  • 01, Breaking the waves
  • 02, Lars von Trier
  • 03, iXieme
  • 04, Dans  iXieme , il y a  X , entre autres
  • 05, Un regard interpellant
  • 06, Le film est un questionnement permanent
  • 07, trois acteurs de talent
  • 08 Joaquin Phoenix et Vinessa Shaw
  • 09, Gwyneth Paltrow et Joaquin Phoenix
  • 10, Magritte
  • 11, Joachim Lafosse
  • 12
1843 lectures
Portrait de admin
admin

Administrateur d'Ardenneweb, nous proposons du contenu journalier gratuitement.