La forteresse de Königstein

De quoi s'agit-il ? De la visite en famille de 50 bâtiments couvrant 7 siècles d'histoire de Saxe.

La Forteresse de Königstein (en allemand Festung Königstein) est une forteresse qui occupe les 9,5 hectares d'un promontoire (butte témoin) dominant de 240 mètres la courbe de l'Elbe à 30 km au sud-est de Dresde en Allemagne. Elle a été surnommée la « Bastille de Saxe» car, forteresse militaire, elle a été utilisée de 1591 à 1922 en tant que prison d'Etat et aussi, notamment durant les deux guerres mondiales, comme camp d'internement pour des officiers prisonniers de guerre. Toujours intacte, c'est aujourd'hui l'attraction touristique la plus populaire de Saxe, avec 700 000 visiteurs par an.

Transformée de simple château fort médiéval en imposante forteresse militaire à partir de la fin du XVIe siècle, elle a aussi servi de résidence à la Cour de Saxe, de prison d'Etat de 1591 à 1922 et de camp d'internement d'officiers faits prisonniers au cours de la guerre franco-prussienne de 1870-71 et des deux guerres mondiales. Y ont donc été internés des prisonniers célèbres comme :
* le général français Alphonse Juin (devenu maréchal en 1952) avant d'être libéré le 15 juin 1941 à la demande du régime de Vichy;
* le général français Charles Mast avant d'être libéré le 20 septembre 1941 à la demande du régime de Vichy;
* mais surtout le général français Henri Giraud qui s'en échappa le 17 avril 1942 et fut en 1943 un moment préféré par les américains au Général de Gaulle dans la cadre de la gestion de l'organisation politique de la libération de l'algérie. En prison Il écrivit ceci à sa famille: "Que personne n'hésite à s'expatrier si on lui offre à l'étranger une situation où il peut être utile à la France...". Giraud prépare soigneusement son évasion pendant deux ans. Il pratique l'allemand et apprend par cœur une carte des abords de la forteresse. Le 17 avril 1942, il se laisse descendre le long de la falaise de la forteresse de montagne. Par diverses ruses, il atteint la frontière suisse, après un périple rocambolesque de 800 km en chemin de fer, il arrive en Alsace le 19 avril 1942 et par la suite se rend à Vichy, en zone libre française. Lors d'une entrevue avec Abetz à Moulins, à la Ligne de démarcation, Giraud déclare qu'il n'accepterait de rentrer en Allemagne qu'à une seule condition : que le Reich libère les 500 000 prisonniers mariés et pères de famille. Il reçut la médaille militaire, le 10 mars 1949, pour son évasion et ses états de service à Alger de 1942 à 1944.

Mais revenons à la forteresse, pendant la Seconde Guerre mondiale elle servit de 1940 à 1941 pour des officiers polonais puis d'Oflag IV-B à partir de 1941 pour des officiers supérieurs alliés (la plupart généraux) : hollandais, grecs, yougoslaves... et surtout français avec le général Bourret (un 5 étoiles).

A partir de février 1945, compte tenu de l'avancée de l'Armée rouge, des officiers subalternes français de l'oflag IV-D d'Hoyerswerda (situé à 60 km au nord) y furent transférés dans les casemates en sous sol alors que les généraux occupaient des « villas » en surface. Généraux français entre les mains desquels le commandant de la forteresse - le colonel Eselman - s'est rendu le 8 mai 1945. De fait, tous ces prisonniers ont été libérés le même jour par l'arrivée des officiers et soldats de l'Armée rouge. Et c'est vers le 12 ou le 13 mai 1945 qu'une colonne militaire américaine est venue prendre en charge lesdits généraux (avec le colonel Eselman) pour les amener à l'Ouest tandis que les autres prisonniers n'ont été rapatriés que bien plus tard fin mai et juin 1945.

Inoccupée en 1947-48, la forteresse -située en ex-RDA- fut utilisée de 1949 à 1955 comme foyer de réinsertion pour les jeunes gens et jeunes filles. En 1955, la forteresse passa sous l'autorité du ministère de la Culture de la RDA devenant ainsi un musée d'Etat dont le premier conservateur fut Dieter Weber. Avec la réunification de l'Allemagne, elle est devenue en 1991 la propriété de l'Etat de Saxe, le musée étant géré depuis 1993 par l' « Office des châteaux de Saxe » et plus particulièrement par la « Festung Königstein GmbH ». La forteresse est maintenant un imposant musée d'histoire militaire aux différentes constructions à partir du XVIe siècle et présentant de nombreuses expositions dont celle du musée de la Bundeswehr de Dresde.

Impressions personnelles

L'arrivée dans le château est impressionnante par un ascenseur "panoramique".
Mais au préalable un petit train vous mènera du parking à la forteresse.
Le château est immense, il faut compter minimum 4 heures pour en faire le tour et effectuer les visites des bâtiments intérieurs mais comptez plutôt la journée afin de s'y restaurer et de visiter bien à l'aise.
Le château comprend un café et un restaurant.
Lors de mon passage s'y déroulait une exposition temporaire sur les prisonniers pendant la 1ère guerre mondiale (elle se termine le 01/01/2012).
De même un bâtiment abrite spécialement des mortiers et canons (artillerie saxonne) du 16ème siècle, ils appartiennent d'ailleurs au musée de l'armée de Dresde.
Avec un guide, vous avez en outre accès aux caves de 400 ans et aux casemates souterraines.
Les chiens en laisse sont acceptés (sauf dans les bâtiments abritant des expositions), ils auront aussi la possibilité de se dégourdir les pattes vu la taille du château (13 terrains de football)!
Des concerts d'orgue sont parfois organisés le dimanche et une partie du château a même été transformée en appartements dédiés à la location.

Si vous êtes dans la région de Dresde c'est certainement une visite à ne pas manquer.
A quelques pas de Königstein existe aussi dans la ville de Pirna un musée sur l'histoire de la RDA.
Un petit conseil: ne tentez pas de visiter la forteresse et le musée le même jour, prenez la journée pour la forteresse et revenez le lendemain à Pirna.

Le site du musée: http://www.festung-koenigstein.de/
Photos complémentaires sur mon site: http://warmuseums.net/KoenigsteinFortressKoenigsteinGermany/