Trois-Ponts. Pesticide, santé, biodiversité.

Quels sont les impacts sanitaires et environnementaux qu’il faut craindre suite à l’utilisation des pesticides dans la gestion des espaces verts publics? De façon plus large, la conférence tenue à ce sujet le lundi 28 février en l’Espace Culturel de Trois-Ponts aura, une fois de plus, levé un voile sur l’emploi tous azimuts d’agents destructeurs ou nuisibles qui contribuent à la dégradation de notre environnement … et de notre santé !
Après l’introduction présentée par Mme Christine Heinesch, CR Amblève, l’assistance, parmi laquelle une bonne dizaine d’acteurs du Contrat Rivière, a visionné le film « Homo Toxicus » qui, en 1 h 30, n’a fait que confirmer ce que nous craignions, craignons et devons encore craindre : le bras de fer entre le lobby des pesticides et les défenseurs de la santé et de l’environnement est dans une phase ascendante. Il n’est pas du tout certain que l’aspect humain prévaudra, bien au contraire. L’industrie chimique continue à s’attirer la bienveillance de certains scientifiques, en ce compris de dirigeants d’organismes de contrôle, comme au Canada, où le film a été tourné. Que dire alors de son grand voisin américain ? Leur mauvaise foi est sidérante !
Ces lobbys nord-américains ont été jusqu’à intenter des procès à l’Europe, accusant celle-ci d’entraver la liberté des marchés ! Des marchés de la mort alors !
Le film est assez révélateur et les constatations alarmantes. Les quelques points suivants, entre autres, devraient attirer l’attention des autorités. Mais rien n’est moins sûr. L’argent n’a pas d’odeur. Comme l’oxyde de carbone !
La contamination chimique est perceptible dans les analyses de sang. On y relève la présence de métaux lourds, variable selon les régions prospectées, la plupart du temps en quantités inférieures aux normes établies. Les problèmes de thyroïde croissent, comme ceux liés à la fécondité, aux maladies cardio-vasculaires, respiratoires (allergies, asthme,…), parmi bien d’autres. Ces répercussions sont constatées au niveau de la chaîne alimentaire. Les prédateurs « héritent » du capital toxique ingurgité ou inhalé par leurs proies. L’Homme siégeant au sommet de la chaîne alimentaire … !
De bonnes vieilles croyances sont battues en brèche, comme celle qui veut, par exemple, que l’exposition à une source de contamination permet de développer des anticorps, renforçant de la sorte le système immunitaire. Balivernes !
La présence de PBDE dans le lait maternel a été multipliée par 100 lors des 25 dernières années. Il y a deux fois plus d’enfants hyperactifs et deux fois moins de surdoués qu’auparavant, mis sur le compte de troubles de l’attention. Cherchez les responsables !
Le bisphénol A, présent dans les biberons et l’intérieur des boîtes de conserves par exemple, est à l’origine de gros problèmes de santé. Ce produit nocif vient d’être interdit, mais par quel autre va-t-il être remplacé ?
Des ingrédients dangereux se retrouvent dans les cosmétiques, les dentifrices, et bien d’autres produits de beauté ou d'utilisation quotidienne.
L’industrie commande bien sûr des enquêtes qui, bizarrement ou sans surprise, ne révèlent aucun résultat significatif ! La liste n’est pas exhaustive, bien sûr ! Il faut malheureusement ajouter qu’une certaine prudence, pour ne pas dire une prudence certaine, est de mise lorsque les études émanent d’organismes officiels.
L’ Europe fait face le mieux (ou le moins mal) possible. L’ Amérique du Nord « gère » la situation. C’est tout dire.
Pour une information complète, le film nous a montré qu’un complexe moderne industriel avait été aménagé en bordure d’une … réserve d’Indiens ! Ah, ces grandes démocraties qui défendent les droits de l’Homme et la Liberté que sont les états du nord de L’ Amérique !
Pour être complet, outre Mme Heinesch (CR Amblève), la conférence était rehaussée par les présences actives de Mme Virginie Hess (Inter Environnement Wallonie), du Prof. Bruno Schiffers (ULg et Gembloux Agro Bio Tech, laboratoire de phytopharmacie-pesticide) et M. Francis Jomaux, du Pôle de Gestion différenciée des espaces verts, qui présenta et commenta un petit film très intéressant réalisé à Beauvechain et dont les suggestions de gestion des espaces verts communaux ont suscité l’intérêt de nombreuses communes de la région.

G.Dubois.

Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur "Sauvegarder les paramètres" pour activer vos changements.

pesticide-santé-diversité

Merci pour cette information.
Nous étions plus de 40 et 10 administrations communales du bassin de l'Amblève étaient présentes lors de cette séance.
En espérant que quelques graines ... sans OGM ... germent !
Au plaisir, Christine.