Les sextoys de la RTBF

Sextoys servis sur un plateau (de la RTBF). Petit format (pour dames), grand format (pour messieurs).

Un cadeau de première communion ?
Les sextoys, ce sont des « jouets », des gadgets destinés à agrémenter et à septièmecielliser ce que l’on appelait jadis l’acte de chair.
Certains, et pas seulement le milieu mercantile des fabricants, mais des responsables du monde éducatif, en sont à conseiller d’offrir un « gode », entendez un phallus en plastique (il y en a aussi en ivoire, mais c’est plus cher) comme cadeau de première communion. Aux ados des deux sexes, pour s’initier et s’exercer à mettre un préservatif. Les trois-quarts des universitaires de Louvain-la-Neuve sont encore incapables de le faire. L’Avenir y a consacré dernièrement un édifiant article (26 février 2013).
Sans chichis s’en mêle
« Sans chichis », c‘est l’émission matinale phare de la télévision belge francophone (La Deux), la chaîne publique et d’intérêt public. A l’intention de ceux qui dans nos campagnes reculées n’ont pas eu le loisir de regarder l’émission récente consacrée aux sextoys (mais qui ont un congélateur, ce qui est fréquent), nous allons faire ici notre devoir citoyen d’un petit rapport.
Sans Chichis. Menée tambour battant par des KKK, des Komères Ki Kosent, cette émission consacrée à la vie pratique au quotidien fut l’alternative honnête, il y a un temps, aux autres chaînes qui n’arrêtaient pas d’en baver à l’heure du petit déjeuner sur la maculation d’une certaine moquette dans un certain hôtel de New York. C’est dire si de nombreux parents ont fait leur choix de Sans Chichis à l’époque, pour protéger la vertu de leurs enfants avant d’aller à l’école.
Récemment, il fut question d’afficher sur les murs de Bruxelles l’éloge et la recommandation des aventures extraconjugales (photo du roi à l’appui) comme moyen de pimenter et de raviver la vie sexuelle des couples s’ét(r)eignant dans le train-train d’un fatal ennui : le pardon d’un écart passager au serment de fidélité peut rapprocher pour le reste de ses jours, pour le reste de ses nuits (expérience du roi, mais aussi de Bill Clinton, excusez du peu, à l’appui).
Combien morale fut la riposte immédiate de ces femmes accortes : préconiser l’usage de sextoys dans le lit conjugal comme outil salvateur contre la lassitude coupable. Pratiques par vocation, les KKK fournirent aussitôt des trucs et ficelles.
Pratique et économique
Premier sextoy, que tout le monde a sous la main : un sachet en plastique pour congeler les aliments. Fortes d’expériences confessées en termes retenus, les chroniqueuses furent convaincantes : caressez donc votre partenaire la main dans un sachet en plastique, et « il ou elle » se concentrera sur ces attouchements innovants, ce qui réensemencera le champ de sa libido. Et vous-même, main d’amour dans un gant de plastique, vous n‘imaginez pas la recrudescence d’imagination qui vous pénétrera.
Génial, et « c’est du belge »
Un principe que tout le monde connaît, selon les chroniqueuses matinales, est que l’alternance du chaud et du froid excite comme il n’est pas possible au monde.
Alors, voilà l’idée.
Le froid. Calez un raisin dans chaque case de votre bac à glaçons, et mettez le tout au freezer. Une fois l’instrument du plaisir congelé, caressez-en la zone (chez l’homme), les zones (chez la femme) érogènes de votre partenaire. Chair de poule et frissons garantis. En plus, les raisins réchauffés, ça se mange et ça ravigote.
Passons au chaud. Vous avez préalablement fait fondre du chocolat noir au bain-marie. Vous en nappez la zone érogène en manque de chaleur, que vous lécherez ensuite : jamais vous n’aurez accompli cet acte bien banal avec autant d’ardeur et de soin.
Le chocolat est un aphrodisiaque auquel Louis XIV déjà recourait. Et les raisins abondaient sur la table de Lucullus : quelles références !
Best Natural Penis Growth Method
Liminaires. « Méfiez-vous de tous les médicaments qui sont prétendus allonger un pénis: c’est de l’esbroufe, ils ne donnent aucun résultat. En outre, il n’existe aucune corrélation entre la dimension du pénis et la qualité d’un orgasme.»
Toutefois, reconnaît le chœur des KKK chroniqueuses, le sexe, c’est dans la tête, et les gens sont influencés par les films pornos où un étalon présentant un attribut de moins de 20 centimètres n’a aucune chance de figurer.
Alors, voici le truc : rasez les poils pubiens à la base du pénis : celui-ci n’en deviendra pas plus long, mais l’épilation donnera l’impression qu’il l'est ! Et finis les complexes.
Lutter contre la crise
Le thème de cette émission de la RTBF (il en a d’ailleurs fallu plusieurs pour épuiser le sujet) s’inscrit dans les grands problèmes de l’heure : l’étiolement des valeurs morales, la crise économique et la diminution du pouvoir d’achat des Belges, surtout des inactifs qui n’ont guère que le sexe comme loisir et comme plaisir. Foin en effet des ruineux sextoys proposés par les sex-shops ou sur internet.
Vraiment, la RTBF a prouvé une fois de plus que la récolte de nos impôts est gérée à bon escient.

René Dislaire