BENOIT DOREMUS

écrit par admin
le 10/08/2016
BENOIT DOREMUS

Benoît Dorémus est notre coup de coeur 2016. Sur ce, rien d’original : Renaud, Cabrel mais aussi Leforestier et Souchon sont captivés par la qualité et l’originalité de l’écriture de l’auteur-compositeur-interprète parisien (originaire de Metz). Cette unanimité des « académiciens » de la chanson française s’est concrétisée par des parrainages de coeur, des compositions dédiées, des interventions et précieux conseils à la production des enregistrements, des reprises de composition de B. Doremus (par Renaud), des tournées communes…(40 dates avec Cabrel, dernièrement).
Son 4ème et dernier album en date « En Tachycardie » a été produit par financement participatif auprès de ses fans (le montant désiré fut atteint en moins d’une journée). Francis Cabrel l’a défini, au moment de sa sortie, début 2016, comme le meilleur disque en français des 12 derniers mois. Teaser de l’album : https://www.youtube.com/watch?v=Ut4bonj7RJI « Benito » est de la veine des grands artisans de la chanson française (à distinguer de la variété), à l’heure où celle-ci n’est plus guère programmée ni encouragée sur les antennes.
Il enchante par son écriture inventive, aiguisée, ciselée, vive, élégante (toujours) et tour à tour ou tout à la fois humoristique, colorée et gouailleuse, dotée d'auto-dérision , touchante, émouvante... Son talent de fin observateur font de ses compositions des petites perles. Les musiques qu'il compose ont la marque d'influences très diverses du patrimoine populaire musical de qualité de ces dernières décennies. Ses influences vont des Beatles à Eminem en passant par Renaud, Souchon,... Le résultat, unique, c'est du "Doremus", un artiste trentenaire qui excelle dans le verbe français à l'instar des grands maîtres (mais différemment) en nous proposant une mise en forme musicale résolument actuelle.
S'accompagnant à la guitare, Benoît D., attachant en diable, se produira en trio avec Cyrille Montreau (guitare, basse et clavier), Julien Deguines (claviers et "machines"), et se réjouit déjà, en tachycardie, de rencontrer le public liégeois pour la 1ère fois (et unique date en Belgique).

FESTIVAL de promenade de LIEGE 2016
CONCERT D’INAUGURATION, vendredi 19 août, 20 h 30. Cour des Mineurs (4000 Liège)

Site internet : http://www.benoitdoremus.fr/
Facebook : https://www.facebook.com/benoitdoremus/
Quelques vidéos de Dorémus sur Youtube :
"Rien à te mettre" : https://www.youtube.com/watch?v=dYOSDIPC4y8
" Bilan carbone" : https://www.youtube.com/watch?v=jU_C04Z-eBE
" Brassens en pleine poire" : https://www.youtube.com/watch?v=T-KhmvGR7GM
" 20 milligrammes" : https://youtube/KAOk8nAIU_0
" Paris" : https://www.youtube.com/watch?v=MH6fPurZ0TQ
" La femme de ma vie" : https://www.youtube.com/watch?v=a-5Vhfhj1yI
" Lire aux chiottes" : https://www.youtube.com/watch?v=JA3ITvLVLlM
" Bêtes à chagrin" : https://www.youtube.com/watch?v=R3lLhJgDeJc
" Les deux pieds dedans" : https://www.youtube.com/watch?v=nIhLqlcLJVo
-----------------------------------------------------------
Programme complet du Festival de Promenade de Liège 2016
http://www.liege.be/telechargements/pdf/actu/festival-de-promenade-2016.pdf
P.A.F. : 14 €
Places en vente à la Maison du Tourisme (Office du Tourisme), quai de la Goffe 13, 4000 Liège. Tél : 04/221 92 21 (Bancontact)
ou
Réservation préalable par téléphone au 04/221 92 21 et virement sur le compte BE 72 3631 4282 0416 de la Maison du Tourisme avec en communication : Concert Dorémus.
Date limite du virement : 16 août.
Les tickets en prévente ne seront ni repris, ni échangés.
Une organisation de l'échevinat du Tourisme de la Ville de Liège, avec la collaboration de Liège
Centre asbl
------------------
Benoît Dorémus
En Tachycardie

Cet album a connu tant d’étapes et de rebondissements que je pourrais en parler de bien des façons…
Je pourrais commencer par son titre, En Tachycardie.
Il ne reprend pas l’une des chansons, pourtant il leur colle à toutes. En Tachycardie, comme si cet état physique, ce symptôme de vigilance et de désarroi était un pays, un continent à part entière, où le coeur bat trop vite et trop fort.
Trop fort, à cause des filles. Enfin, à cause de l’amour. Enfin, à cause de l’amour quand il s’arrête et vous cloue sur place (Déjà, ma chère Laura, C’est bien pire sans, Brassens en pleine poire).
Trop vite, à cause des questions qui tournent constamment dans nos têtes comme des petits vélos agaçants. Il y a ce que le monde attend de nous, il y a ce qu’on attend de nous-mêmes, il y a tous ces sentiments qui surgissent et on doit se débrouiller comme ça (Un existentiel, Bêtes à chagrin).
Pour l’apaiser ce coeur, pourquoi ne pas l’aider avec des anxiolytiques, ils sont là pour ça, non ? 20 milligrammes est une chanson importante pour moi. Dans le fond, à cause de son thème difficile à mettre en chanson, et dans la forme car j’ai assumé plus que jamais mes envies de hip hop.
J’ai composé l’intégralité de ces 14 titres, sauf 2, ce qui fait 12. A ma grande fierté, je dois la musique de Ton petit adultère à Maxime Le Forestier et celle de Lire aux chiottes au duo d’Archimède.
Après deux albums en major, j’ai mis un moment à m’adapter aux évolutions de mon métier. Je me suis senti perdu et découragé bien des fois, ne vivant pas très bien cette longue attente. Heureusement, il y avait la scène pour faire vivre mes chansons, le soutien du public, et les coups de pouces de compères comme Renan Luce, Alexis HK ou Oldelaf.
C’est alors que j’ai fait une rencontre déterminante, comme la vie a déjà eu la bonté de m’en offrir. Celle là, j’avoue ne pas l’avoir vue venir !
Huit ans après que mon si cher Renaud a produit mon album Jeunesse se passe, c’est Francis Cabrel qui m’a remis le pied à l’étrier. Il a découvert mon travail lors des Rencontres d’Astaffort auxquelles j’ai participé en 2013, puis a eu dans les mois qui ont suivi d’autres occasions de m’écouter.

Il a voulu m’aider concrètement et m’a invité à passer une semaine avec lui dans son studio pour travailler mes chansons. Rien que ça. Tenez, je le raconte et je n’en reviens toujours pas.
J’ai adoré cet échange. Nous avons amélioré certains titres, j’ai profité de ses suggestions très avisées, de ses guitares très avisées aussi. Francis joue du banjo sur Aïe ouille et chante avec moi en clin d’oeil « Je crois que j’ai une petite chance » dans le dernier refrain de Dernièrement (acte V).
Non seulement on a travaillé dur, mais en plus, on a bien rigolé. Et rigoler, y compris de moi-même, c’est peut-être ce que je préfère au monde.
Peu après, lorsqu’il m’a proposé d’assurer les premières parties de sa nouvelle tournée, j’ai sauté de joie et j’ai tout fait de mon côté pour que l’album soit prêt à temps.
Au mois de mai 2015, j’ai opté pour le financement participatif. Proposer d’acheter le disque en ligne pour justement lui permettre d’exister m’a semblé être une mise en abîme tout à fait dans mon style.
A ma stupéfaction, en 24 heures à peine, l’objectif initial a été atteint. La somme finale m’a non seulement permis d’enregistrer en toute indépendance mais m’a aussi fait prendre la mesure de l’affection du public pour mes chansons. Ça m’a regonflé à bloc et j’ai foncé en studio.
Il faut que j’évoque le plaisir que j’ai eu à travailler avec Polérik Rouvière, qui signe la réalisation de ce disque.
On en a de l’ambition quand on arrive avec sa guitare… Je lui parlais de Rodriguez pour les cuivres, d’Eminem pour l’intensité, des Beatles pour les batteries, de Gainsbourg pour les basses, de MGMT pour les claviers, de Dylan, d’Ennio Morricone, de Feist, que sais-je encore…
Il m’a aidé à faire la synthèse de toutes ces influences pour que les chansons ne ressemblent qu’à moi. J’ai trouvé avec lui le son que j’attendais depuis longtemps. En pleine canicule à l’été 2015, avec un seul ventilateur paresseux j’ai savouré ce travail de fourmi.
Pour finir, je ne peux passer sous silence ce jour d’août 2015 où j’ai trouvé Alain Souchon en personne sur mon paillasson ! J’explique. Avec une gentillesse déconcertante, il avait accepté de venir expressément dans mon petit appartement pour chanter sa si belle phrase « Tu la voyais grande et c’est une toute petite vie », que je cite dans Dernièrement.
Arrivé très en avance, il s’était débrouillé pour se faire ouvrir, indiquer l’étage et trouver mon palier, ce qui n’est pas évident quand on sait qu’on doit être au moins mille dans cet immeuble de la Porte de Vanves ! Ma tête en ouvrant la porte… Il faudra que j’en fasse une chanson, un jour.
De battre, mon coeur ne s’est pas arrêté.

Benoît Dorémus : Repères :
• 2003 : débuts dans les cafés concerts parisiens
• 2005 : sortie de l’autoproduit Pas en parler. Rencontre de Renaud
• 2007 : sortie de l’album Jeunesse se passe produit par Renaud (EMI)
• 2010 : sortie de l’album 2020 (EMI).
• Grand Prix de la Sacem saluant un jeune créateur
• 2011 : tournée « Seuls à Trois », avec Alexis HK et Renan Luce
• 2013 : rencontre de Francis Cabrel
• 2014 : participation à l’album « La Bande à Renaud »
• Automne et hiver 2015 : premières parties de Francis Cabrel
• Janvier 2016 : sortie de l’album En Tachycardie, introduit par le premier single Bêtes à chagrin (les artistes)

  • BENOIT DOREMUS
  • BENOIT DOREMUS
  • BENOIT DOREMUS
  • BENOIT DOREMUS
674 lectures
Portrait de admin
admin

Administrateur d'Ardenneweb, nous proposons du contenu journalier gratuitement.