“Quand les Diables deviennent Dieux”

écrit par francois.detry
le 30/04/2016
Vincent SOLHEID

Exposition : du 30 avril au 18 septembre 2016
Au commencement était le football, et Dieu était avec le football. En paraphrasant cette phrase biblique, Vincent Solheid nous parle de son enfance, à l’époque où ses dimanches étaient dédiés à deux célébrations : la messe et le football. À l’âge de 8 ans, il dessine l’équipe entière du Standard de Liège et envoie ces dessins à l’entraîneur de l’époque, Robert Waseige. Il reçut en retour les photos dédicacées de ses idoles. Ce rapport entre Vincent Solheid et le football n’a jamais disparu. En 2000, il initie et réalise une œuvre monumentale sur le stade du Standard de Liège.
À quelques mois du Championnat d’Europe à Paris, Vincent Solheid poursuit son travail autour de la religion et du football avec une question centrale : quels Dieux ?
Quand les Diables deviennent Dieux est une série de portraits des joueurs de l’équipe nationale belge élevés au rang de saints, d’images sacrées. http://www.televesdre.eu/www/malmedy_portraits_de_diables_rouges_signes_...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Vincent SOLHEID
Il est plasticien (dessinateur, peintre, graveur, sculpteur…) mais également auteur-compositeur-interprète et scénariste-performer-comédien.
À 15 ans, il monte sa première exposition personnelle à Malmedy, sa ville natale.
Il sera ensuite diplômé de l’institut supérieur des Beaux-Arts de Saint-Luc à Liège où il poursuivra en parallèle une formation en gravure au cours du soir. Mais ses disciplines de formation ne sont qu’un aspect du travail qu’effectue cet artiste qui aime à ouvrir toutes les portes de la création.
Il conçoit des expositions en solo en Belgique, en Allemagne, en Angleterre et en France, souvent dans des lieux imprégnés d’histoire (Tower Bridge à Londres, usine désaffectée…) ou de sacré (abbaye, église, chapelle).
Parallèlement, il participe à des expositions collectives, foires et salons en Europe mais aussi à Tokyo, Los Angeles, Johannesburg, Buenos aires, Sidney ou au musée d’art contemporain Hongqiao à Shangai en 2011.
En 2011 toujours, il participe à l’exposition « Wunderkammer » au Botanique à Bruxelles avec entre autres Jan Fabre, Wim Delvoye et Jean-Luc Moerman.
En 2012, il participe à la 1re « Off Art Fair » à la Bourse de Bruxelles et à l’exposition « Pop-up, liens artistiques », vitrine sur l’art contemporain belge au musée d’Ixelles où il est invité par Jean-Luc Moerman. À cette occasion, son œuvre « Les premiers seront les derniers » remporte le prix du public1.
Parallèlement, à partir de 1999, il développe plusieurs projets d’intégration d’œuvre en espace public dont la plus importante, du moins en taille, est la réalisation d’une œuvre de 2 000 m2 utilisant 6 techniques différentes sur le stade de football du Standard de Liège (réalisation toujours en cours).
Depuis 2004, il écrit et interprète en compagnie de Vincent Marganne, Édith De Paule, Serge Demoulin ou Nicolas Buysse, des spectacles alliant théâtre, performance, danse et chant.
En 2007 il débute l’écriture et le tournage avec une bande d’amis d’un premier long métrage pour le cinéma : « Le Grand’Tour ». Il sera rejoint par Benjamine De Cloedt (Production) puis Jérôme le Maire (Réalisation) les deux autres auteurs du film. La partie Production (C’est arrivé près de chez vous, Aaltra, Panique au village…) s'associera ensuite à la production du film.
"Le Grand'Tour" reçoit les faveurs de grands festivals européens : festival international de Rotterdam, festival de Cannes, festival international du film francophone de Namur mais aussi le festival du cinéma européen de Miami.
En 2012, il remporte l’Amphore d’or décernée par Bertrand Blier au premier festival international Grolandais (Canal+France) de Toulouse.
En 2007 également, Vincent Solheid s'essaie à la musique et au chant dans les « Revues Freaksviliennes » (cabaret) au côté de Miam Monster Miam (Benjamin Schoos), Juan d’Oultremont, Jacques Duvall, Marie-France, Patrick Eudeline…
Puis il crée en 2011, le projet musical « 9mars » avec Xavier Gazon. Leur premier concert est la demi-finale du concours « Musique à la Française » qu’il remporte. Leur second concert est la finale de ce même concours organisé au Botanique à Bruxelles où cette fois ils emportent 10 prix.
Solheid partage l’écriture des textes avec Vincent Marganne.
Le 9 mars 2012 est sorti un premier EP 4 titres intitulé Anniversaire et dans la foulée le coffret Vincent Solheid : 1 livre, 1 film, 1 disque aussi.

La compagnie Eugénie
Créée en 2011 par Vincent Solheid, la « Compagnie Eugénie » est une plate-forme artistique regroupant des gens de passage, des résidents, des adolescents, des adultes, des professionnels issus des arts de la scène, des arts plastiques et du cinéma et des « non-professionnels » issus d’autres disciplines dites « non-artistiques » : chauffeur poids lourds, soudeur, plâtrier, historien, barman, neurologue, commerçant, électricien, boulanger, maçon, garde forestier, peintre en bâtiment,…
Un des objectifs de la compagnie est de les faire participer à des projets artistiques communs par le biais d’atelier (écriture, danse, cinéma,…) à l'instar du film « Le Grand’Tour » ou le spectacle-performance « Le Bal du Président ».
Un de nos projets devrait voir la participation d’adolescents à l’écriture d’un « Opéra dansé » ou d’un « Ballet chanté ». Ce projet devrait réunir également des danseurs adolescents issus d’écoles professionnelles de danse avec des adultes dit « non-danseurs ».
A l’avenir, la Compagnie souhaite réaliser des travaux avec des personnes ayant un handicap mental.
http://www.vincentsolheid.com
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
strong>Informations pratiques
Les jours et heures d'ouvertures :
Fermé le lundi, excepté vacances scolaires belges.
• haute saison (Pâques / Toussaint) : 10 – 18 h. (du 31 mars au 4 novembre) ;
• basse saison (novembre / Pâques) : 10 – 17 h. (du 1er janvier au 30 mars et du 4 novembre au 31 décembre).
Tarifs
Adultes : 6 € / Seniors : 5 € / Groupes (pers) : 5 € (1 gratuité par 15 personnes)
Enfants (>5 ans - hors scolaire) : Gratuit / Enfants (6 à 12 ans - hors scolaire) : 3 € / Groupes scolaires : 3 €
Abonnement annuel : 12 € (6 à 18 ans) / 15 € (+ de 19 ans) / Carte familiale journalière : 15 € (2 pers + enfants)

Contact : LE MALMUNDARIUM
Place du Châtelet, 9 (à côté de la cathédrale) 4960 Malmedy // Tél : +32 (0)80.799.668
info@malmundarium.be // www.malmundarium.be

© François DETRY
Lien vers tous les reportages de François DETRY

  • Vincent SOLHEID
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
  • Quand les "Diables" deviennent "Dieux"
951 lectures
Portrait de francois.detry
francois.detry