Zoos humains. L’invention du sauvage

écrit par admin
le 11/07/2016
exposition Zoos humains

Du 17 septembre au 23 décembre 2016
Pour la première fois en Belgique, va être présentée l’exposition Zoos humains. L’invention du sauvage créée à l’initiative de la Fondation Lilian Thuram qui a pour objectif d’éduquer contre le racisme et du Groupe de recherche Achac. Ces derniers ont réalisé l’exposition et l’ont spécialement enrichie à l’occasion de son installation à La Cité Miroir à Liège. Cette exposition, sous des formes diverses, a déjà été présentée en France (au musée du quai Branly notamment), en Guyane, en Californie, en Côte d’Ivoire, en Allemagne et en Suisse.

Zoos humains. L’invention du sauvage.
L’exposition a spécialement été adaptée et enrichie, pour son installation à La Cité Miroir, d’un volet totalement inédit sur l’histoire belge liée à cette thématique. Pendant près de cinq siècles, l’industrie de l’exhibition humaine va fasciner plus de 1 milliard 400 millions de visiteurs et va montrer en spectacle entre 30 et 35 000 figurants dans le monde entier.
Ces exhibitions humaines visent essentiellement à tracer une frontière et une hiérarchie entre prétendus “civilisés” et prétendus “sauvages”. Ce fut aussi, et le plus souvent, le premier contact visuel, la première rencontre, entre l’Autre et Nous.
À travers Zoos humains, les spectateurs appréhendent comment se sont installés les préjugés racistes.
Le racisme est avant tout une construction intellectuelle. L’exposition invite chacun à prendre conscience que l’Histoire nous a conditionnés, de génération en génération, à nous voir avant tout comme Noirs, Blancs, Maghrébins ou Asiatiques.
En proposant cette thématique, le Centre d’Action Laïque de la Province de Liège asbl et l’asbl MNEMA souhaitent mettre en lumière cette réalité historique et permettre une réflexion sur notre propre héritage intellectuel. Il est important de comprendre comment nos préjugés se sont mis en place pour pouvoir les déconstruire. Nos sociétés doivent apprendre l’idée pourtant simple que la couleur de la peau, le genre, la religion ou la sexualité d’une personne ne détermine en rien son intelligence, la langue qu’elle parle, ses capacités physiques, sa nationalité, ce qu’elle aime ou déteste. Chacun de nous est capable de croire à n’importe quoi, le pire comme le meilleur.

CINQ SIÈCLES D’HISTOIRE D’EXHIBITIONS
Avec cette exposition inédite, c’est l’histoire de femmes, d’hommes et d’enfants – venus d’Afrique, d’Océanie, des Amériques et parfois d’Europe – pour être exhibés en Occident, qui est racontée.
L’Europe, l’Amérique et le Japon vont, pendant près de cinq siècles (1490-1960), les présenter comme de prétendus « sauvages ». L’apogée de ce phénomène commence au milieu du XIXe siècle et se poursuit jusque dans les années 1950, en s’incarnant dans une véritable industrie de l’exhibition.
Ce « spectacle » a fasciné nos sociétés occidentales, comptant près d’un milliard et demi de visiteurs et des dizaines de milliers d’exhibés. En Belgique, comme dans les autres pays de l’Europe occidentale, les visiteurs sont allés par millions, de 1885 à 1958, découvrir ceux que l’on nommait des « sauvages ». Venus des quatre coins du monde et aussi des colonies belges, ils furent les acteurs de la mise en scène du grand spectacle de l’altérité et légitimèrent la colonisation.
Dans les théâtres, les cirques, les foires, les cabarets, les zoos, les jardins d’acclimatation et les grandes expositions universelles, nationales ou coloniales, on a inventé le « sauvage ». Il est essentiel de garder à l’esprit que souvent ce « spectacle » a constitué, pour le public, le premier contact avec l’« Autre » au temps où les empires coloniaux se développaient sur les cinq continents.
©photo: Groupe de recherche Achac

UN PHÉNOMÈNE EN BELGIQUE, DANS TOUTE L’EUROPE ET DANS LE MONDE
C’est à travers ce prisme que des millions de Belges ont, à la manière de leurs voisins européens,
forgé leur regard sur les peuples colonisés. Ce n’est compréhensible que si on le met en perspective
avec son contexte ; celui de la construction des grands empires coloniaux et de l’émergence des
théories racialistes, eugénistes ou ségrégationnistes, dans un temps où les spectacles de masse
contribuent à fixer une identité commune en Occident. L’exhibition de groupes humains à une telle
échelle demeure une pratique propre aux nations coloniales.
La présence, en ce lieu, de cette exposition est née de la volonté de mieux comprendre les origines
et les mécanismes de construction des discriminations et des stéréotypes, 110 ans après la première
Exposition universelle de Liège de 1905, où les nations coloniales européennes mirent en
scène leurs colonies.
Le Groupe de recherche Achac, composé d’historiens spécialistes de la question coloniale et postcoloniale
et la Fondation Lilian Thuram. Éducation contre le racisme, s’associent ainsi au Centre
d’Action Laïque de la Province de Liège asbl et à l’asbl MNEMA pour proposer à La Cité Miroir,
espace de débat et de culture, le récit de cette histoire oubliée, au carrefour des histoires coloniales,
de la science, du racisme et de celle du monde du spectacle… L’histoire des « zoos humains ».

VISITES ANIMÉES DE L’EXPOSITION
Visites proposées par le Centre d’Action Laïque de la Province de Liège asbl selon une approche critique et citoyenne du phénomène des zoos humains et dans une perspective d’éducation aux droits humains.
Si tous les individus naissent libres et égaux en droits, rien n’est moins évident que de comprendre et d’accepter la diversité. Comme d’autres peuples colonisateurs, les Européens ont longtemps refusé de mettre sur le même plan leur humanité et celle de ceux qui différaient souvent par leur aspect physique et leur culture.
Venez découvrir comment l’histoire nous a conditionnés de génération en génération à nous voir avant tout comme des Noirs, des Blancs, des Maghrébins, ou des Asiatiques…
Or la couleur de peau d’une personne, sa religion, sa sexualité ne détermine en rien son intelligence ou ses capacités physiques. Venez comprendre comment nos préjugés se sont mis en place et comment ils peuvent se déconstruire.
¬¬ Visite en français et en anglais
¬¬ Durée : 1h/1h30
¬¬ Prix : 25€ • Tarif exceptionnel grâce au soutien des pouvoirs publics et des partenaires
¬¬ Tout public à partir de 12 ans
Une brochure de présentation (version française, allemande et néerlandaise) sera disponible au prix de 2€ (Ce montant couvre les frais de traduction)

Visites proposées par l’asbl Art&fact, association des historiens de l’art de l’Université de Liège, selon une approche historique, anthropologique et artistique du phénomène des zoos humains.
L’« Autre » a de tout temps interpellé. Qu’il soit différent par son origine géographique, sa culture ou son aspect physique, il fascine et effraie tout à la fois. Les premiers contacts avec de nouvelles populations, dès le XVIe siècle, provoquent une curiosité croissante, qui laisse rapidement la place à de véritables théories raciales visant à établir « scientifiquement » la supériorité de la race blanche.
Les grandes puissances coloniales du XIXe siècle, notamment la Belgique, contribuent à renforcer l’inégalité des traitements. Le propos de l’exposition et de la visite est étendu aux « freaks », ces individus affligés d’une tare physique, qui firent longtemps les beaux jours des cirques en Europe et aux États-Unis.

INFORMATIONS
Entrée à l’exposition :
Tarif plein 5€
Tarif réduit 3€
(groupes de min .10 pers. ,- de 26 ans, citoyen de MNEMA, membre des Territoires de la Mémoire, carte Prof)
Visites Centre d’Action Laïque de la Province de Liège : 25€
Tarif exceptionnel grâce au soutien des pouvoirs publics et des partenaires

Visites Art& Fact :
En semaine : Visites guidées (français, allemand et néerlandais) : 65€
Visites guidées en anglais : 75€
Les week-ends : Visites guidées (français, anglais, allemand, néerlandais) : 75€

RÉSERVATIONS
Par mail : reservation@citemiroir.be
Par téléphone : 04 230 70 50
Accessible pour les personnes à mobilité réduite
© Groupe de recherche Achac Exposition de Charleroi 1911.

AUTOUR DE L’EXPOSITION

VENDREDI 16/09 À 15H
La Cité Miroir • Salle Ferrer • Gratuit
Conférence inaugurale de l’exposition par Pascal Blanchard et Lilian Thuram
ZOOS HUMAINS
L’INVENTION DU SAUVAGE
Pendant plus d’un siècle et demi (de la Vénus hottentote, en 1810 à l’après Seconde Guerre mondiale, en 1960), l’industrie de l’exhibition a fasciné plus d’un milliard et demi de visiteurs et a exhibé entre trente et trente-cinq mille figurants dans le monde entier. Ces exhibitions humaines visent essentiellement à tracer une frontière et une hiérarchie entre prétendus « civilisés » et prétendus « sauvages ». Ce fut aussi, et le plus souvent, le premier contact visuel, la première rencontre, entre l’« Autre » et Nous. À l’occasion de l’exposition Zoos humains. L’invention du sauvage à Liège, Pascal Blanchard et Lilian Thuram souhaitent expliquer comment se sont installés les préjugés dans nos sociétés. C’est un passé qu’il faut déconstruire et comprendre afin que la couleur de la peau et la culture d’un être humain ne soient plus un motif de rejet ou de discrimination.

Pascal Blanchard est un historien français. Chercheur au Laboratoire
Communication et Politique du CNRS, spécialiste du « fait colonial », il co-dirige le Groupe de recherche Achac / Colonisation, immigration, postcolonialisme depuis 1989.
Il a réalisé plusieurs expositions sur le thème de la colonisation et de l’immigration et publié de nombreux ouvrages sur le sujet. Historien au coeur de l’actualité, il intervient régulièrement dans les débats et dans les médias, pour promouvoir un autre rapport du présent au passé colonial et à la relation à l’histoire des immigrations « des Suds » (coloniales et postcoloniales) en France.

Lilian Thuram est né en Guadeloupe en 1972. Il a connu une carrière prestigieuse de footballeur international : champion du monde en 1998, champion d’Europe en 2000, vice-champion du monde en 2006 ainsi que de nombreux titres en club. En 2008, il a créé la Fondation Lilian Thuram. Éducation contre le racisme.
Par ses actions, la fondation développe des idées simples mais éminemment importantes : les phénomènes racistes contemporains peuvent être dépassés si nous admettons que l’histoire nous a conditionnés, de génération en génération, à nous voir avant tout comme des Noirs, des Blancs, des Maghrébins, des Asiatiques.

MARDI 25/10 À 20H
Salle Ferrer • 5€ / Réduit 3€
Film
LA VÉNUS NOIRE
d’Abdellatif Kechiche
2010 • 159 minutes
Début du XIXe siècle. Un lien étrange, presque malsain, relie la science en pleine révolution, la
curiosité bourgeoise pour les contrées exotiques et une morale sous influence religieuse. Dans ce
contexte particulier, où se mêlent voyeurisme, recherche et violence, Saartjie Baartman, alias la
Vénus hottentote est l’objet de toutes les fascinations, de toutes les convoitises et de tous les excès.
Montrée comme un animal étrange, vendue comme une vulgaire attraction de foire, prostituée sans
équivoque, elle concentre tout le paradoxe d’une époque qui se veut évoluée… mais se vautre dans
les théories racistes les plus dérangeantes.
Avec le réalisme qui lui est propre, Abdellatif Kechiche, aborde l’histoire de cette femme sacrifiée,
sans fard, sans détour. Et place le spectateur face à ses propres interrogations…
• Projection suivie d’un débat.

MERCREDI 26/10 À 20H
Salle Ferrer • 5€ / Réduit 3€
Conférence
STÉRÉOTYPES
DU RACISME ORDINAIRE
par Jérôme Jamin, professeur à l’Ulg
La généralisation consiste à profiter d’une superposition en apparence fréquente de certains traits
physiques avec certains traits sociaux pour établir une sorte de causalité biologique entre les uns et
les autres dans le chef de certaines catégories de la population. La généralisation fonctionne autant
dans les bistrots de quartier que dans les médias et dans les discours politiques. Elle produit des
stéréotypes, c’est-à-dire des opinions toutes faites sur des individus et des groupes dont les caractéristiques
sociales et les caractéristiques physiques sont clairement identifiables. L’exposé vise à
analyser les mécanismes qui produisent les stéréotypes ainsi que les discriminations et le racisme
qui en découle.
Licencié en Philosophie (1997), Maître en Relations internationales et politique européenne (1999)
et Docteur en science politique (2007), Jérôme Jamin est Professeur au Département de Science
politique de la Faculté de Droit, Science politique et Criminologie de l’Université de Liège où il dirige
le centre d’études Démocratie. Ses recherches portent sur la dynamique démocratique en Europe et
aux États-Unis : le populisme, le nationalisme et l’extrême droite,
les relations ethniques et la diversité culturelle.

MERCREDI 9/11 À 20H
Salle Ferrer • 5€ / Réduit 3€
Documentaire
ZOOS HUMAINS
de Pascal Blanchard et Éric Deroo (2002, 52’)
Du milieu du XIXe siècle à l’entre-deux guerres, des millions de visiteurs se sont pressés, à travers
toute l’Europe et aux États-Unis, pour voir des « sauvages » en cage, dans les expositions universelles
ou coloniales, au zoo ou dans des villages indigènes reconstitués. Plongée dans l’un des plus
grands scandales des sociétés occidentales.
En collaboration avec la Fondation « Ceci n’est pas une crise »
• Projection suivie d’une conférence-débat
de Pascal Blanchard, Lilian Thuram et Gilles Boetsch (sous réserve)

MARDI 15/11 À 13H30
Salle Ferrer • 5€ / Réduit 3€
Film
MAN TO MAN de Régis Warnier 2005 • 122 minutes 1870. La mode des « zoo humains » est à son sommet. Aux quatre coins de l’Europe des spectacles
ethniques voient le jour. Dans les contrées les plus reculées, sur des terres colonisées, des pourvoyeurs en êtres humains
« chassent » littéralement les futures sensations, qui feront les délices des spectateurs en mal
d’exotisme et de nouveautés. James Dodd, explorateur écossais, ramène d’une de ses expéditions,
un couple de pygmées qui ne tarde pas à devenir une vraie attraction. Mais est-il imaginable de
réduire un être humain à l’état de bête de foire ? Déchiré par le doute, Dodd décide de tout faire pour
rendre leur dignité à ses anciens « prisonniers ».
Regis Warnier offre un écrin esthétique de toute beauté à cette histoire terrible, reflet d’une époque,
et réflexion sur l’humanité et ses dérives. Entre aveuglement et cupidité, science et religion, les personnages
de Man to Man luttent avec leur conscience et les pressions sociales, politiques, économiques,
induites par un système de valeurs archaïques.
• Projection suivie d’un débat.

MARDI 22/11 À 13H30
Salle Ferrer • 5€ / Réduit 3€
Film ELEPHANT MAN de David Lynch
1980 • 124 minutes
Londres. 1884. Le chirurgien Frédérick Treves achète, dans un cirque, « Elephant Man ». L’homme,
dont le corps et le visage déformés à l’extrême, serait le résultat d’un accident survenu avant sa naissance.
Selon la légende, sa mère aurait été piétinée par un pachyderme… Dans un premier temps,
Treves, fasciné par la difformité de John Merrick, y associe une inévitable débilité mentale… Mais la
réalité va rapidement lui donner tort. Merrick, souffrant d’un syndrome aujourd’hui connu de croissance
osseuse désordonnée, est en réalité un homme intelligent, sensible, complexe… humain.
Avec sa photographie en noir et blanc de toute beauté, Elephant Man s’inspire d’une histoire vraie,
pour revisiter l’Angleterre victorienne et mettre en lumière l’association erronée entre laideur et imbécilité,
entre difformité et absence de sensibilité. Le film propose une réflexion profonde sur une
question essentielle : « Qu’est-ce qu’un être humain ? »
• Projection suivie d’un débat.
JEUDI 24/11 À 20H
Salle Ferrer • 5€ / Réduit 3€

Film
FREAKS
de Tod Browning
1932 • 64 minutes
Sous le grand chapiteau d’un cirque de « monstres », la laideur n’est pas toujours là où on l’imagine…
Un lilliputien, une naine, une femme à barbe, un homme-tronc, une microcéphale forment
une parade des monstres. Elle se déplace de ville en ville, pour le plus grand plaisir
des spectateurs de l’Amérique en pleine Dépression. Lorsque Hans le lilliputien éprouve
une soudaine attirance pour la belle acrobate Cléopâtre, l’équilibre du petit groupe de
« freaks » est soudain mis en péril, d’autant que la beauté d’un ange, cache parfois le coeur glacé d’un
démon rongé par l’envie et la concupiscence.
Dans un exercice de haute voltige cinématographique, avec l’aide de comédiens « monstrueux », Tod
Browning se joue des codes moraux, comme des codes esthétiques. La laideur n’a pas de visage, elle
se porte au creux de l’âme, dans cette parade insolite où le respect, l’amitié, la fraternité, mais aussi
l’amour, la cruauté, la vilénie, se voient redéfinis avec brio. Un film qui fascine, qui dérange et qui
secoue nos préjugés sur l’apparence physique et les valeurs morales.
• Projection suivie d’un débat avec Nicolas Bancel (sous réserve).

MERCREDI 7/12 À 20H
Salle Ferrer • 5€ / Réduit 3€
Soirée d’animation “Quiz”

À LA RECHERCHE DE RAYMOND HACISME :
LA REPRÉSENTATION DU SAUVAGE AU CINÉMA

En 1900, en pleine exposition universelle de Paris, le professeur Raymond Hacisme, célèbre anthropologue,
est victime d’un étrange accident. Il disparait, sans laisser de traces. En 2016, à La Cité
Miroir, une conférence consacrée à cette disparition non-élucidée est interrompue par une soudaine
coupure de courant. Lorsque les projecteurs se rallument, une surprise de taille attend les spectateurs
et les conférenciers. Raymond Hacisme se trouve là, devant eux, en chair et en os. Avec ses
valeurs et ses connaissances scientifiques, Hacisme découvre les évolutions des moeurs, de la technique,
des lois, des médias… bref de la société vis-à-vis de ceux que cette dernière qualifie toujours
de « sauvages ».
À travers ce quiz, accompagné d’extraits sonores, d’extraits de films, de photographies, de contextualisations,
le public et l’anthropologue vont peu à peu
réaliser que si les choses ont changé, le chemin est encore long pour construire une société juste,
humaniste et débarassée de ses réflexes d’exclusions.
Une soirée pas comme les autres, entre conférence décalée, quiz, réflexions et éclats de rire !

TARIFS DES ACTIVITÉS
Conférence inaugurale : gratuit
Autres conférences et films :
Tarif plein 5€
Tarif réduit 3€
(groupes de min .10 pers. ,- de 26 ans, citoyen de MNEMA, membre des Territoires de la Mémoire, carte Prof)

À VENIR
Durant la diffusion de l’exposition, nous proposerons également :
• la projection du film Boma Tervuren, suivi d’une conférence de Maarten Couttenier, anthropologue au Musée royal de l’Afrique centrale de Tervuren et Christiane Paulis, anthropologue à l’Université de Liège.
• la conférence Les images des zoos humains de Clémens Radauer, collectionneur de pièces et archives en lien avec les zoos humains. Certains objets de la Collection Radauer seront présentées au sein de l’exposition, à la Cité Miroir.

LES ORGANISATEURS
Le Centre d’Action Laïque de la Province de Liège asbl

Par les actions qu’il mène, le Centre d’Action Laïque de la Province de Liège asbl milite pour la dignité de chaque
individu, en combattant les pratiques discriminatoires, les exclusions et les injustices. Cela se traduit par des
initiatives porteuses de sens en faveur d’une égalité, d’une solidarité, d’une démocratie et d’une citoyenneté
renforcées. L’association, installé à la Cité Miroir, trouve en cet espace un nouveau cadre d’action qui lui permet
de toucher un public toujours plus nombreux et de promouvoir ainsi des valeurs d’émancipation et d’autonomie
de l’individu. Sa démarche s’inscrit dans une perspective de progrès social visant à réaffirmer son rôle d’acteur
dans la construction d’une société juste, tolérante, démocratique et solidaire.
www.calliege.be

MNEMA asbl
Créée le 10 décembre 2004 à l’initiative des Territoires de la Mémoire, l’asbl MNEMA a été chargée du projet
de réhabilitation des anciens Bains et Thermes de la Sauvenière à Liège pour les transformer en Cité Miroir,
véritable pôle d’éducation, de débat et de culture. En parallèle à ce travail de gestion, MNEMA propose une programmation
culturelle variée à La Cité Miroir : théâtre, musique, cycle de conférences. Toutes ces activités sont
en rapport direct avec l’éducation à la citoyenneté, le travail de mémoire ou le dialogue des cultures, trois axes
majeurs de l’asbl. L’asbl MNEMA a comme volonté et pour mission de se positionner comme défenseur de la
diversité, du pluralisme et de la tolérance. Au sein de La Cité Miroir, elle met en oeuvre une liaison intelligente
entre le passé, le présent et l’avenir.
www.mnema.be

LES PARTENAIRES
Le Groupe de recherche Achac (Paris)

Depuis 1989, le Groupe de recherche Achac travaille sur l’étude des stéréotypes et les représentations de l’«
Autre » à travers l’histoire des « zoos humains ». Cette réflexion a été mise en oeuvre à travers différents colloques
internationaux et un documentaire Zoos humains avec Arte en 2002. Plusieurs ouvrages dont Zoos humains
et exhibitions coloniales (La Découverte) en 2011 et L’invention de la race. Des représentations scientifiques
aux exhibitions populaires (La Découverte) en 2014 rassemblent plus de cinquante contributions. Dans le
même temps, l’exposition Exhibitions. L’invention du sauvage s’est tenue au musée du quai Branly en 2011-2012
(avec un catalogue publié chez Actes Sud) en collaboration avec la Fondation Lilian Thuram. Éducation contre
le Racisme.
www.Achac.com

La Fondation Lilian Thuram. Éducation contre le racisme (Paris)
« On ne naît pas raciste, on le devient » est la pierre angulaire de la fondation créée en 2008 par Lilian
Thuram. Son but est de montrer que le racisme est surtout une construction politique historique.
De génération en génération, l’Histoire nous a conditionnés à diviser le genre humain en catégories.
La transmission de cet enseignement est le but de la fondation par le biais de supports pédagogiques, d’organisation
d’événements, d’édition d’ouvrages ou de bandes dessinées et d’inculquer ces valeurs par l’intermédiaire
des parents, de l’école et du sport.
www.thuram.org

Musée Royal de l’Afrique Centrale Tervueren (Bruxelles)
Le MRAC doit être un centre mondial de recherche et de diffusion des connaissances, consacré au passé et au
présent des sociétés et de leurs environnements naturels en Afrique, et en particulier en Afrique Centrale, afin
de stimuler l’intérêt et d’assurer une meilleure compréhension de cette partie du monde par le grand public et
la communauté scientifique, et de contribuer significativement, au moyen de partenariats, à son développement
durable. Les missions principales de cette institution centrée sur l’Afrique comprennent donc l’acquisition et
la gestion des collections, la recherche scientifique, la valorisation des résultats de celle-ci, la diffusion des
connaissances, et la présentation au grand public d’une partie de ses collections.Le musée est un centre de
savoir et de ressources sur l’Afrique et en particulier l’Afrique centrale, dans un contexte historique, contemporain
et mondial. Le musée expose des collections uniques. Il est un lieu de mémoire sur le passé colonial et se
positionne comme plateforme dynamique d’échange et de dialogue entre les cultures et entre les générations.
www.africamuseum.be

LE LIEU
La Cité Miroir

Place Xavier Neujean • 22 • 4000 Liège
Lieu d’exception au service de l’éducation, du débat et de la culture. L’ancien bâtiment des Bains et Thermes
de la Sauvenière est un ouvrage de référence dans le paysage architectural à Liège. Le bâtiment est classé au
Patrimoine wallon comme monument depuis mai 2005.
Construit à partir de 1938 sous l’impulsion de l’Échevin Georges Truffaut et ouvert au public en 1942, ce projet
s’inscrivait dans le mouvement hygiéniste qui souhaitait permettre à toutes et tous, y compris au plus démunis,
de bénéficier des bienfaits de la propreté pour la santé. Les bains publics ont d’ailleurs été utilisés bien après la
fermeture de la piscine. Les soins aux personnes s’étendaient également au traitement de certaines maladies
comme la tuberculose ou des maladies de la peau. Notons que ce lieu reste très cher au coeur des Liégeois qui
pour beaucoup d’entre eux y ont appris à nager ou y ont pratiqué d’autres disciplines sportives. La piscine de
la Sauvenière a donc été conçue comme un lieu d’émancipation sociale, de solidarité et de soins accessibles à
tous.
Le bâtiment a été réhabilité sous la direction de l’asbl Mnema par Triangle Architetectes et le Bureau d’Etudes
Pierre Beugnier.
Depuis janvier 2014, par l’activité de plusieurs associations (Le Centre d’Action Laïque de la Province de Liège
asbl, Les Territoires de la Mémoire asbl et Mnema asbl), La Cité Miroir est devenue un endroit incontournable de
réflexion et de dialogue au sein duquel l’art, la culture, le savoir et la mémoire profitent de moyens d’expression
uniques pour susciter la curiosité et nourrir l’ouverture d’esprit de chacun. La Cité Miroir est un espace où le
passé et le présent donnent rendez-vous à tous les citoyens pour construire l’avenir !

Plus d’informations - www.citemiroir.be
© Thierry Lechanteur

  • exposition Zoos humains
  • exposition Zoos humains
  • exposition Zoos humains
  • exposition Zoos humains
  • exposition Zoos humains
  • exposition Zoos humains
  • exposition Zoos humains
  • exposition Zoos humains
  • exposition Zoos humains
  • exposition Zoos humains
  • exposition Zoos humains
1635 lectures
Portrait de admin
admin

Administrateur d'Ardenneweb, nous proposons du contenu journalier gratuitement.