Ancestors & Rituals dans le cadre d’Europalia Indonesia, du 11 octobre ’17 au14 janvier ’18 au Bozar à Bruxelles

écrit par VandenHende
le 15/10/2017
Ancestors & Rituals dans le cadre d’Europalia Indonesia, du 11 octobre ’17 au14 janvier ’18 au Bozar à Bruxelles

Présentant plusieurs pièces majeures du Musée national de Jakarta, l'exposition d'ouverture Ancestors & Rituals (Bozar, à partir du 11.10.17) s'intéressera aux formes particulières de cultes des ancêtres en Indonésie : les Torajas exhumant leurs morts pour les parer et les célébrer, les étonnantes sculptures d'ancêtres Ana Deo protégeant les villageois de Flores, ou encore le culte des ancêtres comme il se pratique encore de Sumatra jusqu'en Papouasie. Les visiteurs auront régulièrement l'occasion d'approfondir le sujet lors d’ateliers organisés par Barbara Raes autour et
au sein de l’exposition.

Immense archipel de plus de 17 000 îles s’étalant sur pas moins de 5 000 kilomètres d’est en ouest, l’Indonésie compte près de 255 millions d’habitants, 300 groupes ethniques et plus de 700 langues. Ces quelques chiffres donnent une idée de la diversité de ce pays et de la variété des cultures qui le composent.
Un point commun relie cependant une grande majorité de ces cultures : l’importance accordée aux ancêtres. De Sumatra à la Papouasie, en passant par
Java, Bornéo, Sulawesi, les petites îles de la Sonde et les Moluques : les ancêtres ont joué et jouent parfois encore un rôle de premier plan en Indonésie.
Qu’ils soient généalogiques ou mythiques, les ancêtres remplissent trois fonctions cruciales ayant trait au passé, au présent et au futur. Etroitement liés aux divers mythes fondateurs et cosmologies de l’archipel, les ancêtres ont pour première fonction de servir de lien direct entre les indonésiens et leur passé, permettant aux vivants de revendiquer une place au sein d’une lignée et de définir ainsi leur statut et position sociale. Ensuite, les ancêtres sont garants de l’équilibre de la société et assurent par leur soutien et protection un présent harmonieux. Pour finir, ils sont source de fertilité et garantissent la pérennité des peuples et cultures.
L’exposition « Ancestors & Rituals » se focalise également sur les échanges qui, au fil des millénaires, ont influencé les arts, les identités et la manière même d’envisager le monde des peuples indonésiens. La majeure partie des cultures de l’archipel trouvent leurs racines dans la culture austronésienne, apportées par ces peuples migrateurs qui partirent de Taiwan il y a plus de 5 000 ans. La splendide culture Dong Son du nord du Vietnam, connue pour sa grande maitrise du bronze, n’est pas non plus restée sans influence.
Souvent, c’est le commerce qui fut à l’origine de ces changements. Aux 5ème et 6ème siècles, les marchands indiens et les moines qui les accompagnaient dans leurs périples, introduisirent le bouddhisme et l’hindouisme à Sumatra et Java.
Les célèbres temples de Borobudur et Prambanan témoignent de l’importance que ces deux religions gagnèrent rapidement sur le territoire indonésien. C’est également le commerce qui apporta les premiers visiteurs de Chines et, dès le 13ème siècle, du Moyen-Orient. Ces derniers introduisirent l’islam en Indonésie, mais il fallut attendre jusqu’au 16ème siècle pour que cette religion connaisse à Java et Sumatra l’essor qui fait aujourd’hui de l’Indonésie le premier pays musulman du monde. Plus tard encore, ce sont les colons portugais, suivis des hollandais, qui arrivèrent à la recherche des précieuses épices et imposèrent respectivement le catholicisme et le protestantisme.
Toutes ces cultures ont façonné la relation des Indonésiens à leurs ancêtres, l’enrichissant de leurs tonalités particulières ou, au contraire, tentant de la détruire. Ainsi, on découvre en Indonésie des objets et récits hindouistes et bouddhistes qui soulignent l’importance des ancêtres, un islam métissé ouvert aux cultes ancestraux préexistants et les stigmates du prosélytisme néerlandais qui, quand il ne détruisait pas les oeuvres d’art, influença la production artistique locale.
À partir de 160 trésors archéologiques et ethnographiques, « Ancestors & Rituals » illustre également les rituels autour des trois enjeux des ancêtres – statut, protection et fertilité – car ils sont le moyen de communication privilégié entre les vivants et les morts.
La plupart de ces œuvres ont été prêtées par le Musée national de Jakarta et seront exposées pour la première fois en Europe. Une trentaine d’autres viennent de musées et de collections privées européens.
Des ateliers organisés par Barbara Raes questionneront également la place des traditions et rituels au sein des sociétés contemporaines, tant indonésiennes qu’européennes.

Catalogues réalisés en 3 versions FR – NL & EN
Le programme complet sur: www.europalia.eu/festivalcentre

|

  • Ancestors & Rituals dans le cadre d’Europalia Indonesia, du 11 octobre ’17 au14 janvier ’18 au Bozar à Bruxelles
  • Ancestors & Rituals dans le cadre d’Europalia Indonesia, du 11 octobre ’17 au14 janvier ’18 au Bozar à Bruxelles
  • Ancestors & Rituals dans le cadre d’Europalia Indonesia, du 11 octobre ’17 au14 janvier ’18 au Bozar à Bruxelles
  • Ancestors & Rituals dans le cadre d’Europalia Indonesia, du 11 octobre ’17 au14 janvier ’18 au Bozar à Bruxelles
  • Ancestors & Rituals dans le cadre d’Europalia Indonesia, du 11 octobre ’17 au14 janvier ’18 au Bozar à Bruxelles
  • Ancestors & Rituals dans le cadre d’Europalia Indonesia, du 11 octobre ’17 au14 janvier ’18 au Bozar à Bruxelles
  • Ancestors & Rituals dans le cadre d’Europalia Indonesia, du 11 octobre ’17 au14 janvier ’18 au Bozar à Bruxelles
  • Ancestors & Rituals dans le cadre d’Europalia Indonesia, du 11 octobre ’17 au14 janvier ’18 au Bozar à Bruxelles
508 lectures
Portrait de VandenHende
Van den Hende"