Alix – L’Art de Jacques Martin au Musée Art & Histoire à Bruxelles

écrit par VandenHende
le 21/09/2018
planche griffe noir

Du 14 septembre au 06 janvier 2019.
Conçue par les Éditions Casterman, l’exposition sera présentée au Musée Art & Histoire de Bruxelles du 14 septembre 2018 au 6 janvier 2019, en collaboration avec visit.brussels. Elle sera inaugurée à l’occasion de la Fête de la BD (14-16/09).

De tous les personnages qui occupent le panthéon de la bande dessinée mondiale, Alix est assurément une figure à part. Avec ses 12 millions d’albums vendus, sa traduction en 15 langues, Alix fête en 2018 ses 70 ans d’existence, depuis sa première apparition dans le journal Tintin, le 16 septembre 1948. Jusqu’en 1988, date de parution du Cheval de Troie et dernier album dessiné de la main de Jacques Martin, et même au-delà, ce jeune Gallo-Romain a traversé nombre de périls, s’est confronté aux civilisations les plus diverses, tout en conservant un idéal de droiture et de justice cher à son créateur.
Alix est aujourd’hui reconnu comme le véritable précurseur de la «bande dessinée historique». Derrière ce vocable un peu flou, il faut reconnaître à Jacques Martin d’avoir été le premier à attacher à la vraisemblance historique une importance déterminante dans la conception de ses récits.

L’exposition
À l’occasion du 70e anniversaire de la création d’Alix, les Éditions Casterman, le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême et la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image ont mis sur pied une exposition exceptionnelle consacrée à l’art de Jacques Martin.
Inaugurée lors du festival d’Angoulême, le 25 janvier 2018, cette grande exposition rétrospective s’est tenue au Musée de la bande dessinée d’Angoulême jusqu’au 13 mai 2018. Elle sera présentée au Musée Art & Histoire de Bruxelles entre le 14 septembre 2018 et le 6 janvier 2019, à l’occasion de la Fête de la BD (14-16/09), en collaboration avec visit.brussels et les Éditions Casterman. L’exposition explore quatre décennies de création de Jacques Martin, de 1948 à 1988. Articulée autour de la figure centrale d’Alix, l’exposition revient sur la singularité de l’esthétique de Jacques Martin, de ses premiers travaux publicitaires à l’affirmation d’un style graphique et narratif extrêmement personnel.
Entièrement re-scénographiée pour sa venue à Bruxelles, l’exposition sera présentée au sein même des salles abritant les prestigieuses collections Antiquité du Musée Art & Histoire. De nombreux originaux rassemblés par thématique (références historiques, traitement de la femme et de l’homosexualité, traitement de l’imaginaire, etc.) présenteront ainsi l’œuvre de Jacques Martin au travers du prisme des aventures de son héros légendaire.

La singularité de l’œuvre
La bande dessinée fut pour Jacques Martin une vocation fondamentale. Il désirait coucher sur le papier sa vision de l’histoire passée et contemporaine autant que les arcanes secrètes de son histoire personnelle.
Si Jacques Martin appartient de fait à l’école belge réunie dans le très sage sommaire du journal Tintin, son approche audacieuse de la séquence d’images et de la composition des pages témoigne d’un tempérament visuel si original qu’il ne trouve guère d’équivalent dans l’approche de ses pairs.
L’influence ponctuelle, dans le cerné, de ses aînés Hergé ou Edgar P. Jacobs, ne doit pas masquer les audaces formelles qui caractérisent sa pratique de la bande dessinée, nourrie par un attrait profond pour le classicisme et les jeux de perspective.
Les thématiques de ses histoires : les enjeux de civilisation, la guerre des sexes, les conspirations, les religions, les dérives de la science, la superstition, l’onirisme, le rapport à l’animalité et bien d’autres sujets inattendus ponctuent les intrigues d’Alix. Leur absence de manichéisme confronte le jeune lecteur à la complexité d’un monde adulte dominé par les passions tristes du pouvoir, de la violence et de la destruction.
Contrairement à ses contemporains Blake et Mortimer ou Buck Danny, chantres de l’optimisme des Trente Glorieuses qui triomphent toujours de leurs ennemis, Alix ne restaure presque jamais l’ordre du monde. Spectateur impuissant, il semble assister à la conduite d’un drame qu’il ne peut empêcher malgré son courage, son éthique et ses tentatives de conciliation. Ce ressort tragique fait moins de lui un personnage désenchanté qu’un apôtre du stoïcisme : il lui faut apprendre qu’il est impossible d’agir lorsque les forces en puissance ne dépendent pas de sa volonté.

Musée Art & Histoire
10 Parc du Cinquantenaire
B - 1000 Bruxelles
www.kmkg-mrah.be | info@kmkg-mrah.be
+32 (0)2 741 73 31
Heures d’ouverture
ma-ve : 09:30-17:00
sa-di: 10:00 – 17 :00
Fermé: lundi + 01/11, 11/11, 25/12 et 01/01
Prix d’entrée : € 10 / € 8 / € 4 (compris dans le prix d’entrée aux collections permanentes)
online tickets : http://ticket.kmkg-mrah.be

  • planche griffe noir
  • le personnage Alix
  • alix sénateu
  • jacques martin
  • travail de jeunesse
305 lectures
Portrait de VandenHende
Van den Hende"