Houffalize by night. Cheap cheap

 Houffalize by night. Le golf sous la neige. Illuminations. Cheap cheap Natake, d'Afghanistan, qui tient le night shop. Cheap cheap Le logo du SI de Houffalize. Place Janvier 45. Devant le SI. Coccinelle.  Houffalize by night. Le golf. Cheap cheap  Houffalize by night. Le golf. Cheap cheap Le logo du SI de Houffalize. Place Janvier 45. Devant le SI. Coccinelle. Le Petit prince. L'allumeur des reverbere du golf (Le Petit prince de St-Exupery.) La night boutique: rayon sucreries. Cheap cheap. La night boutique: rayon bonbons et chocolats. Cheap cheap La night boutique: boissons soft et bieres au frais. Cheap cheap. Night boutique: alcools et chips. Cheap cheap. Le golf, arbre remarquable. Le golf, a g. promenade le long de l'Ourthe. Le golf, arr. plan. Le golf, arr. plan; a g.: promenade long de l'Ourthe

Houffalize by night. Down town. Street art on the cobblestones. Golf: the best one. Night shop: An Afghan on a zebra crossing. Cheap cheap.

Oui, depuis ce premier avril, jour de Pâques, l’équipement de Houffalize by night est prêt pour la saison touristique.
Down town, qui est à Houffalize ce que le Marais est à Paris, côté gay friendly en moins, of course. Pas pousser bobonne.

Art street
Place Janvier 45, commémoration de mai 68 oblige, les pavés s’illuminent d’un génial art street, comme si un morceau de chèvre lancé par un tchopendoz tombait du ciel avec tant de poésie qu’au sol il se mue en coccinelle à la recherche d’un logis pour la nuit.
Et sans avoir payé la taxe de séjour la coccinelle reprend son envol chaque matin vers on ne sait quelle nouvelle fleur ou puceron à butiner au pays des Nutons.

Le golf
Le golf urbain, a 9-hole golf course, new berber dream, s’illumine après vêpres jusqu’à potron-minet. Décidément, chassez le Marais, il revient au galop.
Une illumination, ou des illuminations devrait-on dire.
On se plait à imaginer que c’est l’allumeur de réverbères du Petit prince qui applique la consigne de les allumer et de les éteindre à chaque tour de terre sous le regard émerveillé de Stephen Hawking parmi ses étoiles.
Golf en bordure duquel les arbres brindoufs bourgeonnent déjà pour ombrer bientôt les oiseaux dont le gazouillis répondra au clapotis de la rivière.

Le night shop
Il est sur la remontée, au pied du rocher Kerger.
Le doux sourire accueillant de Nataké l’Afghan vous ouvre les bras quand les autres se les croisent. Sept jours sur sept. De 18 heures à au moins une heure du mat. Open la journée, en outre, les dimanches et jours fériés.
Faut le voir pour le croire. Il n’y a pas que ses cigarettes qui sont au même prix minuit dimanche ou samedi qu’ailleurs à midi. À boire et à manger aussi.
Pour les Houffalois, son comptoir a des airs de celui de Maria Verheggen où c’était chouette de voir leurs économies disparaître dans des lards à vingt sous.
On the zebra crossing noss’ Nataké disions-nous, paraît que c’est mieux qu’on the nails dans la langue de Shakespeare.

Les trois messes basses sont dites
Elles ont commencé on the cobblestones of the street, et chutent sur comme a cloud of afghanhash.
Du psychédélisme de mai 68 subsistent certains sirops qu’hume Ulus Lupulus.

René Dislaire © Houffalize, le 3 avril 2018
======================================
Du même auteur : Liens vers des publications de l’auteur
* Cliquer ici
======================================
Présentation. Houffalize by night. Oui, à partir de Pâques il y a du neuf, de quoi faire toujours mieux tourner la boutique touristique. De nouveaux produits pour la nuit.
Une coccinelle géante qui dort au cœur de la city, le mini-golf éclairé avec de tendres kilowatts, un marché que vos yeux persans découvriront afghan.