L’absence ni le temps… de Miriam Frank

Souvenirs de ma vie déracinée.

De par sa naissance Miriam Frank avait toutes les chances de compter parmi les victimes de la politique raciale du Troisième Reich. Elle en fut très tôt consciente et n’oublia jamais le miracle qui assura sa survie. Ce livre conte une histoire étonnante, singulière et éminemment romanesque mais à laquelle chaque lecteur peut s’identifier aisément.
Son existence avait commencé à Barcelone en 1936. Sa mère avait rejoint le camp républicain en Catalogne au début de la Guerre civile espagnole. Son père, Louis Frank, né en Lituanie dans une famille juive, avait fui les pogroms de la Russie tsariste. Avec l’effondrement du front républicain et l’exode massif de ses combattants au-delà des Pyrénées, Miriam et sa mère se retrouvent en France.
En 1941 la mère de Miriam échappe par miracle aux conséquences d’un contrôle de police. Dès lors, elle décide de fuir au bout du monde; elle rejoint le Mexique, y passe avec sa fille quelques années, puis répond à l’appel de sa sœur pour vivre en Nouvelle-Zélande.
Miriam y fera de solides études et s’oriente vers la médecine. C’est à Londres que débutera véritablement la carrière hospitalière qui fera d’elle une personnalité mondialement reconnue dans le domaine de l’anesthésie.

Son livre fut publié en Angleterre en 2011 et traduit en plusieurs langues.
Traduit de l’anglais par Isabelle Hausser.
Editions de Fallois, Paris
Format : 155 x 225 mm
350 pages
EAN : 9791032102046
Prix : 22 EUR