« Les Sonneurs de Noël », à Namur, du 03 au 06 Janvier

écrit par YvesCalbert
le 04/01/2018
(c) "Nocturnales"

Après avoir eu pour cadre, en décembre 2017, l’église St.-Pierre, à Bastogne ; la Collégiale Ste.-Waudru, à Mons ; et la Cathédrale St.-Paul, à Liège, les « Nocturnales » nous attendent à Namur, dans le cadre baroco-rococo-classique de la Cathédrale St.-Aubain (édifiée de 1751 à 1767, elle est inscrite au patrimoine majeur de la Wallonie), ces 4, 5 et 6 janvier 2018, à 17h, 18h15 ou 19h30, afin d’assister à un superbe spectacle familial, d’une durée de 45′, « Les Sonneurs de Noël », une création de Luc Petit, sur une idée et un texte de Michel Teheux.

« Cette nuit là, du côté de l’Orient et du soleil levant, une étoile s’est levée, tout là-bas, à l’horizon … », c’est par ces mots que commence ce spectacle, alors qu’un personnage clownesque entre en scène en prenant un enfant du public par la main, l’occasion pour nous de nous souvenir des paroles d’une chanson d’Yves Duteuil : « Prendre un enfant par la main/Pour l’emmener vers demain,/Pour lui donner la confiance en son pas,/Prendre un enfant pour un roi. »

De fait, ici, sur cette scène namuroise allongée, allant de la porte d’entrée au coeur de la Cathédrale St.-Aubain, l’enfant est un roi, et à la fin de ce spectacle une dizaine d’autres enfants seront invités à rejoindre les comédiens, l’un d’entre eux faisant fonctionner une petite boîte à musique…

… Et si nous évoquons la musique, pas moins de vingt-six extraits musicaux nous ont proposés allant de la « Dance of the Sugar Plum Fairy », de Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893), au célèbre « Psyche Rock » de la « Messe pour un Temps présent », de Pierre Henry (1927-2017), composé pour une chorégraphie de Maurice Béjart (1927-2007), en passant par « Mishima », d’un compositeur contemporain bien connu, Philip Glass (°1937).

Mais avant ces musiques entraînantes, revenons au début du spectacle, en lisant le synopsis : « Le silence vient de gagner les Cathédrales de Wallonie. La Grande Cloche ne sonne plus. Quel drame pour le Sonneur dont la mission est d’annoncer l’arrivée de Noël. Il lui faut absolument trouver une solution au plus vite pour sauver Noël…«

Place au spectacle… Sur scène, se seront succédés, pour le plus grand plaisir de nos petites têtes blondes, brunes ou noires, une femme-serpent, une jongleuse de torches de feu, une comédienne au parapluie éclairé, une Orientale aux nombreuses petites lumières, le sonneur de cloches, …, sans oublié cet homme-oiseau, montant sur l’un des cinq mats présents pour cette mise-en-scène des « Nocturnales », les quatre autres mats ayant permis à des comédiens canadiens, deux femmes et deux hommes, d’interpréter leur « Vertigo », un sentionnel numéro de perches oscillatoires, qu’ils interprètent sous deux versions, l’une où ils sont tout de blanc vétus, des lumières colorées mettant en valeur le bas de leur longs vêtements, et l’autre, où tout en rouge, ils portent des masques dorés…

… Quant à l’homme-oiseau dont nous évoquons la présence, gravissant le mât chinois, il s’agit du circacien français Mathias Tempette, formé aux Ecoles du Cirque de Madrid, puis de Rosny-sous-Bois.

Et le spectacle de se terminer par ses mots, écrits par Michel Teheux : « Les Anges ont parcouru les cieux pour que la nouvelle traverse les siècles ! … Des sentiers tortueux débouchent sur des horizons lumineux ! L’espérance réssuscite l’audace de regarder l’avenir ! La cloche de Noël a fait sonner l’annonce : elle a démultiplié le cri de l’enfant ! … Alléluia ! »

Si, maintenant, un doute subsiste quant à la qualité de ce qui nous est proposé neuf fois encore, en trois jours, à la Cathédrale St.-Aubain, à Namur, il convient de souligner la carrière éblouissante du Directeur artistique, Luc Petit, qui, pour Franco Dragone, signe les mises-en-scènes de la « Disney Cinema Parade », à Paris ; la cérémonie d’ouverture de l’ « Eurofoot », à Bruxelles ; de différents événements en Chine, aux Emirats Arabes Unis, à Macao, à Séville, à Venise, …, sans oublier ses mises-en-scènes de l’opéra urbain « Décrocher la Lune », à La Louvière, qui lui permet d’être primé, entre autres, à Los Angeles, comme « meilleures Réalisation et Conception d’un Evénement spectaculaire, avec un Budget limité » ; et, en 2015, d’ « Inferno », à Waterloo, à l’occasion du bicentenaire de la « Bataille » historique qui opposa Napoléon Bonaparte aux Alliés, dirigeant alors quelques 300 reconstituteurs, 250 artistes et musiciens, sans oublier une cinquantaine de chevaux, ce qui lui offrit huit Prix à l’ « EuBEA » de Séville, dont ceux de « meilleur Evénement culturel » et « meilleur Evénement de Commémoration »…

Cette même année, Luc Petit était, aussi, à la tête de la « Fête d’Ouverture » de « Mons 2015, Capitale européenne de la Culture », alors qu’avec la complicité de la société bruxelloise « Tempora », il conçut « Texas Aggies go to War », sur le site du « Mardasson », à Bastogne, à l’occasion du 70ème anniversaire de la « Bataille des Ardennes », un spectacle son et lumière d’envergure, récompensé, à Cannes, du « Trophée de l’Evénement exceptionnel »… Excusez du peu ! ...

… Mais revenons à nos « Soneurs de Noël », qui, à Namur, dans une alchimie subtile de diverses expressionsartistiques, telles le cirque, la danse, la musique, le théâtre, nous offent, mettant en valeur un lieu du 18ème siècle, une bien belle occasion de prolonger Noël, pour trois jours encore, à des heures particulièrement adaptées pour les enfants… Un bien beau cadeau à leur offrir, avant qu’ils ne retrouvent leurs bancs d’école, dès ce lundi ! …

Ecoutons Anne Roelandt, la Directice de Production : «Par rapport à nos autres créations, c’est un petit projet. Mais nous y sommes très attachés. C’est une manière de valoriser un patrimoine et une architecture remarquables. Il nous est revenu que beaucoup de nos spectateurs n’avaient encore jamais pénétré à l’intérieur d’une Cathédrale avant d’assister à l’une de nos Nocturnales. Y compris les habitants proches de l’édifice. C’est une belle manière pour les citoyens de se réapproprier leurs lieux de vie».

Spectacle de 45′ donné en la Cathédrale de Namur, les 4, 5 et 6 janvier, à 17h, 18h15 et 19h30. Prix d’entrée : 15€ en Catégorie 2 (10€ pour les Enfants), 20€ et 15€ en Catégorie 1 ainsi que 25€ et 20€ pour les « V.I.P. ». Prix du Programme : 6€. Site web : www.noctturnales.be.

… Et les « Nocturnales » nous fixent rendez-vous l’hiver prochain, aussi bien à Namur qu’à Bruxelles, ainsi que dans différentes Villes Wallonnes, mais aussi, le 08 août, à Beloeil, où Luc Petit assurera la mise-en-scène des 30èmes « Féeries de Beloeil »…

Yves Calbert. Photos, sauf mentions contraires : (c) « Info.Lux ».

  • (c) "Nocturnales"
  • « Les Sonneurs de Noël », à Namur, du 03 au 06 Janvier
  • « Les Sonneurs de Noël », à Namur, du 03 au 06 Janvier
  • « Les Sonneurs de Noël », à Namur, du 03 au 06 Janvier
  • « Les Sonneurs de Noël », à Namur, du 03 au 06 Janvier
  • « Les Sonneurs de Noël », à Namur, du 03 au 06 Janvier
  • « Les Sonneurs de Noël », à Namur, du 03 au 06 Janvier
  • « Les Sonneurs de Noël », à Namur, du 03 au 06 Janvier
  • « Les Sonneurs de Noël », à Namur, du 03 au 06 Janvier
  • « Les Sonneurs de Noël », à Namur, du 03 au 06 Janvier
  • « Les Sonneurs de Noël », à Namur, du 03 au 06 Janvier
  • « Les Sonneurs de Noël », à Namur, du 03 au 06 Janvier
  • « Les Sonneurs de Noël », à Namur, du 03 au 06 Janvier
  • « Les Sonneurs de Noël », à Namur, du 03 au 06 Janvier
  • "Decrocher la Lune" (c) "Luc Petit Creation"
  • "Inferno" (c) "Waterloo 2015"
  • « Les Sonneurs de Noël », à Namur, du 03 au 06 Janvier
  • « Les Sonneurs de Noël », à Namur, du 03 au 06 Janvier
  • Anne Roelandt et Maxime Prevot (c) "Vlan"
  • Luc Petit, Directeur artistique
  • « Les Sonneurs de Noël », à Namur, du 03 au 06 Janvier
434 lectures
Portrait de YvesCalbert
YvesCalbert