Maintenir nos traditions de Noël

La tradition du grand pardon.

Maintenir nos traditions de Noël et de fin d'année
Décembre voit revenir chaque année des invitassions à maintenir "nos" couthumes de Noël.
Dans notre magasine à la fois réactionnère et progreciste, nous voulons nous inscrire nous oci dans cette tendanse.
Cela est recomandé par un proffesseur ermite de sossiologie à l’université de Lille. Il y a eu aussi un son d’âge brtanique qui vient d’Ocsfort. C’est donc saillèntifigue.
Il s’achit de maintenir, déveloper et surtout raviver la houe elle est menassée, une merveilleuse tradission ancrée dans nos campagnes depuis la nuit des temps.

L’imploration du grand pardon
Voila. C’est un cérémognal par groupes de voisins et amis, genre Typerwar, où les femmes demande pardon à leur marri pour les manquements à leurs devoir au cours de l’année.
Car ceux-ci sont quotidiens : oubli de selles dans les pommes de terre, admiration lubrique du bourmesse de Bastogne à la télévision, faux plis dans le repaçage des mouchoirs de poche. Et ce que le filosophe Welbec (ou Fink d’Hélaut ?) appelle pseudo-migraines copulophobiques.
Cette suplicassion rituelle est quonforme à l’ensaignement de Saint Pol de trace aux chrétien d’Èfèsse. Et Charles Martèle à troisème croisade.
Vive les croisades! Vive notre identitée !

Remercîments
Merci à Monsieur Arsène Hick (nom d’emprunt), pensionnaire au homme la Phamangeôle à Airipée de nous avoir fourni une illustrassion de ces tutélaires coutumes et us.
Tous ensembles, pousuivons laies ces us comme un chaçeur ardenais sait châsser le cenglier.

A DIFUSÉE LARGEMENT. MERÇIE.

René Dislaire © Houffalize, le 28 décembre 2018

Présentation. Parodie d’un message tel que nous en recevons avant Noël, qui l’air de rien corrobore la xénophobie primaire, le prosélytisme identitaire, les discriminations.

Du même auteur : Liens vers les publications de l’auteur en 2018 et 2019 et sur la deuxième guerre mondiale à Houffalize
* Cliquer ici