Ecole communale de Malmedy. Saumons en classe

 Ecole communale de Malmedy. Saumons en classe  Ecole communale de Malmedy. Saumons en classe  Ecole communale de Malmedy. Saumons en classe  Ecole communale de Malmedy. Saumons en classe  Ecole communale de Malmedy. Saumons en classe  Ecole communale de Malmedy. Saumons en classe  Ecole communale de Malmedy. Saumons en classe  Ecole communale de Malmedy. Saumons en classe  Ecole communale de Malmedy. Saumons en classe  Ecole communale de Malmedy. Saumons en classe  Ecole communale de Malmedy. Saumons en classe

Depuis 2 mois, les 64 élèves de 3ème et 4ème primaire de l'école communale du Centre à Malmedy "élèvent" des saumons ! Les œufs, puis l'éclosion, les alevins avec et puis sans sac vitellin, ...Il est temps à présent et ce vendredi 5 avril à 13h30 ils vont les déposer dans un cours d'eau afin qu'ils poursuivent leur vie de grand voyageurs et, qui sait, peut-être un jour revenir dans ce même cours d'eau !
Déversement des alevins ce vendredi 5 avril à 13h30

Le principe général du projet a été d'élever des œufs de saumon de début février à début avril dans un aquarium mis en classe.
Le Contrat de Rivière de l'Amblève a fourni un aquarium spécialement équipé (refroidisseur, filtres, pompes…) dans lequel ont été déposés 200 œufs de saumon, fournis par le Conservatoire du Saumon Mosan (CoSMos, pisciculture d'Erezée du Service de la Pêche du SPW). Lesquels ont fait l'objet de soins de la part des enfants de 3 classes de l'école (3ème et 4ème primaire, soit 64 écoliers) qui ont pu observer le développement des alevins jusqu'à ce que ceux-ci soient prêts à être relâchés dans un cours d'eau proche de l’école.
Les enfants ont pris grand soin des œufs au quotidien :
· Vérifier que la température de l’eau soit à 8 C° ;
· S’assurer que l’eau soit propre et claire ;
· Entretenir et changer les filtres ;
· Extraire les œufs/alevins morts si besoin;
· Contrôler l’acidité de l’eau ;

L’éclosion a eu lieu vers la fin du mois de février. L’alevin est alors équipé d’un sac vitellin dans lequel il puise sa nourriture.
Ce vendredi 5 avril après-midi, les enfants de la classe de 4ème vont aller reverser les alevins dans la rivière afin qu’ils puissent vivre leur vie de grands voyageurs ! Le déversement s’effectuera en présence d’un agent du service Nature et Forêt du Service Public de Wallonie et du Contrat de rivière qui auront vérifié que le cours d’eau est apte à accueillir les alevins.

Ce projet permet d’aborder de nombreuses matières :
· Éveil scientifique : cycle de vie, particularités du saumon, migration, reproduction, obstacles …
· Éveil géographique : hydrographie de la Belgique, mers et océans du monde …
· Mathématiques : températures, moyennes, volumes …
· Français : réalisation d’une carte d’identité, recherches documentaires …
· …
Le déversement des alevins dans la Warche à sa confluence avec l'Amblève à Thioux, à 15 min. de l'école, permettra de ponctuer deux mois d’élevage par les élèves.
~~~~~~~~~
Le principe général du projet a été d'élever des œufs de saumon de fin janvier à fin mars dans un aquarium mis en classe.
L’aquarium reconstitue au mieux le biotope de la rivière.
Les saumons ont fait l'objet de soins de la part des enfants qui ont pu observer le développement des alevins jusqu'à ce que ceux-ci soient prêts à être relâchés dans un cours d'eau des environs de l’école.

Les enfants ont pris grand soin des œufs au quotidien :
· Vérifier que la température de l’eau soit à 8 C° ;
· S’assurer que l’eau soit propre et claire ;
· Entretenir et changer les filtres ;
· Extraire les œufs/alevins morts si besoin ;
· Contrôler l’acidité de l’eau ;

Ce projet a permis d’aborder de nombreuses matières :
· Éveil scientifique : cycle de vie, particularités du saumon, migration, reproduction, obstacles …
· Éveil géographique : hydrographie de la Belgique, mers et océans du monde …
· Mathématiques : températures, moyennes, volumes …
· Français : réalisation d’une carte d’identité, recherches documentaires …

Les œufs sont arrivés le 1er février. Ils ont éclos vers la fin du mois de février.
Les alevins ont continué leur croissance en puisant leur nourriture dans leur sac vitellin. Ils se sont cachés dans les cailloux, on ne les voyait plus. En rivière, ils se cachent pour éviter les prédateurs.
Ils sont à présent prêts à être relâché dans un ruisseau.

Le 5 avril, les 21 enfants de 4ème primaire de l'école communale du centre à Malmedy vont déverser leurs jeunes saumons dans la Warche à sa confluence avec l'Amblève.

Ce cours d'eau est bien oxygéné, l’eau y est froide, avec du courant. Sa qualité est bonne à cet endroit, et on est en aval des obstacles infranchissables pour le poissons présents à Malmedy même.
Le fond est constitué de cailloux, ce sont des caches pour les tacons.

Le saumon est une espèce protégée.
Pour que les générations futures puissent encore admirer cette espèce emblématique, préservons-là !
1880 : 12 000 saumons capturés dans la Meuse-Ourthe-Amblève
1900 : 5 000 saumons
1934 : 1 saumon
1987 : Mobilisation pour protéger l’espèce et son habitat
Naissance du projet « Saumon 2000 », lancé en Wallonie par le SPW, l’ULiège et UNamur. Ensuite, internationalisation : F, NL et D
2009 : Création de la pisciculture d’Erezée, Conservatoire du saumon mosan (CoSMos).
Aujourd’hui, en moyenne 500 000 œufs/an sont produits au CoSMos et les saumons sont ensuite relâchés dans les rivières wallonnes.
Les saumons qui remontent de la mer sont tous capturés à l’échelle à poissons de Lixhe (B) (ou à Roermond (NL)) afin de fournir des géniteurs et donc des œufs pour le Conservatoire.

De nombreux noms locaux attestent encore du passé glorieux des saumons dans nos rivières : La Salm, Samrée, Vielsalm, Salmchâteau, …

Anecdote : quand le saumon était encore abondant, les ouvriers abandonnaient leur travail pour aller pêcher ! 1 saumon = 1 semaine de salaire !

L’habitat
Le saumon est un poisson migrateur qui va séjourner dans différents endroits tout au long de sa vie. Il naîtra tout d’abord dans une rivière rapide aux eaux fraîches et oxygénées dont le fond est plutôt tapissé de cailloux et de galets. Il va ensuite migrer à l’âge de 1 ou 2 ans vers le cercle polaire Nord au large du Groenland, puis reviendra dans la rivière qui l’a vu naître pour pondre.
Les 4 étapes de la vie du saumon
Le saumon avant de devenir ce puissant poisson à la chair rose, va passer par plusieurs étapes et subir quelques transformations au cours de sa vie :

- D’œuf à alevin : La femelle va expulser de +- 2000 œufs/Kg de poids (une femelle de 2Kg pondra ainsi 4000 œufs) tous pondus en automne de novembre à décembre. Le stade alevin débute à l’émergence en mars-avril et se termine à la fin du printemps par la résorption de la poche de réserve vitelline. Il atteint alors une taille de 3,5 à 4 cm.

- Le tacon : stade qui dure du premier été jusqu’au début de la smoltification (1 à 2 ans) à ce stade le tacon ressemble à une truitelle qui est d’ailleurs une proche cousine, la confusion est alors possible, seuls quelques critères permettent la différenciation. Le tacon possède des tâches grises le long des flancs, une petite mâchoire, une nageoire adipeuse grise.

- Le smolt : ce stade apparaît entre 15 mois et 3 ans au printemps, juste avant le départ pour la mer. Il se traduit par la livrée argentée que prend le poisson. Au-delà d’une transformation externe, le poisson va subir une transformation interne (pour s’adapter au milieu salé). Il va également avoir un comportement grégaire (vie en groupe : dynamique de banc) et dévaler progressivement vers l’estuaire où il va séjourner quelque temps. Il va y finir ses modifications qui vont lui permettre d’effectuer le voyage vers son lieu d’engraissement en pleine mer.

- Le saumon adulte : De 1 à 4 ans en mer, jusqu’à son retour dans sa rivière natale. Le saumon se rend sur des « zones d’engraissement » qui vont du Groenland, aux îles Féroé. Il va augmenter considérablement sa taille et son poids en mer, proportionnellement (Un saumon de 4 ans atteindra ainsi 1 m 20).

Le cycle de vie du saumon
Il va parcourir 5000 km !
Le saumon est un poisson :
• qui effectue une migration vers l’amont pour se reproduire : on dit que c’est une espèce anadrome ;
• qui a 2 vies, une en eau douce et une en eau salée : on dit que c’est une espèce amphihaline ;
• qui se reproduit en rivière : poisson potamatoque.

Que mange-t-il ?
En rivière au début de sa vie, le saumon (tacon) se nourrit essentiellement de petits invertébrés aquatiques (éphémères, phryganes, perles, gammares…) qu’il capture dans les courants de la rivière.
- En estuaire : Le smolt va non seulement modifier son apparence mais également son mode d’alimentation. Il va progressivement s’attaquer à des proies de plus en plus grosses telles que des petits poissons.
- En mer au large du Groenland : Afin d’atteindre une taille adulte et faire des réserves d’énergie suffisantes, le saumon adulte va s’attaquer à des proies plus importantes comme les harengs, mais il ne dédaignera pas des proies moins volumineuses mais très nombreuses dans ces eaux : Le krill, sorte de petite crevette arctique (proie favorite et presque exclusive des baleines).
- En rivière à la fin de sa vie : Dès qu’il approche de l’estuaire de sa rivière natale, le saumon adulte cesse de se nourrir. Ainsi les saumons remontés depuis le printemps sont plus de 6 mois sans manger (quel régime !).

Risques rencontrés
Prédation : Le saumon fait partie d’une vaste chaîne alimentaire. Tout au long de son existence, il va rencontrer différents prédateurs : Le chabot (prédation sur les œufs et les alevins), les truites, la loutre, les oiseaux de mer, les poissons carnassiers marins (bars, requins…), les phoques et l’homme (pêcheurs en mer et en rivière)…
Maladie
Pollution : Très sensible à la pollution, le saumon est un bio-indicateur, sa présence ou son absence d’un cours d’eau en révèle la qualité. Le saumon a disparu de nombre de cours d’eau, victime de sa grande plasticité. En effet, le saumon s’adapte de manière spectaculaire à sa rivière, si bien que la probabilité de repeuplement est très faible voire nulle dans les cours d’eau où il a disparu.
Réchauffement climatique
Barrages et aménagements : Les barrages sont une des principales causes de raréfaction, notamment sur la Loire et ses affluents. L’obstruction du cours d’eau ne permet pas l’accès aux zones de frayère situées plus en amont. Cependant il existe, des aménagements plus ou moins efficaces permettant de franchir ces obstacles : Les passes ou échelles à poissons ou encore les ascenseurs à saumon…