Hommage à Nafissatou en wallon

Nafissatou porte bien haut les couleurs du drapeau belge

Hommage à Nafissatou Thiam en wallon- Saynète>
- Ça fêt ki nosse Nafissatou a riv’nou d’Dakar avou one bèle mèdaye.
- Do Katar, nin d’Dakar.
- Jusse. D’ayeûr, come èle vint d’Namur, d’ja oyoù on journalisse ki téf: “Nafi c’èst l’canari des Cataris”.
- Ây. Èt i fâ sèy on fameus mochon po fê tot çou k’èle a fêt.
- Dji n’m’èst ra nin k’èle a potchî a deux mètes di hôteur come çoulà, èt kwate mètes èt dmée avoû on sakin stika po lès féves.
- D’où k’ele èst surtout on mochon, c’èst po potchî l’longuêur o batch a sâbe. Câyî sî mètes avoû treûs ascochîres sins mète on pîd a l’tère, c’èst vormint mirâculeus.
- Èt èle n’èst nin grandiveuze, nosse binamée Nafi.
- Nenni vormint. Èt l’mot po rire. Dji l’a oyoû a posse ki respondéve az-è djins. « Allo ? Je suis de Bastogne. Que mangez-vous pour être en forme ? » « Du bison de Recogne » k’èle a respondou.
- Sûr ki ça n’èst non do rosbif k’èle alleû responde !
- Èt choûtoz cicile. « Allo ? Je suis de Cetturu. Quelle est la première chose à faire pour bien sauter en longueur ? » « Acheter une planche et un ruban de plasticine rouge que vous collerez dessus ».
- Là vo m'v’loz bal’ter.
- Oh ! Ça n’èst nin tos les djoûrs k’on pou rire di bon cœur to -z-estant fîrs di nosse pitite patreye.

René Dislaire © Le 2 octobre 2019. Wallon de Houffalize