Les Hivernales de la Danse

Les Hivernales de la Danse Les Hivernales de la Danse Les Hivernales de la Danse Constantine Allen , Het Nationale Ballet, Amsterdam Gabriel Arenas Ruiz, Bejart Ballet Lausanne, Suisse Igone de Jongh, Het Nationale Ballet, Pays-Bas Osiel Gouneo, Ballet de Munich, Allemagne Besim Hoti, Danseur Freelance, Allemagne Sebastian Kloborg, Soliste Freelance Maria Kochetkova, Etoile Internationale Freelance Nancy Osbaldeston, Ballet Royal de Flandres, Belgique Vito Pansini, Bejart Ballet Lausanne, Suisse Aki Saito, Ballet Royal de Flandres, Belgique Wim Vanlessen, Ballet Royal de Flandres, Belgique

7è édition - La crème de la crème de la danse internationale
Un gala de danse classique et contemporaine, 12 Etoiles de la danse de renommée internationale, une programmation sous le signe de l'ouverture et du partage. Un rendez-vous à découvrir à Liège en mars 2019.

Le concept

Proposer, en un seul spectacle, un aperçu des artistes les plus enthousiasmants, charismatiques et talentueux du monde de la danse. Tel est le pari un peu fou que s'est lancé Marie Doutrepont, organisatrice de cette septième édition du gala Les Hivernales de la Danse. Si, en théorie, ce projet semble irréaliste, il a toutefois donné naissance à l'un des rendez-vous culturels les plus attendus de l'année en Cité Ardente. L'an dernier, les 1.800 personnes qui ont assisté aux deux représentations des Hivernales ont été conquises par la qualité des performances et par la diversité des propositions chorégraphiques classiques, modernes et contemporaines.

Ex-danseuse de plusieurs compagnies (le Ballet des Flandres et le Royal Ballet de Covent Garden, notamment), la liégeoise Marie Doutrepont a su capitaliser sur son réseau pour attirer à Liège la crème des solistes mondiaux. Depuis la première édition des Hivernales, elle a opté pour une programmation qui ne tombe dans aucun cliché du genre. A la fois pointu et accessible aux non-initiés, son programme comprend des extraits phare du répertoire classique ainsi que de petits bijoux contemporains, à cela s’ajoutent parfois des créations. La particularité ? Marie ne dévoile pas le programme du Gala, la liste des danseurs invités uniquement. L’idée est de s’installer sans attente, excité par la découverte et en totale confiance, puisque la qualité des prestations des Hivernales de la Danse est maintenant chose acquise.

Le casting 2019

Pour cette 7è édition, les Hivernales jouent une fois de plus la carte de la puissance technique et de la rencontre de personnalités fortes et envoûtantes. Car au-delà de leur excellence sur le plan artistique, les 12 danseurs de ce gala 2019 ont été choisis pour leur complémentarité et leur tempérament hors-du-commun. Visiblement ravis de se produire à Liège - certains y viennent depuis plusieurs années, d'autres sont professeurs lors des stages de danse organisés plusieurs fois par an par Marie Doutrepont, ces solistes dégagent une énergie et une singularité artistique qui transforment chaque prestation en moment de grâce. C'est le cas de Maria Kochetckova, une artiste russe, singulière par son parcours et son approche du contemporain tout en étant un produit de la très célèbre école du Bolshoï, ou encore Osiel Gouneo, un danseur cubain d’une virtuosité incroyable, qui tourne sans fin telle une toupie et qui rebondit sans fin à une amplitude exceptionnelle.
Liste complète des danseurs confirmés est à découvrir sur le site.

Le lieu

Le Manège de la Caserne Fonck, qui accueille les Hivernales de la Danse depuis leurs débuts, fait partie du patrimoine architectural liégeois. Réaménagé par le studio Dethier il y a une dizaine d'années, il semble en tous cas avoir séduit les danseurs invités, charmés par le caractère brut du bâtiment et par la qualité des infrastructures scéniques. Espace magnifique et chargé d'histoire, cette salle au volume impressionnant installé dans le quartier d'Outremeuse offre un écrin de choix à cette programmation multi-facettes tout en offrant au public une double expérience.

Le dimanche, en prélude au spectacle de l'après-midi, il est en effet possible d'assister à l'échauffement/cours préparatoire des danseurs, donné sur la scène de la Caserne dès 12 heures 45 par l’ex-danseur et professeur international Thomas Gallus. L'occasion de découvrir les coulisses d'un spectacle qui se veut atypique, tant par le concentré de talents qu'il rassemble que par son caractère intimiste, aux antipodes d'une approche élitiste et inaccessible de ce genre artistique souvent méconnu.

Infos pratiques

Les Hivernales de la Danse, le 16 mars 2019 à 20 heures 30 et le 17 mars 2019 à 15 heures.
Places à partir de 50 € (frais inclus). Entrainement des Danseurs : supplément de 15€.
Formules VIP avec repas gastronomique, champagne et ticket de première catégorie : table de 10 personnes au prix de 2000€ HTVA
Manège de la Caserne Fonck, Rue Ransonnet 2 à Liège
leshivernales.be - stagededanse.be
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Les Hivernales de la Danse 2019
Constantine Allen , Het Nationale Ballet, Amsterdam
Originaire d’Indianapolis, Constantine passe pourtant son enfance à Hawaii où il commence la danse à l’âge de 5 ans, au sein de l’Académie de Danse du Pacific Ballet à Honolulu.
En 2007 au Youth American Grand Prix, il remporte la médaille de bronze lors de la finale à New-York dans la catégorie junior. Dans la foulée, il reçoit une bourse d’études pour la très prestigieuse école de Ballet du Kirov ou il y étudie avec Vladimir Dioulouhadze et Anatoli Kucheruk de 2007 à 2010. Il tente à nouveau le concours en 2008 et se voit à nouveau récompensé de la médaille de bronze dans la même catégorie. En 2010, il change de style et s’entoure de Peter Pestov et Tadeusz Matacz à l’école de John Cranko à Stuttgart. En 2011 il participe à la Tanzolymp Competition à Berlin, remportant le Grand Prix.
Jeune gradué, il rejoint le corps de ballet du Ballet de Stuttgart, y est promu demi-soliste à peine six mois après, pour accéder au grade d’Etoile en 2014, une ascension fulgurante !
Avide de nouveaux chalenges, il rejoint les Grands Ballets Canadiens avant d’être soliste invité au Ballet National Allemand, pour finalement intégrer ce même ballet au début de la saison 2018-2019 en tant qu’Etoile.

Gabriel Arenas Ruiz, Béjart Ballet Lausanne, Suisse
Gabriel commence la danse à l’âge de six ans à Liège. Il étudie sous la supervision d’Edith Quignon à l’Académie Grétry, où il suit le cursus Humanités chorégraphiques. En 2007, il intègre l’Ecole-Atelier Rudra Béjart Lausanne qu’il suit pendant un an, avant de rejoindre le Béjart Ballet Lausanne en septembre 2008. Il reprend les rôles principaux de ballets de Maurice Béjart, tels que Brel et Barbara, Le Mandarin merveilleux, Casse-Noisette et Le Presbytère n’a rien perdu de son charme, ni le jardin de son éclat. Il participe principalement aux créations de Gil Roman : Aria, Syncope, Là où sont les oiseaux, Anima Blues, Kyôdaï, 3 danses pour Tony, Impromptu pour Peralada et t’M et variations… Il danse aussi le rôle de Tamino dans La Flûte enchantée. En 2017, il participe à la création de Dixit, écrit et mis en scène par Marc Hollogne, sur des chorégraphies de Maurice Béjart et Gil Roman.
Gabriel est maintenant une figure emblématique de la compagnie puisqu’il y évolue en tant que 1er soliste.

Igone de Jongh, Het Nationale Ballet, Pays-Bas
Igone de Jongh a grandi dans la ville hollandaise d’Haarlem. C’est à l’âge précoce de six ans, après avoir vu « La Belle au Bois Dormant » à la télévision qu’elle a découvert la danse, une vraie révélation !
Après ses études secondaires, elle se forme à l’Académie du Ballet National d’Amsterdam puis à l’Ecole du Ballet Royal de Londres.
En 1995 et 1996, elle remporte les prix « Incentive Prize Dansersfonds ’79 » et « Arnold Haskell » en tant que jeune danseuse prometteuse. En 2000, elle reçoit l’ « Incentive Prize 2000 » et en 2003, le prix Alexandra Radius.
Actuelle Etoile du Ballet National de Hollande, elle est la seule danseuse de la compagnie à être passée par tous les grades, depuis celui d’aspirante, en 1997, pour atteindre le titre d’Etoile en 2003 à l’âge de 24 ans.
Igone De Jongh est connue pour ses interprétations exceptionnelles du grand répertoire classique, notamment dans Romeo et Juliette, Le Lac des Cygnes, Giselle, La Belle au Bois Dormant ou encore dans Casse-Noisette.
Elle est aussi apparue dans La Bavadère dans La Sylphide de Bournonville, dans Agon, Appolon et Jewels de Balanchine, ainsi que dans des ballets chorégraphiés par William Forsythe, Ted Brandsen, David dawson et Wayne Eagling.
Elle demeure la muse incontestée du chorégraphe Hans van Manen.
Réunissant classicisme et modernité, elle a également fait une apparition dans le clip vidéo « Birds » de la célèbre chanteuse hollandaise Anouk lors du concours de la chanson de l’Eurovision.

Osiel Gouneo, Ballet de Munich, Allemagne
Célèbre pour ses sauts incroyables et sa technique impressionnante, Osiel est un peu considéré comme un ovni dans le milieu de la Danse classique. Formé à l’école Nationale de Ballet de la Havane, comme tout danseur cubain talentueux, il suit les traces de ses prédécesseurs en rejoignant le Ballet National de Cuba à l’âge de 18 ans. Il ne lui faudra que trois petites années pour accéder au titre d’Etoile. Avide de nouveaux challenges, il quitte son île pour le froid d’Oslo où le Ballet de Norvège l’accueille pour trois saisons. Invité dans de nombreuses compagnies internationales, il danse notamment à Londres, Moscou et New-York, c’est finalement au Ballet de Munich qu’il décide de se fixer, en tous cas pour le moment…
Bien sûr, il a remporté bon nombre de prix… Parmi eux, la médaille d’or au Grand Prix de Cuba et au Concours International de Pékin, la médaille d’argent au Concours de Varna et le Prix de la meilleure révélation sur la scène internationale lors de la cérémonie annuelle des Positano Awards.

Besim Hoti, Danseur Freelance, Allemagne
C’est à la Codarts Rotterdam Dance Academie que Besim est formé. En 2007 il rejoint le Scapino Ballet de Rotterdam, d’abord en tant que danseur invité puis en tant que membre de la compagnie à part entière. Il continue néanmoins à participer à de grands projets notamment avec la Conny Janssen Danst ou encore à l’Illumenation par Felix Landerer. En 2013 il rejoint le théâtre de la ville de Saarbrücken. Actuellement danseur freelance, il voyage de projet en projet.
La chorégraphie qu’il nous propose aux Hivernales de la Danse a été réalisée en duo avec Hsin-I et a été primée au 29è Concours International de Chorégraphie : 3ème prix et prix du public.
Lors de sa carrière il a principalement dansé dans des créations de Ed Wubbe, Marco Goecke, Felix Landerer et Alessandro Perreira.

Sebastian Kloborg, Soliste Freelance
Sebastian se forme à la Royal Danish Ballet School et rejoint naturellement le Ballet Royal Danois en 2003 où il est promu soliste en 2009.
Son répertoire classique inclus notamment Roméo dans Roméo et Juliette, Albrecht dans Giselle, le Prince dans Cendrillon, Theseus/Oberon dans A Midsummer Night’s Dream, le Professeur dans La Leçon, de nombreuses pièces de Balanchine,…
Son répertoire contemporain : Petite Mort, Bella Figura, Cacti, La Stravanganza, The Unsung. Créations de rôles pour Sol Léon & Paul Lightfoot, Natalia Horecna et Jacopo Godani.
De 2012 à 2014, il danse avec la Gauthier Dance//Theaterhaus Stuttgart sous la direction d’Eric Gauthier. Il crée différents rôles dans Cherry Pink & Apple Blossom White d’Itzik Galili, Malasangre de Cayetano Soto et Burning Bridges de Jirí Bubenicek. Il danse également dans les pièces de Mauro Bigonzetti, Hans van Manen, Alejandro Cerrudo, Christian Spuck et Eric Gauthier.
Il s’essaye avec succès à la chorégraphie : Strangers (2015), Betty Be Black (2016), 1970now (2016) pour le Royal Danish Ballet, Limberly (2016) pour le German National Youth Ballet et Ways To Go (2013) pour Gauthier Dance.

Maria Kochetkova, Etoile Internationale Freelance
Née en Russie, Maria est formée à l’école du Bolshoi de Moscou et a dansé au Royal Ballet et à l’English National Ballet avant de rejoindre le San Francisco Ballet en tant d’Etoile en 2007. Elle est une des danseuses les plus talentueuses de sa génération, invitée à danser au Bolshoi, au Stanislavsky, au Marijnsky, au Mikhailovsky, à l’American Ballet Theater, à l’Opéra de Rome, à la Scala de Milan, au Tokyo Ballet ou encore à la Compagnie Nationale de Danse de Madrid. Depuis 2015, elle partage son temps entre le San Francisco Ballet et l’American Ballet Theater, faisant partie des très rares Etoiles à pouvoir s’offrir le luxe de faire partie de deux compagnies en même temps.
Maria a dansé tous les premiers rôles des plus grands ballets classiques, tout en étant à l’affut des créations des chorégraphes modernes et contemporains, qui sont toujours ravis de pouvoir s’exprimer au travers d’une danseuse si exceptionnelle.
Elle fait partie de nombreux Galas internationaux. On citera parmi eux « Roberto Bolle & Friends », le Gala des Etoiles du 21ème siècle de Paris ou le « Ballet Now » au Music Center de Los Angeles.
Passionnée d’art et de mode, Maria apparait dans une vidéo pour le styliste Julien David pour sa collection printemps/été 2015 et dans le clip de « Unbound » de « The Cathedrals », la vidéo « Spirit of Van Cleef & Arpels » et une publicité pour Visa Checkout et Gap, le tout en 2014. Elle interprète Juliette dans le film sur le Roméo et Juliette de Tomasson : Great American Dance.
Elle est nominée comme meilleure danseuse en 2014 par le « Circle National Dance Award (U.K.) » et pour un Benois de la Danse en 2013 pour son rôle de Tatiana dans Onegin de Cranko. En 2009, elle reçoit la médaille d’or au « NBC Superstars of Dance ». Elle remporte le “Isadora Duncan Dance Award” pour la meilleure performance individuelle pour Giselle en 2008, les médailles d’or aux Concours Internationaux de Corée et d’Italie en 2005, la médaille d’or au Concours International de Luxembourg en 2003, la médaille d’argent et le prix du jury au concours de Varna en 2002, la médaille d’argent au Prix de Lausanne en 2002 également et la médaille de bronze en 2001, au Concours International de Moscou.
En 2018, Maria décide de danser au gré de ses envies, pour plus de liberté elle a choisi d’être Etoile Freelance et continue à parcourir le monde pour nous faire rêver.

Nancy Osbaldeston, Ballet Royal de Flandres, Belgique
Nancy commence l’apprentissage de la danse à la Cardwell Theater School en Angleterre et, dès son plus jeune âge, a envie de plus… Sans cesser de suivre les cours dispensés par son école habituelle, elle se perfectionne grâce aux programmes du « Northern Ballet » et de la « Royal Ballet School », qui ouvrent leurs portes à certains élèves externes. Cette formation intensive lui donne accès à l’école de l’English National Ballet de Londres, sous la direction de Wayne Ealing, qu’elle intègre en septembre 2005. Elle est finaliste en 2006 et 3ème en 2007 du « Young British Dancer of the Year », remporte le « Molly Lake Award » en 2006, est finaliste du Prix de Lausanne en 2008 et aura la chance d’interpréter le rôle de Titania dans « The Dream » de Sir Frederic Ashton lors du Gala de fin d’année en 2008.
C’est la même année qu’elle intègre la compagnie rattachée à l’école, où elle dansera dans tous les grands ballets classiques. Petit à petit, Nancy fait sa place : on commence à la distribuer dans des rôles de demi-soliste, voire de soliste. En 2012, elle est finaliste du « Emerging Dance Award », compétition intense qu’elle remportera en 2013 grâce notamment à sa prestation dans Don Quichotte.
En 2013, son interprétation de la Ballerine dans Petrouchka lui voudra une nomination en tant que « Outstanding female classical performance ».
En 2014, avide de nouveaux challenges, elle rejoint le Ballet Royal de Flandres. Elle y est promue soliste en 2016 et Etoile en 2017.
Cette saison, elle est régulièrement invitée au Ballet de la Ville de Munich, partageant son temps entre la Belgique et l’Allemagne.

Vito Pansini, Béjart Ballet Lausanne, Suisse
Vito débute la danse au Théâtre de la Scala de Milan à l’âge de onze ans. En 2008, il entre en tant que soliste dans la compagnie du Théâtre de Turin sous la direction de Loredana Furno et y reste six ans. Il collabore régulièrement avec Luciana Savignano et Eleonora Abbagnato sur différentes productions.
En 2014, il rejoint le Béjart Ballet Lausanne et ajoute à son répertoire Le Presbytère n’a rien perdu de son charme, ni le jardin de son éclat de Béjart.
En 2016, il participe à la création de Corps-Circuit de Julio Arozarena, de Swan Song de Giorgio Madia, et de t ’M et variations… de Gil Roman, puis à celle de Dixit, écrit et mis en scène par Marc Hollogne, sur des chorégraphies de Maurice Béjart et Gil Roman en 2017. Il danse dans Syncope de Gil Roman et 空Ku de la chorégraphe invitée Yuka Oishi.

Aki Saito, Ballet Royal de Flandres, Belgique
Née au Japon, Aki y apprend l’art de la danse dès son plus jeune âge. Elle remporte le 1er Prix au Coucours des Jeunes Danseurs au Japon en 1990 et la médaille d’or au Concours International de Houlgate en France. Elle est récompensée du « Fresh Prize » par le comité d’éducation d’Iwate au Japon et reçoit une bourse d’étude au Prix de Lausanne en 1991 qui lui permet de continuer son apprentissage de la danse à l’école de Ballet d’Anvers. En 1994, elle entre au Ballet Royal de Flandres sous la direction de Robert Denvers en tant que demi-soliste pour devenir, en 1998, première soliste. C’est en 2004 qu’elle accède au grade très convoité de Principal, et a dansé depuis, tous les grands rôles du répertoire classique et contemporain de la compagnie. Une nouvelle version du Lac des Cygnes a été créée pour elle et son partenaire Wym Vanlessen par Marcia Haydée.
Aki est régulièrement invitée dans de nombreux Galas Internationaux comme le Gala des Etoiles à Paris, le Prix de Lausanne, le « Dancesalad » à Huston, le Gala de Prague, le Festival du Ballet de Aoyama à Tokyo; ou comme danseuse invitée dans diverses compagnies, telle le Ballet de Santiago. Elle a également fait partie du Gala International précédent les Jeux Olympiques de Nagano en 1998.
Quand son emploi du temps lui autorise, elle juge les talents de la nouvelle génération. On a pu la compter dans le jury du Prix de Lausanne en 2003, 2005 et 2007 ainsi qu’au Prix Carpeaux en 2009. En 2007, elle reçoit le Prix de la Critique de « Ballet 2000 » à Cannes.
Sa carrière exceptionnelle au Ballet de Flandres vient d’être célébrée lors de sa dernière apparition en tant qu’Etoile, fin 2018, marquant sa transition professionnelle. Elle officie actuellement en tant que professeur à l’Ecole de Ballet d’Anvers, pour le plaisir et la fierté de ses nouveaux élèves.

Wim Vanlessen, Ballet Royal de Flandres, Belgique
Wim Vanlessen, a fait ses études à l’école du Ballet Royal à Anvers. A l’âge de 17 ans il remporte la médaille d’argent au Concours International de danse d’Houlgate ainsi que le Prix Professionnel au Concours International de Lausanne. Ses études terminées, il est engagé au Ballet Royal de Flandres où il devient rapidement soliste puis Etoile.
Ses brillantes interprétations dans « La Belle au Bois Dormant », « Le Lac des Cygnes », « Giselle », « La Bayadère », « Roméo et Juliette », « Les quatre tempéraments », « Thème et Variations », « Divertimento N°15 », « Apollon », sont saluées par la presse international de façon unanime.
Il travaille avec les plus grands chorégraphes actuels, reprenant, ou créant, des rôles comme « In the middle somewhat elevated », « Herman Schmerman », « Artifact », « Impressing the Czar » (Forsythe), « Return to the strange land », « Forgotten land » (Kylian), « Sonate » (Béjart), « The grey area », « The sweet spell of oblivion », « The third light » (Dawson), « Lost by last » (Elo),…
Il est régulièrement invité à se produire lors de Galas Internationaux comme « Le Gala des Etoiles » à Paris, lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Nagano (Japon), au « Prix de Lausanne », aux « Benois de la danse », où, en 2003, il fut nominé dans la catégorie « Meilleur danseur homme de l’année » sur la scène du Théâtre du Bolshoi à Moscou. En 2009, il était invité par Marcia Haydée à Santiago du Chili, pour le gala du 50ème anniversaire de la compagnie qu’elle dirige.
Wim Vanlessen a reçu le « Prix de la Critique » du magazine « Ballet 2000 » à Cannes en 2000. Il est également honoré du titre de « Meilleur danseur de l’année » par le magazine « Dance Europe » en 2003, 2004, 2005, 2006 ainsi que du titre de « Meilleur partenaire » avec Aki Saito en 2007 et 2009.

Début février 2019, dans le Bolèro de Béjart, il livre sa dernière performance en tant qu’Etoile du Ballet de Flandres. Pour célébrer cette brillante carrière, il publie un livre sur son parcours « Dancer ». Il continue son chemin en tant qu’artiste freelance.