Nouvelle vague allergisante, celle du pollen de bouleau

écrit par admin
le 27/03/2019

Après la floraison de l’aulne et du noisetier, la Province de Luxembourg, partenaire du réseau national de surveillance aérobiologique de l’institut Sciensano, annonce le début de la saison du pollen de bouleau.

Situation
Bien qu’aucun pollen n’a encore été identifié à Marche-en-Famenne, samedi dernier à Bruxelles, les taux de ce pollen très allergisant ont augmenté. C’est donc un premier signal qui annonce le début de la période à risque pour les personnes allergiques à cet arbre, soit au moins une sur dix en Belgique.
Un début d’année déjà marqué par deux records
Le mois de février 2019 aura été anormalement chaud et ensoleillé. Ces conditions ont justement coïncidé avec la période de floraison de l’aulne et le noisetier.
La période à risque n’est ni plus longue, ni plus précoce pour les allergiques à ce type de pollen. Mais les quantités produites sont au fil des années toujours plus élevées.
« On peut déjà relever deux records absolus cette année. Pour le noisetier, l’indice pollinique annuel a largement dépassé celui de l’année passée (qui était déjà un record depuis 1982). Le deuxième record est celui de l’aulne, avec également l’indice pollinique annuel le plus élevé jamais enregistré depuis le début des mesures» explique Lucie Hoebeke, collaboratrice scientifique chez Sciensano.
Un premier pic annonciateur de la saison du bouleau
Le bouleau est considéré comme l’arbre le plus allergisant en Belgique. Le pollen de cet arbre fait normalement son apparition entre les mois de mars et avril.
C’est à partir de 80 grains/m³ d’air, considéré comme un seuil critique, que le risque est très élevé pour toute la population spécifiquement allergique à ce pollen. Ce dépassement de seuil dure chaque année une quinzaine de jours en moyenne.
Il est impossible de prédire si la saison du bouleau sera aussi intense que la saison de l’aulne et du noisetier. Les quantités de pollen émises annuellement sont, comme pour la plupart des arbres, très variables et dépendent spécifiquement des espèces. Les conditions météorologiques influencent aussi fortement la dissémination du pollen dans l’air. Le vent et les températures clémentes favorisent la dissémination du pollen tandis qu’un temps pluvieux rabat les pollens aux sols, diminuant les concentrations polliniques de l’air.
Les symptômes
L’allergie au pollen, d’une ou de plusieurs espèces végétales, est une maladie chronique dont le diagnostic doit être fait par un médecin.
Les symptômes cliniques sont typiquement : picotements, démangeaisons, rougeurs aux yeux, éternuements, nez bouché, perte d'odorat et de goût…
Comment limiter les désagréments ?
Suivez tout d’abord les recommandations et les traitements prescrits par votre médecin.

Retrouvez ensuite divers conseils de prévention ainsi que l’évolution de la saison pollinique en Belgique et à Marche-en-Famenne, mis à jour 2 fois par semaine, sur le site www.province.luxembourg.be via le bouton « Info pollens ».

224 lectures
Portrait de admin
admin

Administrateur d'Ardenneweb, nous proposons du contenu journalier gratuitement.