Pour ses 50 ans d'existence, Europalia invite la Roumanie.

écrit par VandenHende
le 22/06/2019
Pour ses 50 ans d'existence, Europalia invite la Roumanie.

C’est en 1969 que se tient le premier festival EUROPALIA ; il est dédié à l’Italie. En lançant ce festival, les organisateurs ont pour objectif de développer la connaissance d’autres pays, en faisant découvrir leur art et leur culture. Cette nécessité s’accroît avec l’élargissement de la Communauté économique européenne, alors que les pays commencent à coopérer et leurs habitants à vivre ensemble. Une ouverture à la culture de l’autre ne peut que stimuler l’intérêt mutuel et renforcer le dialogue.

Pas moins de 26 festivals ont été organisés au fil des ans, dont deux des plus importants furent Europalia Espagne en 1985 et Europalia Autriche en 1987. Europalia Japon, en 1989, n’est pas des moindres : il marque le moment à partir duquel le festival commence à porter son regard au-delà de l’Europe. Plusieurs pays non européens sont ensuite invités, comme la Russie en 2005 ou l’Inde en 2013. L’évolution, toutefois, ne s’arrête pas là.

Aujourd’hui, il serait impossible, et même inconcevable, d’organiser des festivals similaires à ceux d’il y a 50, ou même d’il y a 20 ans. La vision du monde a changé, le rôle et l’image de l’Europe, celle qu’elle se fait d’elle-même, ne sont plus les mêmes. L’identité culturelle est pensée autrement.
Au bout de 50 ans, la mission d’EUROPALIA reste néanmoins pertinente : initier un dialogue entre sociétés et communautés par le biais de projets artistiques est, plus que jamais, nécessaire. Mais l’approche et l’interprétation sont différentes. Celles-ci sont actives, d’actualité et durables. Actives parce qu’EUROPALIA s’engage pleinement dans de nouvelles créations, résidences et échanges ; le patrimoine qu’elle montre stimule les liens et pose des questions.
D’actualité, parce que l’art porte sur ces questions, sur des thèmes tels que la migration ou le genre. Durables enfin, parce qu’EUROPALIA met tout en œuvre pour qu’après 3 mois de festival, la collaboration se poursuive et qu’artistes et institutions continuent à travailler ensemble et à perpétuer ce dialogue artistique.
Le programme d’EUROPALIA ROMANIA, le 27ième festival, ne fait pas exception à cette approche. Nous tenons à remercier l’équipe de l’Institut Culturel Roumain et tous nos partenaires pour leur engagement dans ce projet.

EUROPALIA ROMANIA
La Roumanie, une mise à jour
En Belgique, et par extension en Europe occidentale, la culture et la scène artistique roumaines restent très méconnues. L’image de la Roumanie, auprès du grand public, est un amalgame de Dracula, Ceausescu, de folklore et, depuis quelques années, d’un cinéma fort qui commence à s’imposer. Une image bien incomplète, marquée sans doute par des préjugés, mais découlant peut-être aussi de l’(in)disponibilité ou de l’(in)accessibilité des projets artistiques roumains.
EUROPALIA ROMANIA a pour ambition de remédier à cette situation et de dresser un tableau actuel de la culture roumaine.
Il serait bien sûr impossible et présomptueux de vouloir présenter un panorama complet de l’ensemble de la culture roumaine. Mais le festival permet aux artistes et aux curateurs de s’exprimer et d’ouvrir de multiples perspectives, aussi actuelles que surprenantes, sur la Roumanie, son patrimoine et sa scène artistique contemporaine.

L’exposition introductive du festival (Bozar) répondra au titre de “Perspectives” : partant de l’avènement d’une identité roumaine au milieu du XIXe siècle et aboutissant à la chute de Ceausescu en 1989, elle entrevoit des perspectives possibles, tout en abordant l’avant-garde historique. Comment l’art s’est-il développé dans le contexte de cette histoire mouvementée ? Comment les artistes d’aujourd’hui voient-ils les événements de leur histoire ? De nombreux artistes roumains s’expriment dans l’exposition : leur présence nous permet de les découvrir et attire l’attention sur d’autres expositions dans lesquels ils sont présents.

Brancusi à Bruxelles
En grand point de mire d’EUROPALIA ROMANIA, l’exposition Constantin Brancusi (1876-1957) à Bozar. Bien qu’il soit incontestablement l’un des plus grands artistes du XXe siècle, Brancusi n’a jamais fait l’objet d’une exposition rétrospective en Belgique. EUROPALIA ROMANIA remédie à cette lacune. Expositions Brancusi fera l’objet d’un reportage spéciale lors de l’inauguration de celle-ci.

www.europalia.eu

  • Pour ses 50 ans d'existence, Europalia invite la Roumanie.
245 lectures
Portrait de VandenHende
Van den Hende"