Corona virus (Covid-19) : détecter les fake news

À propos du corona virus (Covid-19) j’ai écrit un article sur les fake news (rumeurs mensongères), qui a été incompris de beaucoup de lecteurs. Or Dieu sait si les fake news pullulent en ce moment où tout le monde panique et perd la tête.
Indépendamment du contenu (c’est vrai pour les découvertes spatiales comme pour les effets de la civilisation sumérienne), on peut dire qu’il y a fake news si plusieurs des éléments suivants sont présents.
1. La rumeur est présentée comme venant de quelqu’un de « très compétent scientifiquement"... mais généralement par l'intermédiaire de quelqu'un qui ne l’est pas. Par exemple « ma fille connait une amie qui travaille au CHU et le Professeur Alvarez a dit que… » Et si vous dites au transmetteur de l’info : « j’ai du mal à le croire » on vous répond : ma fille n’est pas une menteuse et je connais cette amie et elle est digne de confiance ». Et alors ?
2. Il y a dans le texte des informations avérées et les autres sont plausibles (écrites sous un aspect scientifique digne de foi, elles sont vraisemblables).
3.Les rumeurs contiennent une information non vérifiable.
4. L’information contient des mots qui impressionnent au point de vue émotionnel, réminiscences de la guerre par exemple : couvre-feu, état d’urgence, confinement général.
7) La rumeur provient de différentes sources concordantes, donc vous concluez qu’elle est d’autant plus vraie. C’est le principe de l’information virale.
8. « Transmettez ceci largement, cela peut sauver des vies ». Ici on vous charge d’une mission importante, en faisant appel à vos qualités très nobles de participer au bien public.
Si plusieurs éléments ci-dessus apparaissent et que vous ne pouvez les prouver, ne les transmettez pas.
Le Professeur Alvarez (dont il est question dans un fake news vira), s’il est qualifié pour communiquer au nom du CHU, le fera sous des formes bien établies.
C’est un peu comme si vous receviez une lettre du bourgmestre vous annonçant une décision administrative, avec sa signature, le papier à en-tête de la commune, le sceau communal, la date : cette décision n’a aucune valeur si elle n’est pas signée également par le secrétaire communal directeur général de la commune.
Bref, le fake, la rumeur sont des virus qui vous ont atteint : ne les retransmettez pas.
Article d'approche sociolinguistique garanti de la plume du soussigné.

René Dislaire © Houffalize, le 17 mars 2020

Liens vers les publications de l’auteur en 2020 et 2018 :
Humour (+/- 100 articles)
L’Offensive von Rundstedt (+/- 50 articles)
Poésie, actu, linguistique…