Gentlemind - Tome 1. Roman graphique sur le rêve américain au féminin.

écrit par VandenHende
le 06/09/2020
Gentlemind - Tome 1. Roman graphique sur le rêve américain au féminin.

Résumé

New-York, 1940.

Navit, une jeune artiste désargentée, hérite d'un journal de charme quelque peu désuet : Gentlemind'.

Combative, intelligente et audacieuse, elle s'improvise patronne de presse et se lance le défi insensé d'en faire un magazine moderne.

Hantée par le souvenir de son amant disparu sur le front en Europe, elle doit affronter la réalité d'une société américaine en plein âge d'or mais résolument machiste...

Un récit profondément touchant, sur trois décennies, du rêve américain au féminin !

Scénarion : Juan Diaz Canales et Teresa Valero

Juan Díaz Canalès est né en 1972 à Madrid, en Espagne.

Il lit très tôt de la bande dessinée avant de s'intéresser au dessin animé. C'est décidé, il en fera son métier ! À 18 ans, il intègre un studio d'animation et y rencontre Juanjo Guarnido, avec lequel il se lie d'amitié. Juan reste en Espagne alors que Juanjo part en France travailler pour les studios d'animation de Disney. Mais cela ne les empêche pas de réfléchir à un projet de bande dessinée le futur "Blacksad", série dans le plus pur style polar noir des années 1950.

Pendant ce temps, Díaz Canalès continue de fréquenter l'école des Beaux-Arts, puis, en 1996, fonde avec trois autres dessinateurs une société baptisée "Tridente Animation". Il est ainsi amené à travailler avec des entreprises européennes et américaines. Díaz Canalès partage son temps entre son activité de scénariste pour la BD ou l'animation et celle de superviseur de séries télé et de films d'animation longs-métrages.

"Blacksad" est sa première série. Depuis, il travaille avec de nombreux dessinateurs, dont José-Luis Munuera sur le très beau diptyque "Fraternity" (Dargaud, 2011). Il a la passionnante tâche, avec Ruben Pellejero, de succéder à Hugo Pratt pour la reprise des aventures de Corto Maltese.

Il collabore également avec Antonio Lapone et Teresa Valero en créant le diptyque "Gentlemind" (Dargaud, 2020), qui raconte le destin poignant d'une femme qui hérite d'un magazine de charme, 'Gentlemind', dans le New York des années 1950/1960 !

Teresa Valero est née à Madrid le 23 juillet 1969.

Passionnée par le dessin depuis toujours et principalement par le cinéma d'animation, elle se heurte pourtant à la difficulté de suivre des études en la matière en Espagne. Finalement, elle suit des études d'administration en entreprise... En 1990, elle rejoint l'équipe des studios Lapiz Azul, réalisant des travaux de pré-production pour des séries TV dont "Tintin" ou "Rupert". Elle rencontre alors Juanjo Guarnido et Juan Diaz Canales avec qui elle se lie d'amitié. Grâce à eux et d'autres personnes, tous passionnés et grands connaisseurs de BD, elle découvre le milieu de la bande dessinée avec passion.

 

Après la disparition des studios Lapiz Azul, elle travaille pour le studio Milimetros comme coordinatrice du département de pré-production sur des séries TV comme "Le Show de la Panthère rose", "Babar" ou "Madeline" et des longs métrages ("Astérix en Amérique"). En 1996 elle fonde avec Juan Diaz Canales – qui devient son mari – et d'autres collègues le studio Tridente Animation où elle continue à travailler pour des séries TV ("Nanook", "Corto Maltese", "Cédric") et des longs métrages ("Astérix et les Vikings", "Les Trois rois mages", "Bécassine"). Au même moment elle donne des cours de story boards et d'autres matières en rapport avec l'animation et la narration à l'Université de Madrid.

L'envie de raconter ses propres histoires à travers la BD ou l'animation la pousse à développer plusieurs idées. "Sorcelleries" (Dargaud), qu'elle a scénarisé, est sa première création dans le monde de la bande dessinée. Avec la dessinatrice espagnole Monste Martin, elle a crée la série "Curiosity Shop", affirmant ainsi son statut de scénariste sur la scène de la bande dessinée francophone.

Elle collabore également avec Antonio Lapone et Juan Díaz Canalès en créant le diptyque "Gentlemind" (Dargaud, 2020), qui raconte le destin poignant d'une femme qui hérite d'un magazine de charme, 'Gentlemind', dans le New York des années 1950/1960 !

Dessin : Antonio Lapone

Antonio Lapone est né en 1970 en Italie. Il travaille dans une agence publicitaire avant de se tourner vers la bande dessinée. Grand amateur des années 1950 (Walter Minus, Serge Clerc, mais surtout Yves Chaland), il peaufine en parallèle son style ligne claire.

En Italie, Antonio Lapone collabore avec Disney puis, après l'obtention du 1er prix Fnac Paris La Défense en 1999, publie sa première histoire dans BoDoï n° 23, "Desy Blonde". Par la suite il réalise notamment les portfolios "Girl Atomik" et "Club Colonial" (Le 9e Monde), et l'artbook "Cars and Girls" chez Paquet. Glénat édite deux albums, "Accords sensibles" (2011) et "Adam Clarks" (2014).

Il collabore également avec Teresa Valero et Juan Díaz Canalès en créant le diptyque "Gentlemind" (Dargaud, 2020), qui raconte le destin poignant d'une femme qui hérite d'un magazine de charme, 'Gentlemind', dans le New York des années 1950/1960 !

Editions Dargaud

Format : 240 x 320 mm

Nombre de pages : 88 pages

Type de façonnage : BD Couverture Cartonnée

ISBN/EAN : 9782205076370

Prix : 18€

 

  • Gentlemind - Tome 1. Roman graphique sur le rêve américain au féminin.
16 lectures
Portrait de VandenHende
Van den Hende"