L’économie malmédienne se porte bien

écrit par francois.detry
le 09/02/2020
Circuit court

En introduction à la présentation de l’étude réalisée par la société HEC Consulting et commandée par le Groupement d’entrepreneurs locaux « J’aime entreprendre », l’échevin du Commerce André Hubert Denis a exposé le résumé des chiffres-clés des statistiques qui ont servi de cadre au bilan de la santé socio-économique de la région.

De manière générale, sur base de graphiques et tableaux, il est permis d’établir que la conjoncture actuelle s’avère très favorable, sur ce territoire vivant, dynamique, au faible taux de chômage ( 549 demandeurs d’emploi malmédiens en février 2020 ). Le travail y est qualitatif, les offres nombreuses ( un peu trop, même, puisque nombre de patrons éprouvent des difficultés à trouver certains profils), les PME et TPE pullulent, la situation géographique idéale en de nombreux aspects ( proximité du circuit de Spa-Francorchamps, des Hautes Fagnes, de l’autoroute…). Nichées au cœur des Ardennes, Malmedy et Waimes ont tout pour plaire. Ce n’est pas un hasard si, ces dernières années, la population des deux communes a augmenté. Avec un taux de chômage très bas (environ 5 %) et un revenu moyen par habitant au-dessus de la moyenne.

A leur tour, les étudiants de HEC Consulting, une société spécialisée dans les études de marché, ont développé les conclusions de leur travail qui consistait à ausculter la santé économique du sud de l’arrondissement. Pour ce faire, quarante entreprises ont ainsi été interrogées ( essentiellement sur Malmedy, un peu à Waimes) et ressortissant de domaines tels que le commerce de détail, le tourisme, le service aux entreprises, la construction, l’automobile, les grandes surfaces, l’horeca, l’agriculture, le transport.

- Le commerce de détail a le vent en poupe, grâce à la volonté des citoyens de se tourner vers des modes de consommation en circuit court. Au top également, le tourisme (augmentation incessante de nuitées) ainsi que le service aux entreprises (avocats, comptables, etc.), où 50% des sondés envisagent une croissance de leur activité à court et moyen terme. Dans la construction, un basculement vers «le local» en matière de sous-traitance. Mais deux difficultés sont bien présentes : celle de trouver des ouvriers régionaux et la concurrence des travailleurs d’Europe de l’Est. Le secteur de l’automobile se dit «stable», mais est en attente pour le client d’une clarification du Gouvernement fédéral quant au type de véhicule à acheter. Stabilité également pour les grandes surfaces ( qui observent toutefois un vieillissement de leur clientèle). La situation de l’horeca est mitigée: bien que les établissements ne désemplissent pas ( bien au contraire ), la pression fiscale, la masse de travail et le manque de main-d’œuvre compliquent les choses. L’agriculture, de son côté, n’a pas bonne mine ( une problématique connue et non-locale ), tandis que le transport subit la rude concurrence venue de l’Est.

- Pour encore améliorer la situation, HEC Consulting préconise la promotion des métiers manuels afin de pallier le trop faible nombre de travailleurs dans certains domaines. «Une information sur les aides à la transmission des sociétés, familiale ou autre serait également utile, afin d’assurer les successions dans l’Horeca et le commerce de détail surtout. Enfin, l’e-commerce doit être vu comme un atout de développement et non comme un frein concurrentiel.

- Pour ce faire, le club « J’aime entreprendre » a programmé une journée de formation , le dimanche 26 avril en perspective de former les commerçants à la photo et au web afin de les aider – eux les moteurs de l’activité économique – à gérer leur «image». Roger Hoffmann, président de « J’aime entreprendre » explique que cette démarche vise à former les commerçants à la photographie – avec l’aide d’une professionnelle – et à son utilisation sur les différents réseaux sociaux. Apprendre à cibler une photo, éventuellement la modifier, l’intégrer sur le web».Cette formation répond surtout à un besoin éprouvé par les micro-entreprises (TPE), du fait que leur manque de personnel les empêche de prêter attention à cet aspect. Le groupement tente de leur donner des inspirations.»
À noter que cette formation sera accessible aussi aux non-Malmédiens.

Pour joindre « J’aime entreprendre » : info@jaime-entreprendre.be

---------------------------------------------------------
A noter que trois sociétés ont été épinglées par HEC comme étant particulièrement visionnaires, à savoir : - Arwem Food Group - « Chocobox » à Ovifat ( Waimes ) dans le secteur alimentaire international / - Ardennes-Etapes pour le tourisme ( location de maisons de vacances ) / - Gehlen Group pour le développement d’une synergie de qualité dont les travaux publics et privés, la construction , l’événementiel ( « La Scène », « Moviemills », le loisir ( mur d’escalade ), le tourisme ( « My Hotel », un formidable atout pour Malmedy ), et un projet de maisons de repos et de résidences services.

François DETRY
© François DETRY
Lien vers tous les reportages de François DETRY

  • Circuit court
  • Construction
  • Grandes surfaces
  • My Hotel
  •  L’économie malmédienne se porte bien
  •  L’économie malmédienne se porte bien
  • Circuit court
  • Automobiles
180 lectures
Portrait de francois.detry
francois.detry