Lino Ventura - Mémoires apocryphes. Extrait. "Le toboggan"

écrit par ReneDislaire
le 01/09/2020
Montleban (là, c'est du 3e degré...). Image: gouvy.eu Sur demande d'ayant-droits, elle sera retirée.

Lino Ventura - Mémoires apocryphes. Extrait.  "Le toboggan"
Quand j'avais neuf berges, dans ma zone qu'on n'appelait pas ainsi -y avait pas encore de code de la route-, l'était un toboggan.
Branlant, pour s'arracher la peau des fesses aux raccords, mais c'était comme un culte, une liturgie de le gravir et de le redescendre. Puis la vie est une vallée de larmes, surtout pour les porteurs d'ADN de mauvais apôtre, et elle a voulu que nous changions de crèche tant de fois (là je trahis mon éducation catho, p...)

Pour finir je l'ai oubliée, la glissière corrodée à la pluie et aux vents du nord de l'Espagne.

Soudainement, pour mes dix lustres -oui, un lustre, c'est toujours bien cinq piges? parce que moi, je ne suis pas Maître Capello-, j'ai dit à mes ex-labadens et acolytes anonymes ou pas que pour moi ce serait les chaussettes à la fenêtre* s'ils se cautérisaient - ça c'est un mot de Francis Blanche, et on devait rire chaque fois, sinon il reniflait, le gros- pour offrir un toboggan pour des mômes dans les plaines de jeux d'une dizaine de nos bahuts.

En toute discrétion. Mais c'est curieux, chez les maires, ce besoin* de faire des speechs et des rinchinchettes à toute occase aux frais de leurs pecnots de contribuables. J'ai pas pu répondre ça me casse les choses au plus naze d'entr'eux, vu qu'il est zident des acouphènes aux portugaises où j'ai des intimes qui en plus sont des aristos avec encore un peu de blé derrière les douves.

J'me bonimente pas, mais ma sorbonne* n'était pas en mode veille devant tous ces chiards qui criaillaient en s'ébattant.
Ma pomme d'Adam s'est nouée comme si j'étais une gonzesse. Mon grand ressort esquinté trois fois ponté chamadait. Et je me suis dit que j'aurais jamais dû quitter mon toboggan.

(Octave Tierce, mémoires apocryphes de Lino Ventura)

René Dislaire ©  Houffalize, le 1er septembre 2020

Note. Apocryphe dit bien ce que ça veut dire. Il s'agit d'un exercice "À la façon d'Audiard".
Pour le comprendre, il faut vivre chaque paragraphe comme une étape vers la chute:
Et je me suis dit que j'aurais jamais dû quitter mon toboggan.
Connaissance des Tontons flingueurs exigée. Sinon, on met  
j'aurais jamais dû quitter mon toboggan sur le moteur de recherche, et hop!

* Déficit argotico-culturel?
les chaussettes à la fenêtre
: septème ciel (orgasme)
ma sorbonne: ma cervelle
C'est curieux chez les maires ce besoin: Prononcé par Francis Blanche. idem, moteur de recherche

  • Montleban (là, c'est du 3e degré...). Image: gouvy.eu Sur demande d'ayant-droits, elle sera retirée.
18 lectures
Portrait de ReneDislaire
René Dislaire