RIP Joseph Verschraegen (La Roche - Houffalize)

écrit par ReneDislaire
le 08/07/2020
"Copain" Joseph

RIP Joseph Verschraegen
dit Joseph de la Fermette, puis Joseph du Cœur de l'Ardenne, puis Joseph du d'Artagnan.
C’est arrivé ce 8 juillet au matin. Joseph nous a quittés, bravement, dignement, en se voyant partir, à l’hôpital de Marche-en Famenne.
Joseph avait tourné le dos aux rives de la mer du Nord, la ville de Knokke-Heist, optant pour l’Ardenne, où il prit racine.
C‘était l’époque du disco fin des années 70. Avec un nom difficile à prononcer dans ses villages d’adoption, Nadrin et Wibrin, c’est sous le nom de " Joseph de la Fermette " qu’il se fit connaître.
La Fermette, une boîte qu’on appelait encore un dancing en ces temps-là, dans une annexe agricole qu’il avait aménagée à Nadrin. Le rencard des fiévreux du samedi soir.

Joseph ne savait pas rester en place. Toujours dans le même domaine d’activité, il construisit ensuite l’auberge du Cœur de l’Ardenne, à Wibrin, où se débitait la meilleure Scotch au fût que l’on ait à connaître. C’était vers 1983/1984.
Ensuite, ce fut le restaurant Le d’Artagnan, où à une table d’estaminet à la flamande se donnaient un rendez-vous hebdomadaire les Fernand Dislaire, Joseph Lacasse, Ghislain Hilgers le curé de Dinez et d’autres, dont le P’tit Blanc, Bernard Caprasse et Paul Vandekerckhove.

Bâtisseur né, il construisit des chalets de vacances pour ses connaissances de la Côte. Des maisons qu’on lui voyait monter aux sorties de Wibrin, gros-œuvre blanc dans ses caractéristiques blocs Ytong. Pour le seconder dans ses ouvrages, Eudore Brisy, le fidèle des fidèles, issu du terroir.

Joseph aurait été incapable de prendre quelqu’un en grippe, personne n’aurait pu se mettre en froid avec lui. Un sourire égal pour chacun, qu’il appelait « copain », avec un geste de la main à travers la fenêtre de sa voiture, toujours ouverte à cet effet.

Avec son épouse Maria, il a eu trois enfants : Pieter, Virginie, et Stéphanie, née au Cœur de l’Ardenne.

Joseph a eu des hauts et des bas dans sa vie. Il ne laissait apparaitre que les hauts. Je l’ai connu une seule fois accablé, c’est lorsque, une boule dans la gorge, il me téléphona pour m’annoncer la mort accidentelle d’Isabelle Depré, « la Petite Fontaine ».
La petite Fontaine, dont Joseph animait « la cave » tous les samedis soir, avec Romain et Germain Depré. Car notre Joseph excellait pour faire retentir sous les voûtes enfumées les chansons en anglais des sixties.

Sa compagne Sonja Bastiaenssens lui tint la main jusqu’à son dernier souffle.
C’est à tous ses proches familiaux qu’avec chagrin la population houffaloise et rochoise présente ses condoléances.

Salut, Joseph. It's only a good bye, copain...

René Dislaire   ©  Houffalize, le 8 juillet 2020

 

Article en relation: Theresia Verschraegen - Souvenirs de mon frère Joseph
https://www.ardenneweb.eu/reportages/theresia-verschraegen-souvenirs-de-...

  • "Copain" Joseph
  • Joseph forever
3692 lectures
Portrait de ReneDislaire
René Dislaire