10 mai 2020 - Fête des Mères aux effets matricides ?

écrit par ReneDislaire
le 09/05/2020

COVID 19. Pour se racheter d’un malvenu Power Point nocturne, le Conseil National de Sécurité se voyait contraint de faire un geste d’humanité.
Le sort est tombé sur les mères.
Retrouvailles chaleureuses autorisées. On ne le pourra pas, mais c’est parce qu’«on sait qu’on a tous envie de se serrer dans les bras ».
Si on avait bien compris, les relations enfants/grands-parents présentaient et présentent un grand risque de de propagation de la pathologie, y compris létale. Présentent, pour quelques heures encore (mise en ligne le 09.05.2020 - 02 : 00h).
À partir du dimanche 10 mai à 00 :00 heure, ce ne sera plus le cas.
Combien de mémés vont-elles recevoir une délégation de leur descendance la peur au ventre ? Y compris le beauf avec la surprise de ses grands crus ? À tort ou à raison ? Réponse dans une dizaine de jours.

Lettre imaginaire d’une mère-grand tant qu’il est encore temps. Elle se chante bien sûr sur l’air célèbre du Déserteur de Boris Vian.

GRAND-MÈRE EN CONFINEMENT

1. Enfants, petits-enfants,
Quelques mots de l’ancêtre,
Ouvrez-leur la fenêtre
Vous en avez le temps.

2. L’annonce vient de choir :
« Pour la fête des mères
Allez-y boire un verre
Raviver ses espoirs ».

3. Enfants, petits-enfants,
Il ne faut pas le faire
Vous n’êtes pas sur terre
Pour tuer vos parents.

4. Ne soyez pas fâchés
Le sort me paralyse
On a fermé l’église
Nous sommes confinés.

.5. Le jour où je suis née
C’était encore la guerre
Et la vie fut austère
Pour tous les survivants.

6. Mes vieux ont tant souffert
Suite à cette hécatombe
Parmi les trous de bombe
C’était en plein hiver.

7. Mon âge s’est passé
Que j’ai vécu sans drame
Nous avions des sésames
C’était toujours l’été.

8. Aujourd’hui le destin
M’a fait clore ma porte
Et les gens de ma sorte
Vivent en clandestins.

9. Le reste de ma vie,
Synonyme d’aisance,
Elle a un nom malchance,
C’est le confinement.

10. Veuillez ne pas venir
Je vous en fais prière
Car si vos bras m’enserrent
Je risque de mourir.

11. En vous coulait mon sang
Mais aujourd’hui le vôtre
Est ennemi du nôtre
Enfants, petits-enfants.

12. Je reste confinée,
Seul le pouvoir des armes
Insensibles à mes larmes
Pourrait me dégager.

 

René Dislaire  ©  Houffalize, le 9 mai 2020
Photo.© Mutter Courage. journal-laterrasse.fr.
En cas de protection et de réclamation des ayants droit l'oeuvre serait immédiatement retirée  

50 lectures
Portrait de ReneDislaire
René Dislaire