l'abeille

les abeilles ont aussi besuin d'eau manque de place

ABEILLE

Insecte dont le plus connu est l’abeille domestique vivant dans une ruche et produisant du miel.
Classe : Insectes ; ordre : Hyménoptères ; superfamille : Apoïde.
Les Abeilles rassemblent deux familles, les Sphégidés (7 700 espèces, toutes solitaires) et les Apidés, comprenant 20 000 espèces dans le monde entier, dont moins de 15 % sont sociales. C’est le cas des espèces classées dans le genre Apis : Apis mellifera, notre abeille domestique ou abeille mellifère, originaire d’Inde et présente sur tous les continents, avec de nombreuses races géographiques, et trois espèces asiatiques (Apis cerana, Apis dorsata et Apis florea).
Les abeilles domestiques vivent en sociétés organisées, au sein d’une ruche, les colonies sauvages dans un nid construit dans de vieux arbres ou sous des surplombs rocheux. Ces sociétés supérieures comprennent trois castes d’adultes : une reine, seule femelle pondeuse (taille : 20 mm), une centaine de mâles ou faux bourdons (taille : de 14 à 18 mm), uniquement reproducteurs, et quelques dizaines de milliers d’ouvrières (taille : de 10 à 15 mm), femelles stériles qui assurent tout le travail de la colonie. La fonction de ces dernières varie avec leur âge : elles sont successivement nettoyeuses, nourrices, bâtisseuses, magasinières, gardiennes et enfin butineuses, récoltant nectar et pollen pendant quelques semaines avant de mourir. Les butineuses – qui récoltent le pollen dans des « corbeilles » situées sur leur troisième paire de pattes – indiquent la localisation d’une source de nourriture par une danse élaborée (« le langage dansé des abeilles »). La reine assure la cohésion du groupe grâce à une substance chimique, la phéromone royale, transmise à toutes les ouvrières. Ces dernières, comme chez les guêpes, sont munies, à l’extrémité de leur abdomen, d’un aiguillon, relié à une poche à venin, qui provoque une piqûre souvent douloureuse.
La reine pond, à la belle saison, de 2 500 à 3 000 œufs par jour, à l’origine de tous les membres de la colonie. Les œufs fécondés donnent des femelles : des ouvrières ou de futures reines. Ces dernières sont élevées dans des alvéoles de grande taille (cellules royales) et nourries exclusivement de gelée royale (sécrétion issue des glandes pharyngiennes des ouvrières). Les œufs non fécondés donnent des mâles. La durée du développement de l’œuf à l’adulte varie selon le type d’individu : 16 jours pour les reines, 21 jours pour les ouvrières et 24 jours pour les mâles. Après la métamorphose, la première reine à éclore sera la future reine de la colonie. L’ancienne reine aura déjà quitté le nid avec un groupe d’ouvrières pour fonder une nouvelle colonie, c’est l’essaimage. La future reine est fécondée par les mâles au cours d’un seul et unique vol nuptial ; le sperme, stocké dans une spermathèque, sera utilisé pendant toute sa vie (plusieurs années). Les mâles meurent à la fin de l’été À l’automne, la ruche n’élève plus d’abeilles ; en hiver, elle entre en semi hibernation et vit sur la réserve de miel et de pollen. La reine, au centre d’un groupe réduit d’ouvrières (quelques milliers), est réchauffée par la chaleur produite par les vibrations des muscles des ailes des ouvrières. Les colonies d’abeilles sont donc pérennes, à la différence, par exemple, de celles des bourdons ou des guêpes. Divinité des Égyptiens et des Grecs, symbole des premiers rois de France, l’abeille est présente tout au long de l’histoire de l’humanité. Elle joue aussi un rôle écologique important, en assurant la pollinisation des plantes sauvages et des cultures C’est une précieuse auxiliaire.