AUTO Essai: Citroën C5

AUTO Essai : CITROËN C5.

La C5, avec ses lignes élégantes, apparaît telle une star dans les rues de nos villes. Les gens la regardent avec attention et, visiblement, elle plait. Une véritable métamorphose par rapport à l’ancien modèle (www.citroen.be).

Un peu d’histoire :

La première Citroën, la Type A, inaugure en 1919 le concept de la voiture populaire sur le Vieux Continent. L’entreprise dépose le bilan fin 1934 et passe sous le contrôle de Michelin. Elle renoue avec ses origines en commercialisant, en 1948, la populaire 2CV. Confrontée à nouveau à des difficultés financières, la marque est absorbée en 1974 par Peugeot, après un projet de fusion avorté avec Fiat. Citroën fait aujourd’hui partie du groupe PSA. Avec une gamme plus différenciée de celle de Peugeot que naguère, le succès est revenu.

La précédente C5 n’a sans doute pas marqué les esprits par son style. Franchement banale, elle a tout de même profité d’un facelift réussi pour fouetter ses ventes. Sur le plan de design, la nouvelle venue se montre infiniment plus convaincante ! Une ligne dynamique, fluide et épousant un pavillon de coupé, comme c’est actuellement à la mode. Relativement basse, elle se veut nettement plus sportive qu’auparavant et avec ses 4,78 m elle gagne 4 cm! Autre nouveauté, et non des moindres, la possibilité de choisir (selon les versions) pour une suspension métallique ou hydropneumatique. Citroën a choisi d’inclure sa fameuse suspension hydropneumatique, Hydractive III+. Les petites motorisations adoptent la suspension classique appelée ‘métallique’ qui démontre également de grandes qualités en matière de tenue de route et de confort. La suspension Hydractive propose deux modes : Normal ou Sport. La différence entre les deux est pour le moins subtile. Le mode Sport contient un peu mieux les prises de roulis. La C5 n’aime pas être bousculée et préfère une conduite en bon père de famille. La direction, à assistance variable asservie à la vitesse, se révèle précise. La C5 offre une excellente sécurité active et passive. Son freinage est d’une étonnante efficacité ainsi que sa tenue de route.

Confort :

Les impératifs de style ont quelque peu relégué l’habitabilité et les côtés pratiques au second plan. Les espaces de rangement sont comptés et point assez volumineux et le volume arrière n’est pas exceptionnel. Le coffre, lui, offre un volume suffisant sans plus. Mais il suffit de pénétrer dans l’habitacle de la C5 pour immédiatement percevoir le progrès effectué par Citroën pour ce qui touche à la qualité perçue. Les matériaux sont de qualités et agréables au toucher. La présentation est chaleureuse et les sièges soutiennent magnifiquement bien. A l’arrière, les passagers sont également choyés s’ils sont deux. L’espace aux jambes est généreux, mais la découpe de a banquette, conçue comme deux sièges indépendant, permet difficilement de voyager à trois à l’arrière. Dommage également que la climatisation soit toujours aussi bruyante et que le volant style C4 ‘offre’ une ergonomie des commandes peu efficiente avec trop de boutons dispersés un peu partout. Le cuir utilisé sur les versions Exclusive est également de très haute facture. L’insonorisation, grâce notamment au vitrage ‘acoustique’, et la tenue de route sont sans faille et le confort, linéaire, quel que soit l’état de la route. En Belgique, Citroën décline sa berline en trois niveaux de finition : Tentation, VTR et Exclusive.

Motorisations :

La gamme mécanique est composée de trois blocs essence, 1.8 litre de 125 cv, 2.0 l de 143 cv et 3.0 l V6 de 215 cv et de pas moins de quatre Diesel HDi, tous équipés de série d’un filtre à particules, 1.6 l de 110 cv, 2.0 l de 138 cv, 2.2 l de 163 cv et 2.7 l de 208 cv. Le 2 litres Diesel, avec son couple de 370 Nm, arrive, malgré le poids du véhicule (1 700 kg), à lui procurer de bonnes performances et offre une rondeur d’utilisation fort agréable au quotidien. Equipée de la boîte manuelle à six rapports, cette Citroën fait preuve d’une belle sobriété.

Conclusions :

La nouvelle C5 est séduisante et plaisante à conduire notamment lors des longs voyages autoroutiers. Elle ne mise certes pas sur le dynamisme, mais elle reste accueillante, présente bien et offre un confort de suspension remarquable, doublé d’une excellente insonorisation. En un mot : vous voyagerez à son bord en toute quiétude.

Bonne route.