Malmedy It's Barbershop Chant a Capella et humour

écrit par francois.detry
le 22/10/2009
Malmedy      It's Barbershop     Chant a Capella et humour

Erste Kölner Barbershop Chor
Premier choeur pour hommes en son genre fondé en Allemagne, le Erste Kölner Barbershop Chor (EKBC) a vu le jour en 1987 à l’instigation de Kurt Gerhardt, qui l’a dirigé pendant les dix premières années de son existence. Depuis, la baguette de direction est dans les mains de Leo Freitag (d’abord collégialement avec Matthias Neuburger de 97 à 2007).
Il comprend aujourd’hui 25 choristes - moyenne d’âge : 45 ans - qui se consacrent corps et âme à cette musique.
Comme introduction à une de leurs prestations, un journaliste célèbre les a récemment gratifié de ces mots : « L’ EKBC est depuis des années la chorale d'hommes marquante de cette catégorie. Ces Colonais parcourent avec leurs chansons toute l'échelle des sentiments, de l’urgence existentielle à l'amour à vif, d'une douce poésie au charme submergeant. Ainsi, ils dispensent joie de vivre, mais également mouvement intérieur profond et adhésion. Dans le même temps, avec leurs mimiques expressives et leurs chorégraphies vivantes, ils font de leur spectacle un véritable régal pour les yeux ».
En juin 2008, un de leurs rêves devient réalité. Comme premier chœur d’hommes allemand, ils se produisent à la convention internationale de et à Nashville/Wyoming, patrie du Barbershop.
A Cologne, toutes les scènes renommées les ont déjà accueillis : l'Opéra, la Philharmonie, l'Ecole supérieure de musique, la Kölnarena, le Gürzenich et le Senftöpfchen. Lors de nombreux voyages tant à l'intérieur du pays qu’à l'étranger, ils ont porté leur musique hors de leurs murs et participé avec succès à de nombreux concours européens.
------------------------------------------------------------------------------------------------------
It’s barbershop ????

La musique barbershop avec son harmonisation étroite à quatre voix est une forme d’art populaire essentiellement américaine.
Bien que personne ne puisse dire avec certitude où et quand cela a commencé, le développement de cette tradition fut certainement facilité entre les années 1860 et 1920 par la vogue des chansons populaires aux paroles sentimentales sur des mélodies simples à retenir.

La barbershop harmony était certes fréquente dans les salons de barbiers mais on l’entendait aussi au coin des rues, lors de réunions amicales ou dans les bars. Ses racines ne sont pas seulement l’Amérique blanche de classe moyenne représentée dans le célèbre tableau de Norman Rockwell ; le style barbershop est plutôt un produit du melting pot culturel afro-américain. Les immigrants du nouveau monde apportaient avec eux tout un répertoire de cantiques et de chansons folkloriques que l’on chantait à quatre voix, la mélodie étant réservée au second ténor.
Le style barbershop est d’abord associé aux quatuors noirs du sud des Etats-Unis dans les années 1870. En Floride, par exemple, chaque salon de coiffure avait son black quartet qui se réunissait pour faire ’claquer un accord’. La première trace écrite du terme barbershop, en référence à un style musical, remonte à la publication de la chanson Play That Barbershop Chord, en 1910.

A cette époque, la diffusion de la musique populaire passait obligatoirement par la vente de partitions au public et il était nécessaire, pour avoir du succès, de proposer des chansons que le chanteur ’moyen’ pouvait s’approprier, avec une mélodie simple et des paroles banales. Les enregistrements phonographiques dopaient les ventes de partitions.
L’arrivée de la radio opéra un glissement du style barbershop vers des mélodies plus sophistiquées, sur des rythmes hérités du jazz, et davantage destinées à des groupes professionnels.

Cependant la tradition restait vivante parmi les amateurs et elle connut une renaissance en avril 1936 à Tulsa, Oklahoma, avec la création de la Society for the Preservation and Propagation of Barber Shop Quartet Singing in the United States par Rupert Hall et O. C. Cash, deux nostalgiques de la grande époque du barbershop quartet.
Le don de Cash pour la publicité assurèrent un succès irrésistible à la société et aujourd’hui des centaines de groupes, à travers les Etats-Unis, se réunissent pour chanter la barbershop harmony.

Mais la discipline a également essaimé en Allemagne, en France, en Australie et en Scandinavie et certaines chorales étrangères ont récemment été primées aux Etats-Unis, comme les Stockolm City Voices de Suède ou l’immense formation canadienne North Metro de Toronto qui compte pas moins de 189 membres de 21 à 89 ans.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
New town’s quartet

Il est particulièrement malaisé de tracer le parcours de cette formation dont la discrétion n’a d’égale que le talent.
Depuis près de vingt ans, Philippe Boulet (ténor), Luc Boulet (lead), Joël De Coster (baryton) et Alain Desmarets (basse) régalent leurs publics avec leur spectacle drôlissime et enthousiasmant exécuté dans un style proche des « Frères Jacques ». Mais qu’on ne s’y trompe pas, si leurs prestations provoquent immanquablement rires et fous rires, les quatre chanteurs font aussi preuve d’une grande maîtrise vocale et d’un souci sans faille de musicalité harmonique et rythmique. Manier l’humour avec tant d’à propos et le chant avec tant de finesse relève d’un grand art dont il est dommage de se priver…
Les surprenantes et heureuses libertés avec la partitions, soulignant le caractère du chant par des gestes, des mimiques des plus expressifs, héritages des quatuors américains : c’est tout cela qu’a repris le « quartet de la nouvelle ville », une appellation née de leur base, Louvain-la-Neuve. Ces quatre artistes n’ont qu’un but : dérider le public et la faire rire.
Le texte s’explique en mots et expressions, en dégageant la trame. Les gags sont légion, la joie sans partage, l’humour roi.
Sans doute au menu, un budget grevé par les jets de persil, le tribulation de la fille du garage Mazda, une histoire de rollmops aux petits pois, le Roger qui revenait sans cesse, les frères Dalton et d’autres surprises dont ils nous ont gratifié lors de leur première venue en 2008.

http://www.itsbarbershop.be/

Samedi 31 octobre à la " Fraternité "de Malmedy

Prévente : 12 € ; le jour même : 15 €

Ouverture des portes à 19.30 h

Préventes : Malmedy : Librairie du Petit - Vinâve et Piano Blanc
Butgenbach : Pharmacie Callut
St Vith : Bücherstube Jousten

Infos et réservations : 0474 / 736.719 et 0477 / 401.691

  • Malmedy      It's Barbershop     Chant a Capella et humour
  • Malmedy      It's Barbershop     Chant a Capella et humour
  • Malmedy      It's Barbershop     Chant a Capella et humour
  • Malmedy      It's Barbershop     Chant a Capella et humour
  • Malmedy      It's Barbershop     Chant a Capella et humour
  • Malmedy      It's Barbershop     Chant a Capella et humour
  • Malmedy      It's Barbershop     Chant a Capella et humour
  • Malmedy      It's Barbershop     Chant a Capella et humour
  • Malmedy      It's Barbershop     Chant a Capella et humour
  • Malmedy      It's Barbershop     Chant a Capella et humour
  • Malmedy      It's Barbershop     Chant a Capella et humour
  • Malmedy      It's Barbershop     Chant a Capella et humour
  • Malmedy      It's Barbershop     Chant a Capella et humour
2029 lectures
Portrait de francois.detry
francois.detry